arrestation Julien Coupat avocats anomalies contradictions procès-verbaux police Tarnac : une contre-enquête contredit la version policière tarnac une contre enquete contredit la version policiere 6036

La défense pointe les anomalies et les contradictions des procès-verbaux de la police.

Une enquête au point mort. Et aujourd’hui, une contre-enquête.

[Mise à jour 04/11/2009 13h : redirection vers l'article d'origine de Libération]


 [Lire l'article complet sur liberation.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Dans l'article

Dans l'article de Libération présentant les conclusions de la contre-enquête dans l'affaire Coupat, Me Bourdon, son avocat, déclare :

«Il y a des incompatibilités spatiales et temporelles» …/... «Cela suggère un maquillage, une reconstitution a posteriori. Qu’a-t-on voulu cacher ?»

Ce qui m'interpelle le plus, c'est la question qu'il pose et je me demande : qu'est-ce qui se cache derrière ce « Qu’a-t-on voulu cacher ? » ?

J'ai retrouvé cette question sur le portail suisse Pnyx.com ( http://www.pnyx.com/fr_fr/sondage/398 ), avec une série de réponses possibles, dont une surprenante hypothèse de 'complot'.

2 CGT Molex fichés terroristes aux US

"Comment deux syndicalistes de Molex ont été refoulés aux Etats-Unis ... Mais la direction de Molex ne l'entendait pas de cette oreille ; les difficultés ont commencé pour nos deux cégétistes dès que leur avion a atterri à Chicago. "A peine avons-nous posé le pied sur le sol américain que la douane et la police nous ont embarqué pour un interrogatoire qui a duré plus de quatre heures", confie Denis Parise. "Nous étions fichés comme des terroristes ! Ils nous ont même sorti des articles de presse pour voir si c'était bien nous qui étions en photo", ajoute-t-il.

Finalement autorisés à pénétrer sur le sol américain, Guy Pavant et Denis Parise se rendent comme convenu à l'assemblée générale des actionnaires de leur ancienne direction. Mais là, c'est le service d'ordre de Molex, flanqué de la police, qui les attendait pour leur barrer la route. Les deux Français ont été priés de quitter les lieux. Ils disposaient pourtant d'un mandat fourni par l'AFL-CIO. " ...

http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/le-service-de-securite-de-molex-nous-a-refoules_206179.html

Et il y en a encore...

...pour prétendre que la guerre des classes n'existe plus :(

Tout ce bordel pour ne pas froisser certaines personnes dans les bureaux feutrés de la république française qui ont montées cette affaire de Tarnac en épingle sans rien d'autre en vue que leur propre intérêt profesionnel (ou idéologique ?).

Suivez mon regard ;)