Etat refuse départements compensation aide protection enfance Quand l'Etat abandonne la protection de l'enfance... quand l etat abandonne l aide pour la protection de l enfance 5836

En mars 2007, une loi était votée, qui transférait les compétences de l'aide à la protection de l'enfance aux départements. Mais malgré la loi, le gouvernement refuse de régler la compensation financière, créant un trou de 90 millions d'euros dans les finances des Conseils généraux.

L'Etat abandonne le financement de la protection de l'enfance

Une comédie politico-dramatique en trois actes.

Acte 1 - Le 5 mars 2007, est adoptée une loi (n° 2007-293) réformant la protection de l'enfance. Le texte précise que l'entière compétence de la protection et de l'aide sociale à l'enfance est transférée aux départements. L'article 27 du texte promet en outre la création d'un "Fonds national de financement de la protection" ayant pour objet "de compenser les charges résultant pour les départements de la mise en oeuvre de la présente loi selon des critères nationaux et des modalités fixés par décret". L'Etat s'engage ainsi à verser une compensation financière aux Conseils généraux. 30 millions d'euros, tous les ans.

90 millions d'euros

Acte 2 - Deux ans et demi après le vote de la loi, le fameux décret n'est toujours pas publié. La loi est pourtant appliquée et les Conseils généraux s'énervent. En juin dernier, Nadine Morano, secrétaire d'Etat chargée de la famille, interrogé sur le sujet au Sénat, affirmait que "la création d'un fonds supplémentaire viendrait complexifier, brouiller les financements déjà existants". Le 1er septembre 2009, le Président de l'Association des Départements de France (ADF) écrit au Premier Ministre pour l'enjoindre de publier un décret dans les plus brefs délais. Sans réponse. La perte s'élève aujourd'hui à 90 millions d'euros, puisque le budget 2010 a encore oublié de prendre en compte cette nouvelle charge. Plusieurs Conseils généraux ont d'ores et déjà introduit au Conseil d'Etat des "recours en indemnité des préjudices subis".

François Fillon, Premier Sinistre

Acte 3 - La Cour des Comptes s'introduit dans le débat, estimant dans un rapport publié le 2 octobre que cette affaire pesait sur "la crédibilité de l’État". Mardi 6 octobre 2009, l'ADF a décidé à l'unanimité (toutes sensibilités politiques confondues) de saisir le Conseil d'Etat pour obliger le gouvernement à respecter... sa propre loi (introduite à l'époque par Xavier Bertrand, ministre du Travail). La réponse du Premier ministre François Fillon ne s'est pas fait attendre, qualifiée d'"édifiante" et d'"inquiétante" par Jean-Louis Bianco : "Il ne m'apparaît pas souhaitable de créer ce fonds. Naturellement, seul le législateur dispose de la compétence de supprimer la disposition législative en cause, d'ailleurs déjà privée d'effet en 2008 et en 2009 en raison de l'absence de dotations en loi de finance et en loi de financement de la sécurité sociale". Circulez...

En résumé, la protection de l'enfance n'est plus financée, et l'Etat se retrouve dans l'illégalité la plus flagrante ; Pas de quoi émouvoir un François Fillon plus occupé à gober des couleuvres à la douzaine... Et puis finalement, puisque les départements ont pu faire sans pendant trois ans, pourquoi ne pas continuer ? Ce qu'on appelle un plan une réforme qui se déroule sans accroc... ou presque.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

les enfants, les adolescents, les jeunes majeurs

c'est fait pour servir aux artistes "de reputation mondiale" et aux touristes qui recherchent les boxeurs de 40 ans. Les enfants, les adolescents, les jeunes majeurs sont une marchandise comme une autre, qui font marcher les affaires. Et puis s'ils servent de defouloir à ceux qui les elevent, c est toujours ça de gagné pour la productivité au travail et les economies de la securité sociale.

Alors, que les Conseils Generaux fassent pas chier.

faut cerner les priorités

Reuters hier : "Deux spécialistes des sondages sont rémunérés respectivement 10.000 et 43.500 euros par mois par l'Elysée, qui a dépensé en 2009 plus d'un million d'euros pour des enquêtes d'opinion commandées à Ipsos et Opinionway, déclare la députée socialiste Delphine Batho.

