Retraite par capitalisation PERCO Retraites : une réforme tout bénef... pour les assureurs ! retraites tout benef pour les assureurs 7980

En toute discrétion, pendant l'été, plusieurs députés ont déposé quelques subtils amendements à la nouvelle loi sur les retraites. Objectif : généraliser la retraite par capitalisation. Et tant pis si l'exemple américain vire au cauchemar.

Retraites par capitalisation

Ce n'est un secret pour personne. Les pensions des retraités baissent. Et elles continueront de baisser. Encore et encore. A tel point qu'Aviva, sixième assureur mondial, affirme que les 27 pays de l'UE devront trouver 1.900 milliards d'euros pour assurer une "retraite décente" à leurs citoyens qui prendront leur retraite entre 2011 et 2051. Dont 243 milliards pour la France. Ainsi, Aviva estime que le Français moyen devra épargner 8 000 euros par an pour compléter sa retraite future. Une aubaine pour les assureurs...

Amendements à buts très lucratifs

Un journaliste du site miroirsocial.com s'est penché sur le texte de la nouvelle loi sur les retraites. Et devinez ce qu'il y a trouvé : quelques discrets amendements, déposés sans tambour ni trompette, destinés à développer les "plans d'épargne collectifs pour la retraite" (PERCO) et les "plans d'épargne-retraite populaire" (PERP). Créés par Fillon en 2003, ces fonds de pension investis en Bourse sont abondés par le salarié, selon ses moyens, et son employeur, selon sa volonté. Avec en général une contrepartie : le gel des salaires. Et donc une baisse des cotisations du régime général, comme le souligne le Canard Enchainé de cette semaine. Une façon discrète de transférer des fonds du système par répartition vers la capitalisation individuelle...

Modernité, quand tu nous tiens...

Jusqu'à présent, les PERCO étaient réservés aux grandes entreprises. Un amendement propose de les généraliser aux PME. Un autre suggère d'y affecter la moitié des sommes versées au titre de la participation. Un troisième demande aux entreprises offrant une retraite chapeau à leurs dirigeants de créer systématiquement un PERCO à destination de leurs salariés. Et enfin, un dernier propose à ceux qui n'auraient pu profiter de leurs RTT de les reverser sur un fonds d'épargne retraite. Bref, tout est fait pour que la retraite par capitalisation se généralise, alors qu'elle restait jusqu'à présent une exception.

Un Sarkozy peut en cacher un autre

En 2009, les plans de capitalisation représentaient près de 10 milliards d'euros de cotisations, sur les 230 versés au régime général. C'est peu, mais déjà beaucoup pour un produit aussi jeune. Et les nouvelles mesures ne manqueront pas d'accélérer encore le mouvement. Une catastrophe, pour les salariés. Une opportunité, pour les assureurs, qui multiplient les offres d'assurance retraite par capitalisation. Ainsi, le groupe Malakoff-Mederic, dont le PDG, Guillaume Sarkozy, n'est autre que le frère de notre président... s'apprête à lancer son offre PERCO. Ça marche comme ça chez les Sarkozy : Nicolas réduit les montants des pensions de retraite pendant que Guillaume propose des complémentaires aux salariés les plus aisés.

Oncle Sam floué...

Pourtant, la retraite par capitalisation est une catastrophe. Une récente étude universitaire montre qu'il manque 6.600 milliards de dollars aux fonds de pension américains pour maintenir le niveau de vie de leurs assurés pendant leur retraite, soit 45% du PIB des Etats-Unis. Excusez du peu ! Les fonds de pension US sont dans une situation financière abracadabrantesque. Ceux des 100 premières entreprises américaines accusent un déficit de 460 milliards de dollars. A ce jour, les retraités américains ne sont pas sûrs de recevoir le fruit de leur épargne. Loin de là. Un exemple de modernité, à suivre de toute urgence...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Les parlementaires UMP poussent à la capitalisation

Sur le même sujet, lire « En catimini, les parlementaires UMP ouvrent grand les portes à la retraite par capitalisation » sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article364

Vous trouverez sur le site http://www.retraites-enjeux-debats.org/ des analyses, des argumentaires, des informations pratiques (lieu des rassemblements, meetings, manifestations, liens vers d’autres sites utiles …) et du matériel militant pour les manifestations à venir (slogans, pancartes à imprimer, tracts …)

Par exemple une Lettre ouverte aux jeunes : « Dénoncez ces réformes qui vous ferment les portes de l’emploi et des entreprises ! » sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article322 … et une Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy : "Les Français n’ont pas besoin de travailler plus longtemps, mais de travailler tous !" sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article316" … ainsi que la réponse de la Présidence de la République.

60 ans et pas un jour de plus !

Pourquoi la retraite à 60 ans et pas un jour, pas une heure et pas une seconde de plus?
Parce que nous en avons assez d’être absorbés par l’appât du gain et nos abominables faims…
Parce que nous sommes des affairés, pauvres ou appauvris qui ne seront jamais tirés d’affaire…
Nos corps vivent peut-être un peu plus longtemps mais nos âmes meurent souvent prématurément …
Que de temps perdu pour gagner du temps ! Le nôtre pour le vôtre…
Que de bonheur en moins pour quelques euros de plus !
La retraite, pour nous, ça ne veut pas dire se retirer sur la pointe des pieds pour ne pas effrayer les nouveaux patients qui vont passer sur la table d’opération… non et non !
Nous ne sommes pas des mendiants qui réclamons un peu plus de signes d’affection… non et non !
Nous ne demandons pas plus de temps, pour se reposer après un effort insensé ou pour déposer les armes après une bataille remportée… non et non !
Mais… pour lire… lire… et lire.
Il y a tellement de beaux livres à lire, d’auteurs à découvrir et de leçons à retenir… pour apprendre à mourir.
La retraite à 60 ans pour lire tout Molière, tout Flaubert, tout Baudelaire.
Et mourir en se disant : non, et non… je n’ai pas fini …
Je vous entends ricaner : Et qui va financer ce manque à gagner ?
C’est ça la question ?

http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%2060%20ans

Et encore une louche

En y rajoutant le nombre de gens qui malgré les chiffres semblent tomber comme des mouches au delà de 50 ans : si t'as pas un cancer, t'es pas normal. Bientôt, si t'as pas un cancer, c'est que t'es mort.
La gauche ne reviendra sur rien, et ne remettra jamais en cause la trahison à laquelle elle a participé. Bref, cernés de tous les côtés, le système démocratique évidemment insuffisant pour élire un sauveur providentiel (car il a besoin de l'aval des médias et donc rend tout caduque la moindre tentative de gagner à la gentille), les Français n'ont peut être plus aucun choix.

Entre action coup de poker (c'est à la mode) ou pourrissement à la soviet' de l'arbre de la liberté, le choix semble simple.
Faut-il écouter les bien pensants qui veulent castrer la Marseillaise ? Non.
Après tout, l'ennemi est à l'intérieur, et la démonstration de l'impureté de son sang n'est plus à faire.

Attention à la comparaison avec les US

C'est un peu un parti pris que de critiquer la capitalisation en évoquant qu'il "manque 6.600 milliards de dollars aux fonds de pension américains pour maintenir le niveau de vie de leurs assurés pendant leur retraite".

En france avec la retraite par répartition du régime général on ne maintient pas non plus le niveau de vie une fois à la retraite.
On est en dessous des 60% sur le régime général et cela malgré le déficit.
En plus l'étude à laquelle vous renvoyez précise que du coup ils vont devoir travailler jusqu'à 65 ans (comme nous déjà dans le privé) voir + (comme nous).

Conclusion : votre article prouve surtout qu'il y a le même problème des 2 côtés(sauf que le U ne génère pas un déficit en plus...)

Tout à fait d'accord avec

Tout à fait d'accord avec vous sur tous les points.

Bonjour, Malakoff-Médéric

Bonjour, Malakoff-Médéric MALAKOFF ????? hum !!!!ça me rappelle ..................mamamamad?????c'est ça MADOFF

De la façon de présenter les choses

Bel exemple de faits présentés de manière à soutenir une théorie pour un joli procès d'intentions...

"Créés par Fillon en 2003, ces fonds de pension investis en Bourse sont abondés par le salarié, selon ses moyens, et son employeur, selon sa volonté. Avec en général une contrepartie : le gel des salaires."

Pas forcément.Et c'est là l'erreur qui pousse à ensuite faire une analyse politique erronée.A moins que ce ne soit l'analyse politique qui pousse à faire l'erreur consciemment ou non.Ces plans sont en général des compléments ou si vous préférez suppléments de salaire auxquels sont libres d'adhérer ou non les employés.Leur adhésion ne conditionnera pas un gel de leur salaire.A moins de considérér que vu que l'entreprise abonde ces plans,elle répercutera les coûts en gelant les salaires.Quoiqu'il en soit,la somme que verse l'entreprise ira tôt ou tard au salarié.Ou non si il décide de ne pas souscrire.

