Document déclassé Etats-Unisdemande gouvernement australien australie essai gaz sarin soldats Quand les Etats-Unis voulaient tester l'effet du gaz sarin sur des soldats australiens... quand les etats unis test essai gaz sarin sur des soldats australiens australie documents declasses

En Australie, un document secret défense vient d'être déclassé. Entre 1963 et 1966, les Etats-Unis ont demandé au gouvernement australien, en pleine guerre du Vietnam, de tester les effets de gaz neurotoxiques, y compris le gaz sarin, sur... des soldats australiens. Washington demandait également de ne pas révéler la nature des tests, pour éviter une réaction de la population. Délicate attention !

Attention, coeurs sensibles et utopistes s'abstenir. "The Australian" publiait le 5 juillet un article à faire pâlir les plus fervents adeptes de la théorie du complot. La déclassification de documents conservés jusqu'ici sous le sceau du secret défense fait des vagues sur l'île-continent. Alerte au tsunami !

De l'efficacité du sarin sur les soldats australiens

Les Etats-Unis, dans les années 1960, avaient besoin de tester l'efficacité de ses gaz neurotoxiques, notamment le gaz sarin, qu'ils comptaient déployer au Vietnam. Peut-être par manque de main d'oeuvre locale, le secrétaire américain de la défense Robert McNamara demande donc en juillet 1963 au gouvernement australien de lancer un programme d'évaluation. Le document précise que 200 soldats devraient être utilisés dans les essais, et "seulement quatre à six auraient vraiment besoin de connaître tous les détails de l'opération".

etats-unis gaz sarin soldats australien

L'objectif de ces essais, totalement illégaux au regard du droit international, était d'évaluer l'efficacité d'agents neurotoxiques en situation de guerre, et notamment dans la jungle du Vietnam, où les combats redoublaient alors. En outre, le document conseille au gouvernement australien de cacher la véritable nature de ces essais, et d'évoquer, auprès du public, des tests d'équipements militaires. Histoire de ne pas effrayer inutilement les populations...

Le gaz sarin est un de ces poisons foudroyant qui peut causer la mort quasi instantanément par simple contact avec la peau. On ignore aujourd'hui si les australiens ont accédé aux demandes américaines. Ce que l'on sait, par contre, c'est que le gouvernement américain a, trois ans plus tard, fait une nouvelle demande pour des essais de gaz lacrymogènes. L'actuel ministre de la Défense australien, Joel Fitzgibbon, dans sa grande bonté, assure qu'une enquête va être ouverte et promet qu'"aucun essai de la sorte n'aura lieu à l'avenir". Les Australiens doivent se sentir rassurés.

Robert McNamara, s'il était encore vivant, regretterait certainement

L'ancien Premier ministre australien Malcolm Fraser, qui a été ministre des armées de 1966 à 1968, nie avoir eu connaissance de telles demandes des États-Unis. Il ajoute, connaissant bien Robert McNamara, que celui-ci regretterait certainement aujourd'hui cette demande. Peter Bailey, un conseiller de Mr Holt, premier ministre de l'époque, a déclaré que la demande des États-Unis a été prise au sérieux par le gouvernement australien et il croit se rappeler que le cabinet chargé d'y réfléchir était divisé sur la question.

Il faut savoir qu'environ 1000 soldats australiens avaient déjà participé à des essais de gaz moutarde dans le Queensland en 1942, à l'insu de leur plein gré. Et que des essais nucléaires britanniques, entre 1955 et 1963, à Maralinga en Australie du Sud, ont engendré de graves problèmes de santé pour les troupes présentes dans la région.

Ce n'est pas la première fois que des documents déclassés mettent à jour des pratiques scandaleuses. En Angleterre, une loi a contraint le ministère de la Défense d'exhumer de ses archives des documents qui révèlent que Londres avait organisé et installé un programme de torture secret dans l'Allemagne occupée par les Alliés à l'été 1945. Aux Etats-Unis, des documents déclassés ont permis de faire le jour sur les pratiques de Monsanto, qui connaissant les méfaits du PCB sur la santé humaine vingt ans avant tout le monde, mais qui n'en a pipé mot. Ou encore que Prescott Bush, grand père de son petit fils, a fait sa fortune en commerçant avec le régime d'Hitler pendant la deuxième guerre mondiale. Etc.

Et à chaque fois, on se dit "c'était il y a 50 ans, c'est loin, ça a changé". Mais chaque année qui passe voit son lot de nouveaux documents déclassés, et son lot de nouveaux scandales qu'on a déjà oublié, avant même de les connaître. Et dans cinquante ans, on dira quoi ?

 

(Source : theaustralian.news.com.au, rapporté par Courrier International)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Et dans cinquante ans, on dira quoi ?

Rien, comme c'est parti on sera tous morts... ou pas loin de l'être...

à l'insu de leur plein gré

Juste en passant

"à l'insu de leur plein gré" est toujours aussi incorrect qu'avant en Français. C'est juste que Richard Virenque a popularisé cette expression à l'occasion de l'affaire de dopage Festina.

Donc c'est plutôt simplement "A leur insu" ;)

Je me doute que vous le savez, mais il ne faudrait pas non plus la banaliser sinon nos enfants la considèreront comme normale dans 30 ans...

Je cite : "Les Mots ont un sens" (et pas question qu'on s'en foute !) ;)

triste

Toute l'histoire liée aux USA est vraiment triste
http://www.digg-france.com/SCIENCES/LES-USA-ONT-TESTE-DES-GAZ-CHIMIQUES-SUR-LES-SOLDATS-AUSTRALIENS