Ces chiffres, dit-elle sur son blog, ont été fournis aux députés lors d'une audition du directeur de cabinet de l'Elysée, Christian Frémont, mardi dernier par la commission des Finances.

La question avait déjà été soulevée par un rapport de la Cour des comptes remis en juillet dernier.

Le contrat de consultant à 10.000 euros par mois bénéficie à Patrick Buisson, ancien responsable du journal d'extrême droite Minute, ex-chroniqueur sur LCI, et proche de Nicolas Sarkozy, qui l'a décoré en 2007 de la Légion d'honneur.

Pierre Giacometti est payé 43.500 euros par mois.

Christian Frémont a expliqué aux députés qu'une procédure d'appel d'offre avait été lancée concernant les sondages, qui ne porteraient désormais que sur la seule image du président.

Delphine Batho a enfin rapporté que le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy avait expliqué aux députés que Patrick Buisson était chargé d'un "travail de rédaction des questions et d'analyse commandés aux instituts par la présidence"." ...

les 4 èmes assises nationales de la protection de l'enfance

Les 4éme assises nationales sur la protection de l'enfance.

les 28.29 juin 2010 à Marseille
et dans la programmation aucune place aux parents!!
Coupable d'avoir eu affaire à l'aide sociale à l'enfance, ou d'y avoir demandé de l'aide.
Victime de disqualification, d'abus de pouvoirs, d'être maintenu à distance.

Ce ne sera que des "dits professionnels de l'enfance" qui s'autocongratuleront en présence:

- de leurs "mamans institutionnelles" : des magistrats, des juristes....
pour lequel votre enfant n'est qu'un « sujet de droit »

- de leurs "papas institutionnels": les représentants des conseils généraux..........
pour lequel votre enfant n'est qu'un:
- « client » qui finance, à la hauteur de 6000€ par mois, l'ASE et permet d'obtenir des subventions,
- « client » qui gonfle son narcissisme existentiel.

Fi !« le parent humain», au profit de ceux qui trouvent « une humanité dans l'institutionnelle »!

Le 1° constat de Philippe Seguin, ce 1° octobre 2009, lors de sa présentation à la presse de son rapport de la cour des comptes sur la protection de l’enfance où il pointa la mauvaise application de la loi du 5 mars 2007.
Cela a été : Leurs difficultés à recueillir des informations dans cette institution.
il termine en mettant « l’enfant placé » au centre de la résultante de l’action de l’ASE pour qu’il ne subisse pas une double peine institutionnelle.http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/Communiques/Com...  

Ces "dits professionnels de l'enfance" sont tellement dans la sur-puissance qu'ils vont encore se la jouer « VICTIME » avec cette accroche:

SOUFFRANCE DES FAMILLES,
DÉSARROI DES PROFESSIONNELS.
COMMENT RETISSER LE LIEN?

Le problème, il est là:

Comment retisser le lien avec un absent?
Catherine Nironi, Odile Paul-Dubesset
« le projet pour l’enfant : un outil pour consolider les liens avec la famille et entre les acteurs »
http://www.reforme-enfance.fr/images/documents/temoignagesOPDmars09.pps
«  L’ASE : une écoute, un soutien, un accueil »
Elles ne m'ont jamais répondu depuis 2002.

Comment retisser le lien avec un parent stigmatisé comme
« mal traitant »?
Lire de Jérôme Barbereau, en préambule, 3° paragraphe:
http://www.reforme-enfance.fr/images/documents/temoignagesJBmars09.pdf
« Travail avec « les parents d’enfants  placés »et accompagnement de ces derniers »

Voire comment se passe les enquêtes sociales sur le site « mille babords »: olga spitzer, actuellement en instruction judiciaire.
« L’abus de pouvoirs au mépris des familles »
http://www.millebabords.org/spip.php?article11662
et ce n’est pas la seule association(privée ou public) qui place à tout va.!

