Scandale pollution mercure France Le scandale de la pollution au mercure en France scandale pollution au mercure en france 3276

France-Nature-Environnement tient conférence de presse ce jeudi pour lancer sa campagne nationale. Et dévoile, à titre d’exemple, un dossier explosif sur la pollution au mercure. Bakchich l'a potassé pour vous...

Tout commence en aout dernier. En compagnie d’un chercheur allemand, Reinhold Moeseler, Marc Sénant, chargé de mission à FNE, se balade près de l’usine de chlore du groupe Arkema de Jarrie (Isère). Avec l’appareil de mesure en temps réel du mercure mis au point par son collègue (et reconnu par l’EPA, le ministère de l’écologie américain), il est loin de se douter de ce qui l’attend.


 [Lire l'article complet sur bakchich.info]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Les cauchemars ce n est pas quand on dort

.... "Car la problématique du mercure est emblématique : il est possible de ne pas polluer, mais par manque de volonté des entreprises, on continue d’exploiter un procédé industriel vieux comme Hérode. Eh oui ! Le pire, c’est que ce procédé, mis au point en 1888 et qui fut à l’origine du célèbre gaz moutarde, est aujourd’hui obsolète : depuis les années 1970, deux autres techniques existent, qui nécessitent 30% d’énergie en moins, et surtout – on touche là à l’ubuesque – qui n’utilisent pas de mercure ! La question est bête à bouffer du foin : pourquoi ne change t-on pas ? La réponse l’est tout autant : le pognon.

Car le chlore n’est plus rentable, et Arkema, la filiale chimie de Total, rechigne à investir. FNE ne veut stigmatiser qui que ce soit, préfère élargir le débat et « mettre l’accent sur l’environnement comme moteur du redressement économique ». D’ailleurs, six usines en France utilisent encore ce procédé au mercure. Selon FNE, « Il existe des problèmes sur tous ces sites, notamment de pollution diffuse. Car il faut bien comprendre que ces sites ont un passif au mercure qui date de leur implantation ! ». A Jarrie, c’était en 1916. " .......