journaliste menacée prison reportage suspension Six mois de prison avec sursis requis contre une journaliste pour «complicité de violence» dans l'exercice de ses fonctions six mois prison sursis requis contre journaliste complicite violence exercice ses fonctions 3839

Elle est accusée «d'incitation à la suspension», cette pratique consistant à suspendre une personne à l'aide de crochets plantés dans la peau du dos... Filmer est-il inciter ?

Six mois de prison avec sursis ont été requis mardi par le tribunal correctionnel de Toulouse contre une journaliste pour un reportage sur M6 sur la «suspension», cette pratique consistant à suspendre une personne à l'aide de crochets plantés dans la peau du dos.


 [Lire l'article complet sur 20minutes.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

je pense que oui

ceci dit, c'est assez curieux :

"«Ce n'est pas le procès du droit à l'information», a déclaré Alexandre Martin, l'avocat du père de l'adolescent, partie civile qui a réclamé 5.000 euros de dommages et intérêts."

..."Or l'adolescent, qui avait décidé de «s'offrir une suspension» à trois semaines de son dix-huitième anniversaire, avait produit un accord par écrit de sa mère."

en toute logique, le père devrait aussi attaquer la mère ...