Comment retisser le lien avec un parent qualifié
d'« usager » ?
Quant à nos enfants, ils sont qualifiés de
« sujets »?
Les 17,18 19 mars 2010 à Caen, se sont déroulés les XXX° assise du CNAEMO.
Le thème en a été : « Pour une posture clinique en action éducative ». Lisez leur programme!
http://www.acsea.fr/UserFiles/File/News/Programme_Assises_CNAEMO_CAEN_2010.pdf
Allez à la journée du 18 mars 2010, 2éme atelier et lisez-en copier/coller ci-après:
2ème atelier : temporalité (temps du sujet, temps de l’institution …) : « L’usager » peut s’entendre comme celui qui confronte son désir propre ou son non désir au désir que le travailleur social a pour lui. Cette confrontation produit une « usure » de l’un et l’autre discours, chacun s’adaptant à l’autre jusqu’à trouver une forme commune acceptable. Alors, et alors seulement l’usager peut s’approprier un projet porteur de sens à ses yeux. Le travailleur social devient dans un deuxième temps celui qui facilite la formalisation d’un contrat entre l’usager et la société, il est le pont tendu entre la « singularité du sujet et l’exigence du collectif ». Une véritable clinique du travail social ne peut se concevoir sans la reconnaissance de l’usager comme sujet, sans la prise en compte de la temporalité qui est la sienne. En effet, le temps du sujet n’est pas le temps du juge, ni celui de l’administration, ni celui du travailleur social. La clinique se situe justement au carrefour de ces diverses temporalités.
« Au secours! Ils veulent nous aider! »
Puis une peur vous envahit: «Leur prose, sera-elle aussi alambiquée pour évaluer leur "sujet": notre enfant! »
Puis on se dit: "faut-il vraiment confier nos enfants à des gens qui sont capable:
- de produire cette prose!"
- d'imposer à « l’usager »: le parent, autant de distanciation pour aller vers le « sujet »: l’enfant!
Je ne connais aucun parent dont l'enfant lui a été enlevé suite à de fausses accusations qui ne met pas toute son énergie pour rétablir le lien dans le respect de la vérité. 
Mais face à ces « pervers », oui car c'est la même triangulation décrite dans le « syndrome d’aliénation parentale » S.A.P
- disqualification
- la subordination,
- la judiciarisation
à tout va!

Comment retisser le lien avec
un « usager » maintenu à distance du « sujet »?
Ces « dits professionnels de l'enfance » ne vont jamais au delà:

- du fichage, du contrôle et de l'évaluation, nos enfants et de nous parents via le bracelet électronique qu'est l'amour parental.
* Sur les fiches de l'ONED, la CNIL rend un avis extrêmement critique.
* Fichage des signalements d’enfants en danger : pour l’ONED, un nouveau camouflet.. http://danielgacoin.blogs.com/blog/2010/01/fichage-des-signalements-denfants-en-danger-pour-loned-un-nouveau-camouflet.htmlcid=6a00d8343bf27053ef01347fb3be65970c
* Le dernier numéro de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur la « passion d’évaluer »
http://danielgacoin.blogs.com/blog/2010/01/a-lire-absolument-le-dernier-num%C3%A9ro-de-la-nouvelle-revue-de-psychosociologie-sur-la-passion-d%C3%A9valuer.html

- du qualificatif de « client » : l'enfant ou « usager » : le parent pour financer l'ASE et générer les emplois de ceux qui nous fichent, contrôlent, évaluent ! . Ces 6000€ (INSEE 2006) par mois, par enfants placés que les conseils généraux donnent à ASE.

ASE n'a qu'une approche de « l'usager » ou « du sujet » dans la subordination, rarement dans la protection.
Ces enfants sorties du dispositif de la protection de l’enfance deviennent des adultes sans repére.
Puisque 40% des jeunes SDF de 18 à 24ans sortent du dispositif de la protection de l'enfance! (INSEE 2006).

ces « dits professionnels de l'enfance » mentent aux enfants.
À mon fils, il lui est dit qu'à 18 ans, il aura un appartement à lui avec 800€ par mois!!

si c'est vrai, de 18 à 24 ans, il leur coûtera 113.200€.

seulement 10/100 de ma spoliation,
- de ma famille Pérolini/Fournier , directement, pour avoir le contrôle de l'héritage paternel,
- par son ami intime et utile, Maître v Beluffi, protégeant l'informaticien de la mairie FN de Toulon, un escroc à la Madoff. Tous les parquets, les praticiens de justice et les préfectures le connaissent, savent, protègent son état d'insolvabilité depuis 30ans
- de la mairie de Cuers Var : le jardin Suzanne Fournier, le moulin à huile.

j'avais un capital qui me rapportait 1500€ par mois!

Pourquoi autant de colloque, journée, assise:
Pourquoi autant de parution, livres, recommandations........
Sur 2 sujets:

Les enfants placés,
Enquête INSEE 2006, c’est 77.000enfants placés abusivement. Dont seulement 10% pour maltraitance, les autres raisons sont sociétales : crise, précarité, mal logement, vengeance de tiers,…………..

Les jeunes adultes errants!
Toujours dans l’enquête INSEE 2006 : 40% des S.D.F de 18 à 24 ans sortent du dispositif de la protection de l’enfance.

Que la cour des comptes n’a fait que corroborer 4 ans après !

Préférez nettement:

Le collectif «Pasde0de conduite!» organise qu'en à lui son 3éme colloque scientifique et de société.
«Les enfants au carré!? Une prévention qui tourne pas rond!!!»
Prévention et éducation plutôt que prédiction et conditionnement.
Samedi 19 juin 2010, de la Mutualité - Paris

 Mes Blogs: - parents-disqualifies-enfants-places.over-blog.com/
                    - Syndrome-alienation-institutionnelle.over-blog.com/Les 4éme assises nationales sur la protection de l'enfance.

les 28.29 juin 2010 à Marseille
et dans la programmation aucune place aux parents!!
Coupable d'avoir eu affaire à l'aide sociale à l'enfance, ou d'y avoir demandé de l'aide.
Victime de disqualification, d'abus de pouvoirs, d'être maintenu à distance.

Ce ne sera que des "dits professionnels de l'enfance" qui s'autocongratuleront en présence:

- de leurs "mamans institutionnelles" : des magistrats, des juristes....
pour lequel votre enfant n'est qu'un « sujet de droit »

- de leurs "papas institutionnels": les représentants des conseils généraux..........
pour lequel votre enfant n'est qu'un:
- « client » qui finance, à la hauteur de 6000€ par mois, l'ASE et permet d'obtenir des subventions,
- « client » qui gonfle son narcissisme existentiel.

Fi !« le parent humain», au profit de ceux qui trouvent « une humanité dans l'institutionnelle »!

Le 1° constat de Philippe Seguin, ce 1° octobre 2009, lors de sa présentation à la presse de son rapport de la cour des comptes sur la protection de l’enfance où il pointa la mauvaise application de la loi du 5 mars 2007.
Cela a été : Leurs difficultés à recueillir des informations dans cette institution.
il termine en mettant « l’enfant placé » au centre de la résultante de l’action de l’ASE pour qu’il ne subisse pas une double peine institutionnelle.http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/Communiques/Com...  

Ces "dits professionnels de l'enfance" sont tellement dans la sur-puissance qu'ils vont encore se la jouer « VICTIME » avec cette accroche:

SOUFFRANCE DES FAMILLES,
DÉSARROI DES PROFESSIONNELS.
COMMENT RETISSER LE LIEN?

Le problème, il est là:

Comment retisser le lien avec un absent?
Catherine Nironi, Odile Paul-Dubesset
« le projet pour l’enfant : un outil pour consolider les liens avec la famille et entre les acteurs »
http://www.reforme-enfance.fr/images/documents/temoignagesOPDmars09.pps
«  L’ASE : une écoute, un soutien, un accueil »
Elles ne m'ont jamais répondu depuis 2002.

Comment retisser le lien avec un parent stigmatisé comme
« mal traitant »?
Lire de Jérôme Barbereau, en préambule, 3° paragraphe:
http://www.reforme-enfance.fr/images/documents/temoignagesJBmars09.pdf
« Travail avec « les parents d’enfants  placés »et accompagnement de ces derniers »

Voire comment se passe les enquêtes sociales sur le site « mille babords »: olga spitzer, actuellement en instruction judiciaire.
« L’abus de pouvoirs au mépris des familles »
http://www.millebabords.org/spip.php?article11662
et ce n’est pas la seule association(privée ou public) qui place à tout va.!

Comment retisser le lien avec un parent qualifié
d'« usager » ?
Quant à nos enfants, ils sont qualifiés de
« sujets »?
Les 17,18 19 mars 2010 à Caen, se sont déroulés les XXX° assise du CNAEMO.
Le thème en a été : « Pour une posture clinique en action éducative ». Lisez leur programme!
http://www.acsea.fr/UserFiles/File/News/Programme_Assises_CNAEMO_CAEN_2010.pdf
Allez à la journée du 18 mars 2010, 2éme atelier et lisez-en copier/coller ci-après:
2ème atelier : temporalité (temps du sujet, temps de l’institution …) : « L’usager » peut s’entendre comme celui qui confronte son désir propre ou son non désir au désir que le travailleur social a pour lui. Cette confrontation produit une « usure » de l’un et l’autre discours, chacun s’adaptant à l’autre jusqu’à trouver une forme commune acceptable. Alors, et alors seulement l’usager peut s’approprier un projet porteur de sens à ses yeux. Le travailleur social devient dans un deuxième temps celui qui facilite la formalisation d’un contrat entre l’usager et la société, il est le pont tendu entre la « singularité du sujet et l’exigence du collectif ». Une véritable clinique du travail social ne peut se concevoir sans la reconnaissance de l’usager comme sujet, sans la prise en compte de la temporalité qui est la sienne. En effet, le temps du sujet n’est pas le temps du juge, ni celui de l’administration, ni celui du travailleur social. La clinique se situe justement au carrefour de ces diverses temporalités.
« Au secours! Ils veulent nous aider! »
Puis une peur vous envahit: «Leur prose, sera-elle aussi alambiquée pour évaluer leur "sujet": notre enfant! »
Puis on se dit: "faut-il vraiment confier nos enfants à des gens qui sont capable:
- de produire cette prose!"
- d'imposer à « l’usager »: le parent, autant de distanciation pour aller vers le « sujet »: l’enfant!
Je ne connais aucun parent dont l'enfant lui a été enlevé suite à de fausses accusations qui ne met pas toute son énergie pour rétablir le lien dans le respect de la vérité. 
Mais face à ces « pervers », oui car c'est la même triangulation décrite dans le « syndrome d’aliénation parentale » S.A.P
- disqualification
- la subordination,
- la judiciarisation
à tout va!

Comment retisser le lien avec
un « usager » maintenu à distance du « sujet »?
Ces « dits professionnels de l'enfance » ne vont jamais au delà:

- du fichage, du contrôle et de l'évaluation, nos enfants et de nous parents via le bracelet électronique qu'est l'amour parental.
* Sur les fiches de l'ONED, la CNIL rend un avis extrêmement critique.
* Fichage des signalements d’enfants en danger : pour l’ONED, un nouveau camouflet.. http://danielgacoin.blogs.com/blog/2010/01/fichage-des-signalements-denfants-en-danger-pour-loned-un-nouveau-camouflet.htmlcid=6a00d8343bf27053ef01347fb3be65970c
* Le dernier numéro de la Nouvelle Revue de Psychosociologie sur la « passion d’évaluer »
http://danielgacoin.blogs.com/blog/2010/01/a-lire-absolument-le-dernier-num%C3%A9ro-de-la-nouvelle-revue-de-psychosociologie-sur-la-passion-d%C3%A9valuer.html

- du qualificatif de « client » : l'enfant ou « usager » : le parent pour financer l'ASE et générer les emplois de ceux qui nous fichent, contrôlent, évaluent ! . Ces 6000€ (INSEE 2006) par mois, par enfants placés que les conseils généraux donnent à ASE.

ASE n'a qu'une approche de « l'usager » ou « du sujet » dans la subordination, rarement dans la protection.
Ces enfants sorties du dispositif de la protection de l’enfance deviennent des adultes sans repére.
Puisque 40% des jeunes SDF de 18 à 24ans sortent du dispositif de la protection de l'enfance! (INSEE 2006).

ces « dits professionnels de l'enfance » mentent aux enfants.
À mon fils, il lui est dit qu'à 18 ans, il aura un appartement à lui avec 800€ par mois!!

si c'est vrai, de 18 à 24 ans, il leur coûtera 113.200€.

seulement 10/100 de ma spoliation,
- de ma famille Pérolini/Fournier , directement, pour avoir le contrôle de l'héritage paternel,
- par son ami intime et utile, Maître v Beluffi, protégeant l'informaticien de la mairie FN de Toulon, un escroc à la Madoff. Tous les parquets, les praticiens de justice et les préfectures le connaissent, savent, protègent son état d'insolvabilité depuis 30ans
- de la mairie de Cuers Var : le jardin Suzanne Fournier, le moulin à huile.

j'avais un capital qui me rapportait 1500€ par mois!

Pourquoi autant de colloque, journée, assise:
Pourquoi autant de parution, livres, recommandations........
Sur 2 sujets:

Les enfants placés,
Enquête INSEE 2006, c’est 77.000enfants placés abusivement. Dont seulement 10% pour maltraitance, les autres raisons sont sociétales : crise, précarité, mal logement, vengeance de tiers,…………..

Les jeunes adultes errants!
Toujours dans l’enquête INSEE 2006 : 40% des S.D.F de 18 à 24 ans sortent du dispositif de la protection de l’enfance.

Que la cour des comptes n’a fait que corroborer 4 ans après !

Préférez nettement:

Le collectif «Pasde0de conduite!» organise qu'en à lui son 3éme colloque scientifique et de société.
«Les enfants au carré!? Une prévention qui tourne pas rond!!!»
Prévention et éducation plutôt que prédiction et conditionnement.
Samedi 19 juin 2010, de la Mutualité - Paris

 Mes Blogs: - parents-disqualifies-enfants-places.over-blog.com/
                    - Syndrome-alienation-institutionnelle.over-blog.com/

PLAINTE CONTRE OLGA SPITZER

L'association Olga Spitzer a déjà été l'objet d'une instruction judiciaire ? Avez-vous des précisions sur le sujet ?

Protection de l'enfance

Il y a des choses plus importantes à retenir du rapport de la Cour des comptes, à commencer par l'inefficacité de la protection de l'enfance qui n'est pas ciblée sur l'aide à apporter aux familles qui en ont besoin et surtout l'absence de tout contrôle sur les organismes privés auxquels sont déléguées les missions d'assistance éducative.
La protection de l'enfance en France c'est avant tout l'histoire d'un déni de justice, d'un abandon.
Les juges des enfants ordonnent des mesures qu'ils confient à des organismes le plus souvent privés habilités auxquels ils signent un chèque en blanc. Ils refusent de les contrôler et suivent aveuglément leurs directives.
Le département doit les payer mais ne peut pas les contrôler puisque c'est l'autorité judiciaire qui les a missionnés.
Donc personne ne contrôle rien, ce sont des travailleurs sociaux qui font la pluie et le beau temps alors qu'ils devraient être encadrés.
Le résultat est que les personnes qui ont besoin d'aide n'osent pas la demander parce qu'il est maintenant notoire que si on avoue une difficulté, il y a grand risque qu'une assistante sociale aigrie ou déjantée vienne démolir l'équilibre, même précaire, de la famille en imposant ses vues.
Inversement des familles où il n'y a pas de problème significatif sont harcelées sur la base de dénonciations calomnieuses et, là encore, les équilibres affectifs et éducatifs sont détruits par des travailleurs sociaux lâchés sans aucun contrôle.

la fête des parents privés d'enfants: grande marche nationale.

*** LA FETE DES PARENTS PRIVES D'ENFANT - GRANDE MARCHE NATIONALE ***

Un collectif d'associations de pères et mères privés des liens avec leurs enfants organise une série d'actions entre le 15 mai et le 6 juin 2010 pour attirer l'attention des médias, des élites et de toute la population française sur le manquement de respect en France aux droits de l'enfant et à la dignité des parents.Vidéo présentation sur Dailymotion .
Vous pouvez apporter votre contribution à cette action citoyenne en participant et en diffusant l' « Appel à témoin » afin de permettre à tous d'apporter leur propre témoignage, et en faisant connaître la lettre ouverte au Président de la République et le résumé de la Convention des Droits de l'enfant ci-joint.

La première action : Une Lettre ouverte adressée au Président de la République pour lui demander d'ordonner par décret le respect de l'article 42 de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant , ( ONU - 20 11 1989), ainsi que l'affichage dans tous les préaux d'écoles primaires et dans les jardins publics de France, du condensé de cette convention réalisé par le CIDE pour une meilleure information du public.

La deuxième action : Un Débat le 15 mai prochain organisé à Montpellier, animé par Eric Mazet sur le thème « le mariage-parental en prospective ».

La troisième action : Dès la clôture du débat, coup d'envoi de l'opération "relais-poussette ". La «poussette du parent privé d'enfant » quittera le centre ville de Montpellier pour parcourir 855 kms à pied entre Montpellier et Paris, poussée à tour de rôle par des pères et des mères et sportifs de tous horizons solidaires qui livreront leur témoignage sur le parvis des mairies des villes traversées, aux élus, journalistes et citoyens de tout âge que nous invitons à venir à leur rencontre. A cet effet un site internet à été mis en place : Site relais-poussette -

Appel à témoignages

La Fête des Parents Privés d'Enfant : Le 6 juin, après 3 semaines de marche ininterrompue et des centaines de témoignages recueillis, le « relais-poussette » terminera son parcours au marché de la Bastille et inaugurera à 13 heures « La Fête des Parents Privés d'Enfant » qui proposera outre la rencontre avec des associations, des musiques, danses et autres distractions qui se termineront vers 20 heures.
« La Fête des Parents Privés d'Enfant » se veut un rassemblement d'espoir d'où le choix de cette date du 6 juin située entre la fête des mères et celle des pères.

« La Fête des Parents Privés d'Enfant » se veut également constructive : elle invite le Gouvernement, les politiques et les partenaires médiatiques à diffuser les textes et propositions déposées symboliquement dans « la poussette relais », à savoir :
- Le résumé de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant par le CIDE
- Le Contrat de Coparentalité actuellement à l'étude par le Gouvernement et exemple concret de Contrat Co-parental
- La proposition de déjudiciarisation des problèmes liés à la famille, au profit de la Médiation Familiale et de l'instauration du libre choix entre un divorce « civil » totalement déjudiciarisé et le divorce juridique actuel, comme garantie du respect de la vie privée et de la dignité des parents.

L'Etat ne peut souhaiter aujourd'hui « responsabiliser les parents » (comme avec le retrait des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire) si parallèlement il continue à favoriser la « lebensborn-mania » actuelle qui accorde au pouvoir judiciaire le droit de décider de la vie des citoyens et déresponsabilise les parents, désoriente les enfants, déshumanise la société.

le collectif de LA FETE DES PARENTS PRIVES D'ENFANT - contacts 06 32 28 73 24 - 09 52 70 98 59 - 06 07 94 01 58

par ordre alphabétique ALLO PAPA ALLO MAMAN, ASSOCIATION D'AIDE CONTRE LE HARCELEMENT MORAL, COLLECTIF JUSTICE POUR TOUS, JUSTICE PAPA PARITE PARENTALE, LADIES WORLDWIDE, LE PARTI DES ENFANTS DU MONDE, SOS INCESTE MALTRAITANCE, SOS PRIVES DE MAMAN, STOP VIOLENCE

les 4 ème assises nationales de la protection de l'enfance sur R

Pour préparer les 4 ème assises nationales de la protection de l'enfance

Radio GALERE, à Marseille,
MAX, AGATHE, SEVERINE
donnent la parole surtout aux parents, qui ne seront peu représentés ces 28, 29 juin 2010
mais aussi aux juristes, aux travailleurs sociaux !

I’antenne leurs est ouverte.

L’accroche de ces 4 ème assises nationales de la protection de l’enfance étant:

LA SOUFFRANCE DES PARENTS,
elle existe et elle est de plus en plus lourde à vivre pour ces parents qui n'ont rien fait d'autre que d'être victime de précarité, de mal logement, de vengeance familiale . (C’est 80% des parents confrontés aux services sociaux)
Ces parents via blog, site, forum se manifestent, se rassemblent, ……….
Nous parents, nous partons de nos enfants pour aller vers les services sociaux : 1° peine
Puis, à chaque fois, il nous est renvoyé une double peine, double culpabilité,
Puisqu’ à chaque fois que ces « dits professionnels de l’enfance » invoquent « l’intérêt supérieur de l’enfant »,
C’est pour vous supprimer un droit. Alors que vous n’avez rien fait, pire, parce que vous êtes victime !
Alors qu’eux s’arrogent d’un droit supplémentaire et, illégalement, car ils sont « hors la loi » en regard des :
-les lois de la République: une approche suspicieuse, culpabilisante par une mauvaise utilisation de la loi du 5 mars 2007,
- la convention internationale des droits des enfants : sa parole n’est pas entendu. Puis un enfant maltraité ne parle pas !
- les droits de l'homme,

LE DESARROI DES PROFESSIONNELS.
Les professionnels de l’enfance partent d’eux pour aller vers l’institution qui les emploient et, en dernier, puis votre enfant:
L’institution ne reconnaît jamais ces erreurs, alors elle surajoute du pire au pire, de l’inhumain à l’inhumain.
Ils ont recours au judiciaire comme un appui dans leur travail avec l’article L 226-4 du CASF qui leur donne le droit de statuer lorsque les familles manifestent leurs désapprobations.
"Ils ont nos enfants qu’ils ont en otage.
Ils se servent de nos enfants comme un bracelet électronique pour nous neutraliser, nous parents Nous faire taire !
Capable du pire en toute légalité.
Alors leur désarroi …………est un peu indécent.

COMMENT RETISSER LE LIEN?
D’abord que ces «capables du pire en toute légalité» respectés :
- les lois de la République: en la loi du 5 mars 2007,
- la convention internationale des droits des enfants : la France la ratifiée, 20 ans plus tard, à tous les niveaux de notre société, plusieurs articles de cette loi supra nationale que nul n’est censé ignorer, ne sont toujours pas respectés.
- les droits de l'homme, la dignité du parent pour qu’il ne soit plus traité de déchet humains devant leurs enfants devant les magistrats qu’ils sont sensés protéger et éduquer. Cet enfant doit voir que ses parents sont respectés et respectable, par

Le plus dur, ce sera pour ces parents, que ces institutions ont mis en mille morceaux.
refaire confiance aux institutions de la République qui les mit en mille morceaux.
- Vider de leur dignité de citoyens, de parents respectable,
- Disqualifier dans votre équilibre mental
- Vider financièrement, dépouiller, spolier………..pour que vous n’ayez plus la possibilité financière de les ester.

Intervenez en direct de toute la France,
Sur les sujets qui seront débattus à ces assises.
Les lundi soir à 18 h, par Téléphone au: Accueil: 04 91 08 28 15; Antenne: 04 91 08 28 10.

Émission qui informe les auditeurs sur ces parents coupables
- d'avoir eu affaire à l'aide sociale à l'enfance,
- d'avoir demandé de l'aide à l'aide sociale à l'enfance.

Et que celle- ci à broyer.
Puis l'accusation à charge ne s'arrête jamais.

Pour ces parents, certes, mais leurs enfants!
Otage de cette machine à broyer!
Comment peuvent-ils arriver à se construire?

Racontez nous votre « vécu de parent » confrontés « aux abus de pouvoirs »
- des services sociaux,
- des tribunaux des affaires familiales,
- des tribunaux des enfants.

Racontez nous votre « vécu de professionnels de l’enfance »

http://syndrome-alienation-institutionnelle.over-blog.com/
http://lesabusdesservicessociaux.e-monsite.com/blog.html/
http://sos-parents-abuses.forumactif.com/presse-information-evenements-emission-radio-tv-f6/emission-sur-la-protection-de-l-enfance-t54.html/

Coupable de protéger un enfant

L'argent est gaspillé, dans des procédures inutiles,
Uniquement, pour noyé le poisson,
Les services sociaux actuels, dans notre cas, dépensent l'argent pour protéger les coupables, et laisser un enfant en danger
Les juges suivent les rapports de ces services, sans broncher
C'est non assistance à personne en danger
Et les associations, à part quelques une, ou sont-elles ???
C'est tous ensemble, que nous devons protéger les enfants.