Venezuela  Référendum  Hugo Chavez  Chavez dictateur vote Venezuela, Référendum, Hugo Chavez : un dictateur qui met au vote ses décisions ? revue de blogvenezuela referendum hugo chavez un dictateur qui met au vote ses decisions

Venezuela, Référendum : Hugo Chavez serait-il un dictateur qui met au vote ses décisions ? Et auquel le peuple aurait le droit de dire "non" ? Cela fait des mois qu'Hugo Chavez est présenté comme un dictateur dans les médias français. Pour deux raisons : il ferme les télévisions d'opposition et il veut se faire élire à vie. Comment peut-on en arriver à un tel point de mauvaise foi ? Critiquer, oui certes, mais diaboliser aveuglément...

1- Il est censé avoir fermé une télévision d'opposition

En fait, ce qu'il s'est réellement passé, c'est que, comme en France, les plages hertziennes de diffusion sont considérées comme propriété publique. Et toute personne émettant sur le domaine publique se doit d'obtenir une autorisation. Cette autorisation est limitée dans le temps, et une décision de reconduction peut, ou non, intervenir à la fin de ce délai. Chavez a estimé que la télévision n'avait pas répondu à son cahier des charges initial, et suite à l'expiration de la licence originelle, n'a pas souhaité reconduire le contrat. Scandale absolu !

                       hugo-chavez-venezuela-referendum-rctv-opposition           

Pourtant, pour être complets, il faut juste préciser que :

- Si, en France, la loi avait été fermement appliquée, TF1 n'aurait pas pu continuer à diffuser, ayant manifestement renié son cahier des charges. Pourtant, sa licence a été renouvelée en 2002, dans le plus grand silence. Vous rappelez-vous la promesse du "mieux-disant culturel" ?

- Si au Venezuela, il existe toujours deux télévisions d'opposition, il n'en existe toujours aucune en France (cf. JF Kahn).

- La télévision en question, RCTV, continue de diffuser sur le câble et sur Internet.

 

2- Il est censé vouloir se faire élire à vie

- Pourtant, il ne s'agissait que d'un référendum, et les référendums du Venezuela permettent de répondre "oui", mais aussi "non". Comme on vient de le voir.

- Si, en France, un président demandait un référendum de même facture, les médias dénonceraient-ils une dérive autoritaire ? C'est ce qu'il s'est passé en 2000, et je ne me souviens pas de telles allégations de la part de la presse.

- Si, en France, on proposait de faire passer des lois qui réduisent le pouvoir de la constitution, sans consultation du peuple, les médias dénonceraient-ils une dérive autoritaire ? C'est ce qui est en train de se passer et les médias félicitent Sarkozy d'avoir sauvé l'Europe...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

La main de Georges est t'elle plus sale que les autres?

En tant que gauchiste...tant bien que ce terme quelque peu péjoratif désigne la gauche de l'extrême gauche...je regrette, malgré la désinformation occidentale manifeste, cette fascination troublante à l'égard d'un homme qui sous les bons hospices de mener une révolution bolivarienne, ne survie que par le commerce (pas très révolutionnaire, ça, le commerce) d'une matière première polluante et qui n'hésite jamais à serrer, gaiement, la paluche d'un grabataire cubain, d'un psychopathe du FSB et d'un fasciste religieux qui, lui, va jusqu'à nier la présence de l'amour entre les hommes...

comprend pas!

Venezuela Hugo Chaveez référendum

"En tant que gauchiste": comme quoi il ne suffit pas d'être gauchiste et de se dire "révolutionnaire" pour avoir un sens de classe. A l'extrême droite aussi on trouve des illuminés.