critique résultat Interview Sarkozy 5 février 2009 Face crise Sarkozy : l'interview qui fâche sarkozy interview 5 fevrier 2009 face a la crise 3300

Les Anglais, fâchés. Les Tchèques, fâchés. Les sondeurs, fâchés. Les Gandrangeois, fâchés. Les économistes, hallucinés, de voir un président aussi... fâché avec les chiffres. Décryptage d'une interview en forme de bêtisier. Face à la crise... de foi.

Sarkozy interview TV 5 fevrier

5 février 2009. Interview du président Nicolas Sarkozy dans l'émission "Face à la crise" diffusée sur TF1, France 2 et M6 , avec les journalistes David Pujadas, Laurence Ferrari, Guy Lagache et Alain Duhamel. Morceaux choisis.

Taxe professionnelle

8 milliards d'euros : c'est l'estimation annoncée par Nicolas Sarkozy du coût de la suppression de la taxe professionnelle, seule mesure concrète proposée jeudi soir. Mais en réalité, cet impôt rapporte 28 milliards à l'Etat, comme l'a déclaré Philippe Laurent, président de la commission des Finances de l'Association des maires de France. Et sa suppression entrainerait un manque à gagner de 18 milliards, et non 8 milliards. Autre détail, son "remplacement" par la taxe carbone fait bondir les cadres du Ministère de l'Environnement, qui n'avaient pas l'air au parfum. Le pactole issu de cette mesure devait servir à financer des mesures d'économies d'énergie (Voir lejdd.fr). Un Grenelle, quel Grenelle ?

Aide aux banques

1,4 milliards d'euros : c'est le montant des plus-values que Nicolas Sarkozy espère tirer de son premier plan d'aide aux banques. Mais ce chiffre ne prend pas en compte les intérêts des emprunts contractés par l'Etat. Au final, selon le Ministère de l'Economie, l'Etat s'enrichira (seulement) de 800 millions d'euros. Deuxième oubli du président : si ces intérêts sont effectivement payés par les banques, ce sera à leurs clients de supporter la douloureuse. Donc aux particuliers, et aux entreprises. Merci pour eux.

Gandrange

Festival de désinformation, ou d'incompétence. Nicolas Sarkozy "réécrit l'histoire", titre Liberation.fr, dans un article qui liste les oublis, les "erreurs" et les déformations. Ou peut-être faudrait-il reprendre le terme de "mensonge", utilisé par le chef de l'Etat ? Voir "La Mouette".

Baisse de la TVA Outre-manche

Nicolas Sarkozy s'est attaqué à la baisse de la TVA de 2,5 points décrétée par Gordon Brown pour lutter contre la crise. Cette mesure aurait, selon le chef de l'Etat, contribué à accélérer la baisse de la consommation. Totalement faux. Au Royaume Uni, la consommation en produits manufacturés a augmenté de 2,6% de novembre à décembre 2008, et de 4,3% de décembre 2007 à décembre 2008. En France, par contre, l'Insee affiche une baisse de la consommation : -0,9% de novembre à décembre et -1,7% de décembre 2007 à décembre 2008 (voir "Dechiffrages"). Le président a aussi fustigé la Grande-Bretagne pour avoir laissé mourir son industrie, qui est exactement au même niveau que celle de la France, au pourcent près...  La Grande-Bretagne n'a manqué de faire savoir son mécontentement. Difficile de lui en vouloir...

Délocalisations

Nicolas Sarkozy a aussi trouvé anormal que les industries automobiles produisent en République Tchèque les voitures destinées au marché français. Et concernant les produits made-in-China ? On arrête tout et on recommence ? Petit rappel utile : le montant global des importations pour l’année 2008 se chiffre à 465 milliards et le déficit commercial a battu un record à 56 milliards d'euros. Il y a du boulot ! La République Tchèque a elle aussi violemment critiqué le discours de notre président.

Partage des profits

Plus égalitaire que jamais, le chef de l'Etat a fermement souhaité que les profits soient équitablement répartis entre les actionnaires, salariés et fonds propres, notamment dans le secteur bancaire. Ce qui amènerait, logiquement, à sortir un tiers des bénéfices sous forme de dividendes. Soit exactement ce qui se pratique depuis quelques années. Une façon de préparer l'opinion aux distributions gargantuesques de dividendes qui se préparent dans les banques aidées ?

Chômage

"C'est pire ailleurs". Nous voilà rassurés.

Education - Réforme de l'Université

Trop tentant, un président d'une grande université (Paris 5), de gauche et médiatique de surcroît... Nicolas Sarkozy n'aura pas résisté à citer Axel Kahn comme soutien de sa réforme. C'est donc qu'elle est bonne, forcément... Sauf que quelques heures plus tard, celui-là même annonçait que le gouvernement fonçait dans le mur et que la réforme était morte-né. Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas.

Sondages

Et au final, les Français ont-ils été convaincus ? Oui à plus de 50% pour les deux sondages CSA et Opinion Way, basés sur les sondés ayant suivi l'émission jusqu'à son terme. Car contrairement à ce qu'on aura pu lire, les conclusions du sondage CSA n'était pas vraiment objectives (lire lefigaro.fr). Le sondage Opinion Way ne se base que sur le nombre de personnes ayant vu l'émission, nombre qui n'est indiqué nulle part dans la notice publiée. En réalité, 561 personnes, comme nous l'a indiqué par mail l'institut. Un peu léger, mais le coeur du problème est ailleurs, car comme le souligne Rue89, pour suivre cette émission, il fallait avoir le coeur bien accroché ou... penchant côté UMP.

Un bêtisier dès le mois de février, l'année s'annonce chaude...

Ajout, 14h00 : Au sujet de l'audiovisuel public, aussi... lire "le gros mensonge de Sarkozy" sur Liberation.fr

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Fallait même pas regarder!

Le jour ou ce "petit con" verra mediametrie donner 5% de spectateurs, loin derrière Gulli, ca lui fera sans doute bien plus de mal que d'analyser son manque d'intelligence flagrant et le néant de sa politique qui n'a fait qu'amplifier la crise plutot que de l'amortir.

Tout a fait d'accord

5% de spectateurs ça lui farait plus mal au c.l que n'importe quel manif

Peut être que tu devrais te

Peut être que tu devrais te présenter aux élections et nous montrer ton intelligence alors...

Mensonge sur le bénéfice des prêts bancaires : bien plus éno

Et la société adhoc qui emprunte sur le marché (à ceux qui ont reçcu notamment 15 milliards de cadeaux fiscaux...) a ses parts réparties ainsi :
36 % pour l'État, 54% pour le groupement des banques.
Mais pourquoi cette société peut emprunter sur le marché ? Parce que les rentiers-capitalistes ont confiance en l'État qui apporte 100% de la garantie !!!
A quoi sert le groupement des banques alors ? A rien ! Ou plutôt si !
A empocher sans raison et sans risque l'essentiel des gains ! Comme d'hab.

C'est ça le Libéralisme : c'est toujours celui de l'autre.
Et les politiques sont des criminels complices.

Fallait pas regarder !

D'ac avec Anonymous #1 du jour : je n'ai pas regardé (je n'ai pas la télé, mais je n'ai pas non plus regardé sur le web). Je m'attendais déjà à la grosse comédie, + ne "donnons" pas d'argent aux pauvres parce qu'ils ne savent pas s'en servir, la condescendance encore et toujours, du mépris, du foutage de gueule et quand j'ai lu le lendemain, c'était exactement ce que j'avais imaginé. Une bonne veille de 1789, mais en ce temps-là, on n'était pas vissés par le crédit ?
Par ailleurs, je ne sais pas comment sont mesurés les indices d'audience, mais j'ai beaucoup entendu dire le lendemain "j'étais gavé, j'ai zappé au bout de 5'). Ceux-là sont-ils comptés comme des Français scotchés jusqu'à la fin de l'émission intégrale ?
Anne

Taxe professinnelle

Pourquoi personne ne dénonce le fait que ce qui ne sera pas payé en Taxe Professionnelle sera payé en Charge Sociale pour l'entreprise ? J'en ai fait la douloureuse expérience il y a deux ans en demandant une exonération exceptionnelle de cette dernière !!! La Taxe Professionnelle est une Charge inscrite dans le Compte de Résultat au même titre que les Achats de marchandises,... . Ensuite le total des Charges est déduite du total des Ventes de marchandises ce qui donne le Bénéfice de l'entreprise et c'est en rapport de ce Bénéfice que sont calculées les Charges Sociales dûes par l'Entreprise. Donc plus si la Taxe Professionnelle disparait le Bénéfice augmente et les Charges Sociales aussi. Quand cela m'est arrivé je me suis déplacée au centre de RSI de ma région pour dénoncer "l'arnaque" dont j'avais été victime et c'est le controleur responsable qui m'a expliqué que cette exonération dont jamais bénéficié était "un cadeau empoisonné".