Faillite Etats UE union européenne europe Un "plan" contre la faillite des Etats européens ? plan ue contre faillite etats europeens zone euro 3780

Otto Bernhardt, un député allemand du CDU, a mis les pieds dans le plat en annonçant que les membres de l'UE se sont accordés sur "plan de sauvetage" destiné à éviter la faillite des pays de la zone euro. L'Irlande et la Grèce seraient les premiers concernés...

Faillite des Etats de l'UE

Voir notre dossier : "Les doigts dans la crise"

Vendredi, Reuters rapportait les propos visiblement embarrassants d'Otto Bernhardt, membre du parti chrétien-démocrate (CDU) d'Angela Merkel. "Il y a un plan (...) Les ministres des finances se sont accordés sur les procédures. Le point fondamental est le suivant : nous ne laisserons personne tomber", a-t-il expliqué en marge du sommet européen. D'après lui, les pays dont la situation est préoccupante sont en premier lieu l'Irlande et la Grèce.

Rien de scandaleux jusqu'ici. D'une part, un document confidentiel publié par le Daily Telegraph avait déjà révélé que l'UE planchait sur le problème. D'autre part, il n'est un secret pour personne que certains Etats européens sont au bord du gouffre et que l'UE ne pourra laisser faire. Mais voilà... parler ouvertement de "faillite d'Etats" n'est pas du meilleur effet. Et dire que l'Union Européenne anticipe une telle descente aux enfers pourrait inquiéter les populations, mais aussi les marchés, ce qui aurait pour effet d'accélérer l'effondrement.

Démentis mollassons

Le ministre allemand des Finances Peer Steinbrück s'est déclaré incapable de confirmer les propos d'Otto Bernhardt. Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a expliqué qu'il n'était "pas au courant de ce type de décision mais, comme nous l'avons déjà dit auparavant, nous sommes prêts à intervenir si nécessaire". La Banque centrale européenne a elle aussi démenti : "pour ce qui concerne la BCE, les informations rapportées sont fausses", a déclaré un porte-parole. Idem pour Silvio Berlusconi, pour le gouvernement grec, ou le ministère des finances allemand. Du coup, Otto Bernhardt a recontacté Reuters pour préciser que les dirigeants européens sont obligés de formuler de tels plan d'action, mais qu'il n'avait pas connaissance d'un projet concernant tel ou tel pays spécifique.

Aucun des démentis n'a porté sur l'éventualité de faillites d'Etats européens, ni même sur l'aide qu'y apporterait l'UE, mais sur le "plan" en tant que tel. La nuance est claire, tandis que l'avenir s'obscurcit.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :