PS résultats congrès REIMS présente favori PS : un homme, deux femmes, trois possibilités... ps congres reims hamon aubry royal 2555

Dans le noir de la "nuit des résolutions", il était difficile de s'y retrouver. Lorsque le soleil s'est levé, tout le monde était parti. Eclipse totale au congrès de Reims. Récit d'une histoire sans fin...

PS congrès de Reims

Bilan de la nuit : le soleil a préféré rester couché. Aucune synthèse, c'était pourtant le seul objectif de ce Congrès de Reims. Chacun restant sur ses positions, le parti socialiste ne verra donc pas le jour avant le vote des militants, jeudi, et peut-être vendredi en cas de deuxième tour. Une information d'importance s'est néanmoins dégagée : l'abstention de Bertrand Delanoë, qui ne se présente pas plus qu'il ne donne de consigne de vote. Martine Aubry et Ségolène Royal sont candidates. Benoît Hamon aussi, mais sous pression, gentiment prié de se retirer...

Vendredi pour ouvrir le bal, Royal est arrivée en retard, bloquée dans les embouteillages parisiens à cause d'une course à pied, les "20 kilomètres de Paris". Un mauvais coup de Delanoë, peut-être ? Las, elle a tout de même réussi à trouver la sortie pour finalement annoncer, après l'appel massif et général de... Vincent Peillon, et dans un suspense insoutenable, qu'elle ne serait pas non-candidate.

Entre chiens et loups

Durant la nuit de négociation qui a suivi, Royal a posé sa condition : l'éventuelle synthèse ne pourrait se faire qu'en se basant sur le texte de sa motion. Refusé tout net par les autres. Après seulement deux heures de discussions, à 1h30 du matin, Royal prend la tangente, et profite des quelques caméras présentes pour appeler les militants à se rebeller contre des "méthodes d'un autre âge". Delanoë, Aubry et Hamon restèrent discutailler quelques minutes... sans plus de succès. Refusant de s'allier à la gauche du parti et dénonçant le blocage de la motion Aubry, Delanoë s'abstiendra. Aubry et Hamon n'ont pas trouvé de terrain d'entente. Et tout ce beau monde s'en retourna, accompagné d'un malheureux "j'ai honte pour le parti socialiste" de François Hollande, en guise de discours de clôture.

Et maintenant ?

Les voyants ont beau être dans le rouge, tout est ouvert... Sur quel candidat se reporteront les votes de Delanoë ? Certains pontes du PS se laissent aller à prédire une victoire éclatante de Royal. D'autres voient Aubry en position de force. Quelqu'un se détachera-t-il au premier tour, ou le parti de la rose se dirige-t-il vers un second tour Aubry-Royal comme le laissent présager les commentateurs avisés ? Tout reste possible, d'autant que des négociations de dernières minutes sont encore envisageables, notamment et surtout entre Hamon et Aubry, dont les positions semblent relativement proches.

L'enjeu est important, car si Ségolène Royal n'est pas premier secrétaire, alors le combat de la candidature à la présidentielle pourrait se focaliser principalement sur ces deux là. Bien que Strauss-Kahn reste en embuscade, que Lang n'a pas dit son dernier mot, et que Jospin n'est jamais loin... Et pourquoi pas Carla Bruni ? A faire perdre la boule à une boussole... C'est par où, le Nord ?

Inutile de demander aux vigiles du service d'ordre... eux aussi, sont débordés.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Super dommage

Quoi qu'il en soit la PS n'a pas eu une telle couverture médiatique depuis les présidentielles, dommage d'exposer les problèmes de famille à la face de la terre entière ...
On ne pouvais pas rêver de pire contre publicité !

Dommage pour tout le monde, la gauche, la démocratie, la droite ...

Le souci du PS est de penser trop aux seuls militants, ce ne son pourtant pas eux qui votent pour eux.

Autre souci c'est de trouver la place de la gauche dans le paysage politique sachant que :

1 manifester avec un préavis, ce n'est plus manifester mais c'est un défilé ...

2 les syndicats ont énormément reculé depuis 20 ans, les seules entreprises pouvant mobiliser sont de grandes entreprises souvent anciennement nationalisées, pour les autres, il n'existe quasiment plus de représentation syndicale, les salariés n'ont plus les moyens de perdre des jours de salaire pour faire la grève.

3 s'organiser pour manifester, le citoyen veut bien donner de sont temps, mais donner de son temps Et de son argent en payant le bus + en perdant un jour de salaire, c'est beaucoup trop .
Lorsqu'il y a des grands rassemblements seuls les militants sont informés, dans les villes de + 50 000 habitants personne ne sait où il y a un départ à quelle heure, à quel prix etc...

4 un an et demi après la présidentielles ils continuent à se battre en interne sans même avoir fait le débriefing des techniques de communication Sarko, ni même de ce qui a fait perdre le PS...

5 avant de désigner un leader VRP il faut UN programme accepté de tous et ayant une vision légitime européenne (nous en sommes à la mondialisation un programme franco-français est voué à l'échec)

6 trop de mesures sur lesquelles il fallait réagir fortement sont passées sans trop de bruit de l'opposition, c'est là où la gauche était attendue par le citoyen !
D'autres où il ne fallait pas réagir ont en revanche provoqué un tollé (des propositions de gauche mises en place par l'UMP)

7 la façon de communiquer est restée trop idéologique et vague, de petites phrase très courtes basées sur des exemples concrets parlent bien plus à l'homme de la rue .
C'est un gros défaut d'intellectuel de gauche, ne Nain-porte-quoi sait employer un vocabulaire abordable pour tous (il s'est entrainé chez des gens de gauche ou quoi ?)

Le débriefing des présidentielles je l'ai fait, il est déjà écrit, il n'y a pas photo dans l'analyse comparative, si les gens de gauche le veulent, il suffit de demander ...(certain que nous n'avons pas remarqué les mêmes choses)