CIA détruit films vidéos interrogatoires  Torture : la CIA a détruit 92 vidéos d'interrogatoires torture cia detruit destruction videos interrogatoires 3558

Lundi, la CIA a reconnu avoir détruit 92 vidéos d'interrogatoires de personnes soupçonnées de terrorisme. Un nouveau rebondissement dans ce scandale qui compromet l'agence, accusée de vouloir cacher des preuves de torture.

Destruction de vidéos d'interrogatoires par la CIA

Il était déjà connu que les agents de la CIA avaient détruit, en 2005, quelques enregistrements vidéo de plusieurs interrogatoires ayant eu lieu en 2002. Mais le New-York Times a révélé lundi que ce sont 92 bandes qui ont ainsi été supprimées. Le quotidien s'est en effet procuré une lettre écrite par les procureurs en charge de l'enquête à l'attention du tribunal new-yorkais, saisi par l'American Civil Liberties Union (Aclu) pour "outrage à la justice". Pour l'Aclu, interrogée par l'AFP, "ce nombre important de vidéos détruites confirme que l'agence a cherché à dissimuler systématiquement les preuves de ses interrogatoires illégaux".

 

Interrogatoires en Thaïlande

Ces bandes étaient jalousement conservées dans le coffre-fort d'une antenne thaïlandaise de la CIA, à l'endroit où ont été interrogés les deux suspects, Abu Zubaydah, soupçonné d'être un membre influent du réseau terroriste, et Abdel Rahim al-Nachiri, suspecté d'être impliqué dans l'attentat contre le navire USS Cole au Yémen en 2000. L'ordre de destruction a été donné par Jose A. Rodriguez Jr., qui était à l'époque le chef du service d'espionnage local. L'agence centrale de renseignement se défendait jusqu'à présent en invoquant le devoir de protection de ses agents contre d'éventuelles représailles d'Al-Qaïda. Peu probant, d'autant que les films ont été détruits au moment où le Congrès a décidé d'intensifier son contrôle sur le programme de détention et d'interrogatoire.

Dissimulation de preuves

Le procureur aurait dû boucler son enquête avant le 28 février, mais selon la lettre en question, la CIA a demandé un délai de quelques jours supplémentaires pour produire un calendrier précisant les dates auxquelles elle pourra produire ses dossiers liés à la destruction des enregistrements, y compris une liste des témoins qui pourraient avoir consulté les cassettes vidéo. Le ministère, le juge et le porte-parole de la CIA se sont refusés à tout commentaire.

Mais la question est plus large, car régulièrement soulevée, lors du procès de Zacarias Moussaoui par exemple. Si l'administration avait dans un premier temps affirmé qu'aucun enregistrement n'avait été réalisé, elle avait ensuite dû reconnaître - après le procès - avoir menti sur toute la ligne.

Simulation de noyade, transfert de détenus vers des prisons secrètes hors des Etats-Unis, la CIA a été lourdement mise en cause ces dernières années. Et ça ne risque pas de s'arranger...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :