banques françaises indemnes stress-tests presse hexagonale émoi larme Stress tests en toc (bis repetita) stress tests en toc bis repetita 15000

Hourra ! Cocorico ! Les banques françaises sortent indemnes des stress-tests ! La presse hexagonale est en émoi, la larme à l'œil. Sauf que...

Stress tests 2014

L'objectif des tests de résistance pratiqués par la Banque centrale européenne (BCE) est de s'assurer que les établissements bancaires sont assez solides pour faire face à une récession accompagnée d'une crise financière et d'une chute des prix de l'immobilier. Exemple en 2011 : au mois de juillet, Dexia passait ces tests haut la main, pour s'écrouler à peine trois mois plus tard. Un sauvetage d'urgence de 7 à 8 milliards d'euros fut nécessaire. Une broutille. Les tests de 2010 furent aussi pertinents, et c'est l'Anglo Irish Banks (AIB) qui se rétamait en beauté quelques semaines plus tard, à la surprise générale. Pas franchement rassurant. Mais cette fois-ci, promis-juré, c'est fini. On ne l'y reprendra plus ! Les hypothèses prises en compte par la BCE ont été tellement radicales qu'aucune banque bancale ne pourra échapper à sa vigilance. Attention les yeux, accrochez vos ceintures...

Dépêchez-vous d'en rire avant d'être contraint d'en pleurer...

Concernant le taux de chômage de notre beau pays, la BCE a concoté un scénario ébouriffant : 12,2 % en 2016. Comme en janvier 1994 ou janvier 1997. Et bien en deçà des sommets atteints en Espagne et en Italie. Pour un scénario noir, on a déjà vu mieux. La BCE considère en outre qu'une déflation de 0,3% en 2016 serait apocalyptique. On pouffe. Mais le plus fort est à venir : dans le pire des cas imaginé par nos huiles européennes, le CAC 40 est attendu en baisse de 20% sur un an. Affreux, abominable, du jamais vu ! Sauf en 1990 (-23 %), en 2001 (-22%), en 2002 (-34%) et en 2008 (-43%). Et on continue : la récession désastreuse échafaudée par la BCE atteindrait -0,4 % en 2014 et -1,1 % en 2015. Bien loin du -2.6% de 2009. Respirez un peu avant de continuer, car le meilleur est pour la fin : le choc le plus monstrueux prévu par la BCE concerne les taux d'emprunt d'Etat à 10 ans, qui pourraient atteindre les 3.8% en France. On frissonne, avant de se reprendre. Sur les périodes 2007-2009 et 2000-2002, ce taux avait déjà dépassé les 4% (avec un pic à 5.8%). L'Italie, l'Espagne et plusieurs autres pays ont été testés à des taux largement inférieurs à ceux qu'ils ont connus durant les trois dernières années.

Pour tester l'effet d'un typhon sur une maison, la BCE a utilisé les données d'un petit orage.

La citation du jour : "Qui prête à rire n'est pas sûr d'être remboursé" [Raymond Devos]. Ce qui est évidemment faux... dans le monde financier !

[Sources : https://www.eba.europa.eu, http://www.eba.europa.eu]

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Je suis vraiment ravi de

Je suis vraiment ravi de retrouver des articles de ta part Napakatbra.
Toujours aussi concis et éclairant sur ces rideaux de fumée hypocrites que les dirigeants espèrent pare-balles.