crise financiere risques subprimes Freddie Max Fannie Mae connaissaient Subprimes : Fannie et Freddie connaissaient les risques... subprimes fannie mae freddie mac connaissaient les risques 2766

Selon le Washington Post, les dirigeants de Fannie Mae et Freddie Mac étaient clairement informés depuis plusieurs années que les Subprimes qu'ils manipulaient faisaient courir de grands risques à leur société, à leurs clients et à l'ensemble du secteur financier. Et maintenant, ils savent qu'on sait...

scandale freddie mae freddie mac

Les révélations du quotidien se basent sur des documents en possession du "Comité de la Chambre des Représentants des États-Unis pour la surveillance et la réforme du Gouvernement" (ouf!). Les dirigeants des deux géants américains du crédit hypothécaire connaissaient parfaitement les risques des crédits dits "Subprimes".

Ils savaient...

Ils savaient que nombre de clients souscrivant à ce type de produits n'étaient pas solvables et que si leur situation financière était étudiée de manière adéquate, aucun prêt ne leur aurait été accordé. Ils savaient que ces clients éprouvaient des difficultés à comprendre les subtilités des contrats. Ils savaient aussi que leurs propres catalogues produit contraignaient leurs concurrents ou partenaires à s'aligner, et à proposer des crédits du même acabit, et tout aussi risqués. Ils savaient encore que les appréciations (de type AAA) des agences de notation étaient infondées, et que les garanties prises par les établissements fournissant crédits à risques ou autres produits dérivés étaient faibles. Ils savaient enfin qu'au moindre grain de sable, c'était l'ensemble du secteur du crédit qui pouvait se gripper... Mais ils ont continué, jusqu'à la faillite du système.

Les documents montrent aussi que s'ils ont foncé dans le mur, ce n'était pas simplement par plaisir mais pour ne pas rester à la traine, pendant que le secteur tout entier s'empiffrait de crédits moisis. Ils agissaient en outre pour "maximiser le profit des actionnaires", philanthropes avec ça... Et les responsables de cette déroute se sont aussi défendus hier devant le Congrès en invoquant la pression exercée par les politiques sur leurs pauvres épaules pour encourager l'accès à la propriété tout en conservant des prix de l'immobilier au ras des pâquerettes.

174 millions de dollars de lobbying

Fannie et Freddie ont cumulé 174 millions de dollars de lobbying sur le gouvernement depuis 1998. Ce qui pourrait expliquer que les législateurs n'ont en rien limité ces méthodes ? A voir... "Il aurait fallu être naïf pour croire qu'ils ignoraient les risques" pourrait-on dire aujourd'hui. Sauf que même devant l'évidence, seules des preuves permettent de contredire définitivement ceux qui s'en défendent. C'est maintenant chose faite. Entre l'incompétence et la cupidité, il fallait donc opter pour le second choix. Mauvais choix s'il en est, qui nous aura amené au désastre financier que l'on connait aujourd'hui.

Fannie et Freddie d'accord, mais pour les autres ? Ils savaient aussi, mais ça, on ne le sait pas encore !

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :