Sarkozy presse internationale étrangère-revue de presse internationale Sarkozy Sarkozy vu par la presse étrangère. Détonnant ! Avril 2008... sarkozy vu par la presse etrangere avril 2008 revue de presse internationale

La presse internationale en voudrait-elle à Nicolas Sarkozy ? Ou simplement, serait-elle un peu plus libre et un peu moins frileuse ? Quoi qu'il en soit, voici la deuxième fournée des revues de presse internationales dédiées à notre président. On ne s'en lasse pas !

Si vous avez manqué le premier épisode, et si vous voulez savoir s'il est possible que Nicolas Sarkozy soit présenté comme un « adolescent attardé, éhonté, irritant, narcissique, plus digne d'une vedette du rap que d'un chef d'Etat, qui n'a aucun sens du ridicule, plus proche de Bidochon que de Flaubert »... alors cliquez ici. Aujourd'hui, la presse internationale ironise sur le « syndrome Sarkozy » et le place à toutes les sauces. Poutine en a dernièrement fait les frais, lui qui a jeté son dévolu sur une jeunette de 25 ans. La BBC raille les « exercices de flagornerie éhontée » de Sarkozy lors de son passage en Angleterre... et ce n'est pas tout...

Sarkozy presse étrangère New-York Times, Etats-Unis, 22 mars 2008, titre « Président bling-bling » : « Pour un politicien qui a travaillé si longtemps et si durement pour arriver au Palais de l'Elysée, M. Sarkozy a montré de curieuses choses sur la façon de s'y comporter (...) Il aurait besoin d'une bonne dose de discipline ».

sarkozy president bling bling

Sarkozy vu par la presse étrangère Daily Telegraph, Grande-Bretagne, 4 février 2008 : « Une des raisons de la soudaineté de ce mariage est la visite programmée en Grande Bretagne le mois prochain. Nicolas Sarkozy n'aurait pu être un invité de la reine au château de Windsor accompagné seulement de sa "concombine" ».

Sarkozy dans la presse étrangère Le Soir, Belgique, 2 février 2008 : « La cérémonie a duré vingt minutes, orangeade comprise, selon le maire du VIIIe arrondissement de Paris, François Lebel, qui a célébré la noce. Le même temps, douche comprise, que consacrait autrefois Jacques Chirac à ses conquêtes, paraît-il... (...) L'autre soir, le brave François Fillon appelle le Président pour lui parler de la situation alarmante des finances publiques. "Viens dîner", lui répond Nicolas Sarkozy. Et voilà comment le chef du gouvernement s'est fait embarquer non pas à l'Elysée mais au très chic Bristol, à la table de Carla Bruni, Julio Iglesias et Didier Barbelivien... »

Sarkozy vu de l'étranger Tribune de Genêve, Suisse, 22 Avril 2008, Claude Monnier : « Voyez le pauvre Nicolas Sarkozy, qui avait promis aux Français mille choses parce qu'il était sûr que la conjoncture économique allait jouer en sa faveur; or, patatras, la conjoncture se détériore et le laisse avec, en l'air, toutes ses promesses »

Sarkozy médias étrangers The Independent, Grande-Bretagne, 12 février 2008, John Lichfield : « Le monarque républicain distant, discret, solennel, hautain, inventé par Charles de Gaulle est devenu un tourbillon continuel de micros, photos, yachts, Rolex, lunettes noires, téléphones portables, jeans, shorts de jogging, sans compter un divorce et aujourd'hui un remariage avec une épouse trophée. M. Sarkozy est devenu une espèce de président moi-JE qui gouverne un miroir à la main, toujours à la recherche de l'attention et de l'approbation publiques (...) Les pontes de l'UMP ont du mal à suivre les zigzags du sarkozisme, ses incohérences et ses fioritures rhétoriques »

Sarkozy journalistes étrangers The Independent, Grande-Bretagne, 27 février 2008 : « Pour ses supporters, ça ressemble à une tragédie, pour ses ennemis, à une farce (...) Ça a commencé tranquillement avec quelques joggings. Le deuxième acte impliqua un yacht clinquant, puis une scène de divorce tendue, suivie par l'arrivée du top model et le mariage clandestin. Maintenant, nous avons été soumis à un langage d'agriculteur dans un show agricole. Il a fait un peu de politique, aussi, mais pas assez pour détourner les gens de son action principale »

Sarkozy revue de presse internationale 24 heures, Suisse, 24 Août 2007 (*) : « Sur les clichés, ce Sylvester Stallone lyophilisé court comme Bip Bip. C'est là où le "yaqua" démagogique atteint les limites du système sarkozien. Dans son langage, dans son attitude, il se met dans la peau du Français moyen qui dénonce, la baguette sous le bras, l'inefficacité d'un Etat qu'il représente pourtant. Ce double béret n'est pas tenable sur le long terme. Il tient même d'une certaine vulgarité. Il manque encore à Nicolas Sarkozy ce qui a fait la marque de tous les grands chefs d'Etat: la hauteur. »

Sarkozy presse étrangère El Païs, Espagne, 14 février 2008, Luis Bassets titre « Sarkozy, ce grand malade » : « Les Français ont un problème. Ils croyaient avoir un superprésident, un hyper­dirigeant capable de les sortir de la dépression et de la décadence, et voilà qu'ils ont écopé d'un président comme ils en ont déjà connu beaucoup d'autres : à savoir malade, limité, qu'il faut dorloter et protéger tout en s'organisant pour que la France tourne (...) La maladie dont souffre Sarkozy n'a pas la gravité du cancer de la prostate de Mitterrand, mais elle touche un organe vital s'il en est : l'ego. Celui du président est d'évidence atteint d'une hypertrophie probablement incurable (...) une fois parvenu à ses fins, il s'est consacré à lui-même, comme un ado narcissique obnubilé par ses sentiments et ses plaisirs. Certes, le pouvoir peut en apporter beaucoup, mais la prudence conseille de ne pas trop en faire étalage. Sarkozy le téméraire fait tout le contraire et se vautre dans l'exhibitionnisme (...) Il rabaisse la République au niveau de la principauté de Monaco »

Sarkozy vu par la presse internationale El Mundo, Espagne, 26 février 2008 titre « Le Sarkoshow ou la chute de popularité la plus rapide d'Europe » : « Le président Sarkozy a transformé la chronique politique et institutionnelle de l'une des puissances les plus importantes d'Europe en un cirque permanent qui a même un nom : le Sarkoshow. Il est probable que nous soyons témoins de la chute de popularité la plus grave, la plus rapide et la plus gratuite jamais subie par un homme politique en Occident. La véhémence de Nicolas Sarkozy était légendaire, mais il ne fait cependant aucun doute qu'il ne doit qu'à lui-même la détérioration de sa propre image. »

Sarkozy vu de l'étranger Tribune de Genêve, Suisse, 26 Février 2008, Jean-Noël Cuénod :  « Multipliant les écarts de comportement, Nicolas Sarkozy ne parvient pas, neuf mois après son élection, à revêtir ses habits de chef d'Etat. La sarkophobie s'étend en France, même auprès des citoyens qui votent à droite. Le président développe trois formes de vulgarités différentes. La vulgarité intentionnelle, tout d'abord, en promettant de nettoyer un quartier de la banlieue parisienne au Kärcher, en lançant en pleine conférence de presse, "avec Carla, c'est du sérieux". La vulgarité compulsive, ensuite. En pianotant sans cesse sur son portable, même pendant son audience avec le pape, il illustre sa difficulté à se maîtriser. La vulgarité spontanée, enfin. Le dernier exemple remonte à sa prise de bec, samedi, avec un visiteur au Salon de l'agriculture qu'il traite de "pauvre con". Pour anecdotique qu'il puisse paraître, cet incident démontre également l'incapacité de Sarkozy à se dominer. Ce qui est plutôt gênant pour un homme qui dispose du feu nucléaire (...) C'est le président "Moi Je" (...) Il ne conçoit l'action politique que par rapport à son ego. »

Et si on invitait des journalistes étrangers pour rédiger les questions des interview de Sarkozy ?

(*) : Pas récent, mais oublié dans la première revue de presse

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

le génant c'est que tous

le génant c'est que tous parlent de sa vulgarité et non de la politique qui est derrière cet écran

La politique ? Indissociable del'homme qui la conduit.

La politique de Sarko est à son image : sarkocentriste et surtout copains-de-sarko-centriste, vulgaire et policière.

Sous le mot d'ordre générique "il faut réformer", digne d'un slogan bolchevique tant il est martelé mais jamais développé (Réformer quoi ? Pourquoi ? Pour qui ? Pour que les copains de Sarko de chez Lagardère et compagnie s'en mettent toujours plus dans les fouilles ?), Sarko mène une politique de copinage voire de népotisme, dont le fond est encore plus dangereux que la forme. Forme qui, pourtant, prend des tournures très inquiétantes qui n'ont rien à envier aux républiques bananières dont nous avions pris l'habitude de nous gausser - voir l'article sur la venue de Sarko à Vienne pour un bon exemple.

apres la campagne presidentielle aux frais du contribuable...

à propos de son allocution télévisée de ce soir...
Selon Libération, le budget de l'entretien avec Nicolas Sarkozy atteindrait les 280 000 euros.

De plus , l'intervention de ce soir se fait:

* dans le décor décidé par l'Elysée
* avec des journalistes choisis par l'Elysée
* avec un réalisateur choisi par l'Elysée
* et avec des questions et thèmes triés par l'Elysée

étant donné que France 2 va en financer une partie, trouvez vous normal que le contribuable doive mettre la main à la poche pour payer le service de comm' de lElysée ??

http://www.impots-utiles.com/combien-coute-linterview-du-president.php

la seule réponse qui nous

la seule réponse qui nous soit laissée: ne pas regarder.

l'herbe est toujours plus verte

Je trouve que le système des médias est bien rodé, révérence forte envers les hommes politiques locaux, ceux qui pourraient être liés à des annonceurs.
Et comme exutoire se foutre de la gueule d'une caricature étrangère.
J'aimerais donc une revue de presse des journaux anglais sur les hommes politiques anglais etc...
Ceci dit, la révérence est un "point fort" français, auquel tout journaliste s'abandonne avec délice si on ne lui fait pas sentir à quel point cela se voit.
Alors une revue de presse internationale pour pointer ce travers, pourquoi pas....
Cela n'exonère pas de résister à ce Sarkozy, car comme disait le premier commentaire, la critique est portée sur la forme, pas sur les actes.

Rien a dire, une telle bassesse

C'est completment abruti comme article, c'est sur c'est tres simple de prendre que les mauvaises critiques des journaux francais et internationaux, il y en a des tres bonnes mais bien sur celles ci, ne sont inscrites !! Moi aussi je peux generaliser les articles en sa faveur, c'est pa sarkozy qui n'est "pas net", c'est plutot les anti sarkozy, qui contrairement aux "anti royal" passe leur temps a dire n'importe quoi du moment qu'il disent quelques choses, meme des fois a aller parlé de sa taille, si ca c'est pas lamentable et d'une grande bassesse....Enfin bon le journalisme francais n'est pas en grande evolution, je ne parle pas de ceux qui parlent de choses concretes (pour ou contre notre presidents), eux encore en ont encore un peu dans la tete ! Aller sur ce je vous laisse dans votre petit monde fermé d'esprit
ciao