"Jusqu'à présent, les PERCO étaient réservés aux grandes entreprises. Un amendement propose de les généraliser aux PME."

Oui et les salariés des grandes entreprises ne s'en plaignent pa,si? Les avantages dont jouissent les salariés des grandes entreprises étendus aux autres sont-ils un signe de danger? C'est un peu comme dénoncer les bénéfices qu'offrent les comités d'entreprise si toutes les PME pouvaient disposer des mêmes. A moins de penser que les comités d'entreprise sont un gâchis et que l'argent qui leur est versé pourrait l'être en salaires aussi.Pourquoi pas après tout.

"Un troisième demande aux entreprises offrant une retraite chapeau à leurs dirigeants de créer systématiquement un PERCO à destination de leurs salariés."

On peut voir cela comme une incitation à limiter les retraites chapeaux si impopulaires qui se développent ou à prévoir un complément de retaite pour les salariés aussi.

"Et enfin, un dernier propose à ceux qui n'auraient pu profiter de leurs RTT de les reverser sur un fonds d'épargne retraite"

Est-il mieux de perdre les RTT dont on n'a pas pu disposer parce que l'activité de l'entreprise n'a pas pu le permettre? Car actuellement,il est bel et bien possible de perdre ces RTT.Voire de ne pas se les faire payer quand on est dans la fonction publique.

"Une opportunité, pour les assureurs, qui multiplient les offres d'assurance retraite par capitalisation. Ainsi, le groupe Malakoff-Mederic, dont le PDG, Guillaume Sarkozy, n'est autre que le frère de notre président... s'apprête à lancer son offre PERCO."

Le groupe Malakoff-Médéric est plus proche de la mutuelle que de la société d'assurance.Il s'agit d'un organisme paritaire à but non-lucratif.Les mots ont effectivement un sens... La CGT et les autres sont donc elles-aussi dans le complot? Ou bien les noms propres ont plus de sens que les mots et le seul fait que le frère du président soit à la tête de Malakoff-Médéric suffit à persuader ceux qui n'ont pas vraiment besoin de l'être du mal représenté par cet organisme (et tous les autres aussi d'ailleurs mais ne nous arrêtons pas à ce détail puique c'est bien le frère du président qui pousse à écrire tout et n'importe quoi à ce sujet)? Les péchers du frère...Joli procès d'intention basé sur une appartenance familiale.Espérons qu'on ira pas trop loin dans ce sens sans quoi on n'a pas fini de dire du mal de familles entières.

"Pourtant, la retraite par capitalisation est une catastrophe. Une récente étude universitaire montre qu'il manque 6.600 milliards de dollars aux fonds de pension américains pour maintenir le niveau de vie de leurs assurés pendant leur retraite, soit 45% du PIB des Etats-Unis. Excusez du peu ! Les fonds de pension US sont dans une situation financière abracadabrantesque. Ceux des 100 premières entreprises américaines accusent un déficit de 460 milliards de dollars. A ce jour, les retraités américains ne sont pas sûrs de recevoir le fruit de leur épargne."

Certes.La retraite par capitalisation n'est pas la panacée voire implique des risques très inquitéants pour les salariés.C'est pourquoi beaucoup ne souscrivent pas aux plans d'épargne retraites qui leur sont proposés et préfèrent garder leur argent plutôt que de le placer.La tendance risque de s'inverser si le régime par répartition n'est pas rendu pérenne à 100% car les gens s'inquiètent et force est de constater qui'il ne l'est pas.

A moins qu'il ne s'agisse là aussi d'un complot et qu'on nous mente alors qu'il serait si facile de le conserver en l'état? Si oui,tant mieux! Place aux contre-propostions! Mais espérons que ce plan B ne sera pas comme celui proposé lors du référendum européen (autre complot des puissants à l'époque) car cinq ans après ,on attend encore l'alternative pour une autre constitution plus à même de prendre soin des peuples.Mais là où il est possible d'attendre encore longtemps pour la constitution européene,ce luxe ne nous est pas offert pour les retraites déjà déficitaires hélàs et le mutisme,le manque de réalisme ou le flou de certains propositions laisse songeur. gageons que ceux qui crien au complot sauront mettre ne avant de réelles contre-propositions sous peu. En tous cas,on peut toujours l'espérer...