Rapport Afsset microparticules Microparticules : toxiques même à faible dose, selon l'Afsset sante microparticules nocives meme faible concentration 3808

Les microparticules sont dangereuses pour la santé, quelles que soient les concentrations observées, et les systèmes d'alertes mis en place pour informer de pics de pollution sont inutiles. Tel est en substance le contenu d'un communiqué de l'Afsset publié lundi.

Les microparticules sont dangereuses pour la santé

Voir l'épisode 2 : "Alerte aux microparticules à la RATP"

À la suite d'un changement méthodologique dans les mesures de particules fines dans l'air, le 1er janvier 2007, les résultats obtenus faisaient état d'une nette augmentation des concentrations détectées. Les ministères chargés de l'écologie et de la santé ont donc commandité un avis d'expertise en août 2007, celui-ci a été publié hier par l'Afsset.

Nocivité à toutes les concentrations

Le rapport conclut que les particules fines dans l'air ambiant ont des effets indésirables sur la santé, qu'il s'agisse d'exposition de court terme ou d'exposition chronique. "On ne peut trouver de seuil de pollution au-dessous duquel il n'y aurait pas d'impact sanitaire" et "la mise en oeuvre de seuils d'information et d'alerte relatifs aux particules ne présente globalement pas de bénéfice sanitaire substantiel" affirme aussi l'Afsset.

Ce ne sont pas les pics de pollution qui sont les plus nocifs, mais bien les expositions fréquentes à des niveaux modérés. En effet, 97% de l'impact sanitaire est attribuable à des niveaux peu élevés (inférieurs à 50 µg/m3), mais fréquemment mesurés dans l'air. Les particules fines PM10 - d'un diamètre inférieur à 10 microns - et surtout PM2,5 - moins de 2,5 microns - peuvent pénétrer profondément dans les voies respiratoires. En Europe, 350.000 décès prématurés sont imputables chaque année aux particules fines.

Réduire les sources d'émission

L'Afsset encourage donc les pouvoirs publics à réduire les sources de microparticules que sont la combustion du bois, du charbon et du fioul dans le résidentiel et le tertiaire (27% des émissions), de l´industrie manufacturière (28%) et de l´agriculture/sylviculture (30%). Dans les zones urbaines, les transports contribuent également de manière importante (passant par exemple de 11% au niveau national à 30% en Ile de France). Autres mesures préconisées : l'information de ces dangers aux publics les plus sensibles (femmes enceintes, nouveau-nés, enfants, personnes âgées...) et la révision des seuils de concentration réglementaires.

Le Grenelle de l'environnement devrait prendre ce rapport en compte. La première phase a déjà conclu qu'il fallait mettre en place un plan "particules" avec un objectif de 15μg/m3 (PM2,5), valeur cible en 2010 et obligatoire en 2015, soit une réduction de 30% de la pollution, avec atteinte à terme de la valeur guide de l'OMS (10μg/m3). Il y a encore du chemin à faire...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

la montée en flèche du nombre d'asthmatiques

depuis des années, aurait du mettre en branle les pouvoirs publics depuis longtemps. A Paris, des familles sont obligées de déménager parceque la vie de leur(s) enfant(s) est en danger à cause de cette maladie, d'autres doivent envoyer ces enfants en établissements spécialisés à des centaines de kms d eux.

Comme pour tant d autres faits, les pouvoirs publics ont fermé les yeux de façon criminelle.

Particules fines 2.5 tuent

J'ai bien aimé votre façon de traiter le dossier des particules c'est pourquoi je pose à vous ma question. Félicitation et merci

Contexte: Québec le gouvernement copie les solutions pour réduire les GES de la France et Europe. Même que le ministre de l'environnement en 2006 avait fait une déclaration disant qu'il ne voulait pas que le Canada fixes des normes d'émission. Tout ça pour réduire les GES et augmenter à volonté la pollution de l'air. Celle qui cause le plus de problème de santé et qui tue.
Notre association de gens lésés par la fumée suivons le dossier de la combustion du bois et de la pollution qu'elle cause depuis plus de 15 ans. Ici les PM 2.5 on identifie la provenance depuis plusieurs années ce qui donne des résultats renversant. J'ai déjà demandée si la France identifiait la provenance des PM 2.5 et la réponse fut non en 2006 et conserver les copies des réponses.
Quand je vois toujours dans des articles de presse, on nous montre que l'automobile et industrie et pourtant ce n'est pas les autos à essence qui polluent le plus mais la combustion du bois, bien après le diesel et les moteurs à deux temps. 9 heures chauffer au bois équivaut en rejet de particules fines 2.5 l'équivalent d'une voiture à essence ayant parcouru 18 000 kilomètre et 60 heures dans le cas d'un poêle certifié EPA et les feux extérieurs encore davantage. Au Québec le chauffage au bois 39105 tonnes de PM 2.5 les gros camions diesel 4165 tonnes et l'auto 243. Imaginez que le gouvernement veut chauffer les hôpitaux et écoles à la biomasse les gens les plus vulnérables de la société. Vraiment j'aimerais bien savoir si depuis 2006 on identifie les PM 2.5? car encore on montrait l'image de la voiture suite à votre nouvelle. Comme chez-nous on parle de l'auto mais il se consomme plus d'essence hors route et pourtant rien n'est dit tout comme pour les camions. Le chauffage au bois représente au QUébec 60% des particules fines peu dire.
Une personne très inquiète de voir combien l'économie nous dirige tout droit dans des trous sans fonds. Recevons souvent des plaintes de France, Belgique et Suisse.

Association pour L'Air Pur (ALAP)
Site Internet: WWW.ALAP.QC.CA www.lac-beauportois.com www.Citizensforenvironmentalhealth.com

Extrait du rapport de 2004 d’Environnement Canada :
Les deux, en caractère noir plus élevé du Canada même que l’Ontario.

Les rejets de PM 2.5 par secteur d’activité : chauffage au bois résidentiel : à 39 105 tonnes, les véhicules léger : 243 tonnes, camion lourds diesel : 4169 t., véhicules lourds à essence : 25t., camion léger diesel :161 t.,véhicules léger diesel : 90t., camion léger essence : 126 t.,Transport maritime : 1608 t., consommation diesel hors route : 7183t, consommation essence hors route :1721 t., transport ferroviaire :215 t., Aucune autre activité humaine ne contient autant de PM 2.5 que la combustion du bois. En plus des autres polluants comme les dioxines et furanes, HAP, COV, métaux lourds, etc.

http://pilule.telequebec.tv/pages/Categorie-de-sujets-dun-emission/dossier-de-la-semaine.aspx?emission=188&date=2009-01-29

http://www.mddep.gouv.qc.ca/air/iqa/index.htm

Résultat...

... d'une politique trop favorable au diesel depuis des decennies. Et avec les FAP actuels, seules les PM2.5 passent encore: Ce sont les plus nocives, mais on ne les voit plus trop.

Ajoutons actuellement l'effet chauffage bois, particulièrement sensible dans les secteurs pavillonnaires denses de nos périphéries de grandes villes avec le pétrole cher: Depuis 2 ou 3 hivers, les nuits bien froides en conditions anticycloniques (polluants maintenus près du sol avec le froid et les hautes pressions), l'air est parfois ausi irrespirable.

A quand une législation sur les rendements des inserts/poeles... voire une filtration... au moment ou tant de gens s'équipent?

Gouverner c'est prévoir, dit-on...

Merci à Calvet et aux lobbys des constructeurs automobiles

A nous recompter que les CO2 est un polluant, on y a cru, et on a tous plongé pour le Diesel. Les polluants sont les particules, les monoxydes d'azote, les dioxydes d'azotes, etc.