"The untouchables" : Les banquiers sont plus égaux que les autres...

"The untouchables", le reportage de la chaîne publique américaine PBS pose la question à mille milliards de dollars : pourquoi aucun responsable de la crise financière n'a encore été trainé en justice ?

Untouchables : le théorème du too-big-to-jail

Pourtant, les preuves de malversations en tous genres ne manquent pas. Un indice, cette interview du procureur général adjoint du ministère de la justice US, Lanny Breuer, en charge des affaires criminelles (transcript via zerohedge) :

- Martin Smith (réalisateur) : Vous avez fait un discours devant le Barreau de New York. Et dans ce discours, vous avez dit que la crainte des conséquences de poursuites judiciaires impliquant une grande institution financière vous faisait perdre le sommeil.

- Lanny Breuer: Oui.

- Martin Smith: Est-ce vraiment le travail d'un procureur, de se soucier d'autre chose que de rechercher la justice ?

- Lanny Breuer: Eh bien, je pense que je suis à la recherche de la justice. Et je pense que l'entière responsabilité de ce ministère est de rechercher la justice. Mais sur des cas concrets, je pense - comme tous les procureurs du pays - étant responsables, que nous devons discuter avec les régulateurs et avec les experts, parce que si je porte plainte contre l'institution A, cette plainte peut engendrer de grosses conséquences économiques [...] c'est un facteur que nous devons connaître et comprendre.

Pour résumer, avant de formuler  une accusation criminelle contre une personne, physique ou morale, il faut s'assurer que sa mise en cause n'aura pas de conséquences déstabilisantes pour l'économie ! C'est propre, c'est net...

Un théorème mis à exécution à moult reprises : pour les banquiers responsables de la crise financière, mais aussi pour l'affaire de blanchiment d'argent sale par HSBC, ou encore par la CEJ qui a joyeusement couvert les collusions entre la BCE et Goldman Sachs, etc.

Selon que vous serez puissant ou misérable...

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

le méchant banquier

un petit texte remettant en cause la dénonciation du "méchant banquier":
http://palim-psao.over-blog.fr/article-crise-la-critique-tronquee-et-dangereuse-de-la-gauche-114797155.html

une critique de la critique ?

dire que dénoncer "les banquiers" n'est pas possible car les arguments ressemblent à d'autres plus nauséabonds mais qui ce faisant, associe allègrement banquier à juif comme dans cette critique, ce n'est pas ça inciter à l'antisémitisme ? une critique de la critique, c'est pour quand ? L'argument : il faut tout changer sinon ne rien vouloir changer est également un peu court et somme toute voué à l'impasse puisqu'il faut le pouvoir pour "tout" changer.

Ben en fait, ton texte en

Ben en fait, ton texte en lien, c'est de la merde, je ne vois rien de plus à en dire...

à la masse

donc d'après vous accuser le truand d'être un truand, un ripou d'être un ripou en plus de dire qu'ils font des millions de victimes...n'est pas bien ni même tolérable...car d'après vous celui qui fait cela jette le discrédit sur la religion ou le corps d'état dont le truand ou le ripou est membre

belle mentalité que vous avez.

moi je dirais que s'ils ne sont pas complices les responsables de sa religion ou son employeur (police justice...etc.) le condamneront vigoureusement en plus de le virer

Jean-Luc LUMEN

Responsabilites

Je me demande si nous ne sommes pas un peu victime d'une grande arnaque semantique.
- Trainer les responsables (sous-entendu les etablissements) en justice aurait de lourdes consequences economiques. Les sanctions financieres se repercuteraient comme un seisme. C'est sur, mais c'est un sophisme, un ecran de fumee.
- Trainer les responsables (et la, j'entends les individus) en justice les remettrait devant leurs responsabilites. Les dedommagements seraient certainement moindres, mais les lecons seraient mieux apprises que s'ils pouvaient simplement "diluer" leurs responsabilites et les sanctions qui en decoulent.

Mais evidemment, on essaie de nous faire croire que ce n'est la faute de personne en particulier. "Personne" n'a pris de decision malhonnete. C'est le probleme de "la finance", "des banques", "des marches", mais pas des "individus". Nous vivons dans un monde ou personne n'est "responsable", que ce soit au sens moral, economique ou juridique. Mais on trouve quand meme des gens qui se font payer des sommes inimaginables pour la majorite des gens sous le pretexte des "reponsabilites ecrasantes" qu'ils assument.
Et les rares cas ou on trouve enfin un "coupable", c'est en bout de chaine. Pas un directeur n'est en faute, juste un trader ici ou un programme informatique la.

C'est vraiment un monde formidable...

S'en prendre aux individus,

S'en prendre aux individus, même si cela soulage, ne réglera rien aux aberrations du système capitaliste; d'autres individus prendront la place des condamnés et les crises continueront. Vouloir "faire la leçon" au méchant banquier c'est comme vouloir moraliser le capitalisme, ça sert à rien.

De qui est-ce la faute ?
-De nous même, consommateur plus que citoyen, qui continuons à nourrir le capitalisme plutôt qu'essayer d'en sortir.
-Des syndicats d'entreprises qui continuent à défendre l'emploi et le travail, sans comprendre qu'ainsi ils défendent la machine à faire du profit du patron.
-Du système électoral,qui permet de se déresponsabiliser en laissant d'autres décider à nôtre place.
-Du système éducatif, qui forme les individus à devenir des travailleurs et non des personnes émancipées.
-Du système médiatique, qui dès le berceau, nous apprend à nous soumettre au système.

virtuel...non la triste vérité

Un théorème… mis à exécution à moult reprises :

Ce n'est plus une théorie mais un fait avéré entré dans les mœurs et l'éducation spécifique réservée aux seul gens de biens et ceux né avec une cuillère d'argent dans la bouche et ceci des la maternelle, banquiers et autres financiers ou hommes/femmes d'affaires, mais aussi pour tous les corps d'état police et justice en tête de gondole, à l'exception des castes inférieurs qui n'ont pas eu la possibilité d'aller ni d'envoyer leurs enfants dans les grandes et illustres écoles du crime organisé…comme en France l'ENÂ

Jean-Luc LUMEN
victime de ce théorème mis en exécution pratique par la gendarmerie et la justice française