banquiers dividendes audition commission Assemblée nationale Quand les banquiers virent à l'anti-sarkozysme primaire quand banquiers virent anti sarkozysme primaire 3273

Uppercut. Auditionnés mardi à l'Assemblée nationale, les dirigeants des six grandes banques françaises étaient invités à s'expliquer sur leur besoin et leur utilisation des plans d'aides de l'Etat. Si Sarkozy se vante en permanence d'avoir sauvé les banques de la faillite, ces dernières se gaussent ouvertement : "tout va bien" et l'aide de l'Etat ne sert à rien. Circulez...

Sarkozy plan aide aux banques

Mardi 3 février, les dirigeants des six grandes banques françaises étaient auditionnés devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. L'ordre du jour : donner quelques éclaircissements sur la situation, l'activité et les engagements des établissements bancaires bénéficiant de prêts et d'apports en fonds propres de la part de l'Etat.

"Beaucoup de paradoxes"

Didier Migaud, président (PS) de la Commission, introduit la joyeuse sauterie : "Les banques françaises sont saines mais il faut renforcer leurs fonds propres. Elles ont besoin de fonds propres mais elles entendent distribuer des dividendes. Elles sont solides, mais elles se méfient les unes des autres au point de contribuer à une certaine paralysie du crédit interbancaire. L'Etat s'endette pour leur venir en aide mais il y gagne. Les encours de crédits augmentent mais il faut un médiateur pour les entreprises". Il aurait d'ailleurs pu ajouter : l'Etat annonce que les Français ont fait "une bonne affaire" en prêtant aux banques, mais ce sont eux qui paieront les intérêts. "Beaucoup de paradoxes"... conclut Didier Migaud, président de la Commission, qui demande aux banquiers de s'en expliquer publiquement.

2 heures et 50 minutes de bonheur à l'état pur, résumées en quelques phrases

plan aide banques sarkozy Les banques françaises sont saines, solides et irréprochables, mais elles subissent les errements coupables des établissements étrangers (Etats-Unis, Angleterre, Allemagne, Espagne).

plan aide banques sarkozy Les "interrogations, voire de l'incompréhension" des Français proviennent de "ceux qui répandent l'idée que les banques ont reçu d'énormes aides publiques sans contreparties".

banquiers sarkozy Les aides de l'Etat sont "extrêmement marginales", représentant entre "deux et trois jours de ce qu'[elles] cherchent quotidiennement dans les marchés".

sarkozy milliards banques Les prêts aux entreprises ou aux particuliers sont en hausse globale, malgré la réduction du nombre de demandes dûe à la contraction de l’activité.

sarkozy plan aide banques Des dividendes seront versés aux actionnaires, quand les banques le décideront, et comme elles le voudront. Car les actionnaires ont assez "souffert" de la crise.

plan aide banques sarkozy Les paradis fiscaux, ce n'est pas un problème... puisque les banques respectent les règles. D'ailleurs le sujet n'a jamais été évoqué avec les pouvoirs publics.

... Une attaque en règle contre Nicolas Sarkozy, qui déclare en permanence et à qui veut l'entendre que sans le plan d'aide de l'Etat destiné à "sauver nos banques", "les Français auraient perdu presque toutes leurs économies parce que le système bancaire tout entier se serait retrouvé en faillite". Que sans lui, les Français se seraient rués aux guichets bancaires, les chaussettes à la main. Que ce plan est fondamental pour relancer l'économie du pays, qu'il faut moraliser le capitalisme et éliminer les paradis fiscaux, "ces zones d'ombre qui compromettent nos efforts de coordination".

Un ange passe...

A noter, une remarque pertinente de Jérôme Cahuzac (PS), au sujet des dividendes : "il faudrait verser un dividende car les actionnaires auraient souffert. S'il s'agit d'actionnaires qui ont vendu leurs actions, la question des dividendes ne se pose plus. S'il s'agit d'actionnaires qui n'ont pas vendu, peut-être craignent-ils de souffrir, mais ils ne souffrent pas encore, la perte étant latente". A moins que le dicton "tant qu'on ne vend pas, on ne perd pas" ne vaille que pour la galerie ? Les banquiers ont préféré esquiver la question...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :