document secret UE alerte risques faillites Etats européens  Confidentiel : l'UE craint la faillite de certains Etats membres ue faillite etats europeens document confidentiel 3424

La toxicité des dettes des banques européennes risque d'écraser un certain nombre d'Etats de L'UE et pourrait représenter un danger systémique pour l'ensemble du système bancaire européen, selon un mémo confidentiel rédigé par la Commission européenne et dévoilé par le Daily Telegraph.

Faillite états européens

Voir aussi notre dossier : "les doigts dans la crise"

Le Daily Telegraph du 11 février affirme qu'un document confidentiel de la commission européenne relève un risque systémique majeur pour l'ensemble du système bancaire européen. "Les estimations des dévaluations d'actifs attendues suggèrent que le coût budgétaire à supporter par les Etats pourrait être très élevé" affirme le document préparé lors d'une réunion confidentielle des ministres des Finances. Pour certains États membres, les gouvernements pourraient avoir à recapitaliser les banques en urgence. Problème : dans certains pays, le secteur bancaire est totalement surdimensionné et les Etats ne seraient plus à la hauteur.

Au moins sept pays de l'UE candidats à la faillite

Si aucun pays n'est cité explicitement, il ne fait guère de doute que les candidats à la faillite sont l'Irlande, le Luxembourg, la Belgique, les Pays-Bas, l'Autriche, la Suède et la Grande-Bretagne. Interrogés par le quotidien britannique, les responsables européens se sont refusés à tout commentaire. Mais il semble clair, selon le Telegraph, que Bruxelles se préoccupe au plus haut niveau du risque de faillite des États faibles.

Le Fonds monétaire international (FMI) a d'ailleurs récemment alerté l'UE sur l'absence d'un véritable prêteur de dernier ressort dans la zone euro. Le FMI a aussi déclaré que les banques européennes étaient presque autant  exposées (75%) aux actifs toxiques que leurs homologues américaines, mais que le gouvernement US avait été bien plus prompt à prendre la mesure du phénomène, investissant 738 milliards de dollars contre seulement 294 en Europe.

Conjoncture catastrophique

Ajouter à cela que les banques européennes sont exposées pour 1600 milliards de dollars aux créances douteuses de l'Europe de l'Est, de plus en plus considérée comme "l'Europe du Subprime". Autre problème significatif : les dettes des entreprises européennes représentent déjà 95% du PIB, contre seulement 50% pour les Etats-Unis. Au bord de l'asphyxie...

Le document de l'UE souligne également le "réel danger d'une course aux subventions entre les Etats membres" qui pourrait porter atteinte à l'unité du marché européen et qui conduirait à une explosion des déficits budgétaires : 12% pour l'Irlande et près de 10% en Espagne et en Grande-Bretagne pour l'année 2009 !

Que du bonheur...
 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

crise systémique

Il me semble, et je ne suis qu'un simple citoyen de base, même pas économiste, même si j'en ai fait une licence il y a 30 ans, que la catastrophe financière que nous vivons est annoncée tous les mois depuis 2 ans par le think-tank européen leap2020 :http://www.leap2020.eu/Francais_r26.html.

De trois choses l'une, ou nos dirigeants économiques, entreprises internationales, banquiers, banques centrales n'étaient au courant de rien, et nous avons à faire à un ramassis d'incompétents, mais rapaces !
Ou ils vivaient dans une bulle totalement déconnectée du monde réel
Ou toute cette opération est préparée de longue date pour mettre les peuples de pays occidentaux devant un fait irréversible : la nécessité d'une gouvernance économique mondiale, promulguée par ceux-la même qui ont provoqué (ou pour le moins laissé développer ) la crise du crédit actuel.

Dans le premier cas de figure, on en connait quelques uns (mis sur le devant de la scène ces derniers jours),
dans le deuxième cas il s'agit pour la plupart des idéologues de l'ultra-libéralisme, auxquels se ralliaient, encore il y a quelques mois, nombre de politiques de droite comme de gauche.

Dans le troisième cas, il faudra surveiller les mouvements financiers, les concentrations, les porteurs de la "bonne parole", pour espérer connaître les nouveaux maître du monde.

Une chose et sure et certaine, ils ne seront pas désignés par la démocratie populaire !

Crise systémique

Je pense que tout cela était voulu et programmé.

Rappelez-vous :

- La crise des subprimes (immobilier) aux US est apparue au grand jour vers juillet 2007,
- dans le même temps les mouches ont changé d'âne (comme on dit au rugby) et la spéculation sur les matières premières s'est mise en route faisant exploser les prix des produits alimentaires bien souvent de première nécessité,
- les déclarations des dirigeants français (pas de danger comme le nuage de Tchernobyl)
- le silence de notre président avant son discours de Toulon où il a fustigé les spéculateurs mais finalement, aucun effet concret puisque les banques continuent de se refaire une santé avec la garantie d'un Etat dont les caisses sont vides...

Bref, attendone encore un peu et nous verrons que la catastrophe est encore à venir : fonds propres des banques nettement inférieurs à leur endettement, au point que l'Etat lui-même sera en faillite puisqu'incapable de garantir leurs engagements.

Il est impensable que les dirigeant des pays n'aient rien vu venir alors que des économistes renommés avaient lancé des avertissements dès 2005/2006. Ou alors nous avons affaire à des incapables. La méthode Coué a ses limites...

La Crise

C'est l'instauration d'un nouvel ordre mondial qui vient.
Cette crise et ce qui suit sont la pour faire tomber l'ordre mondial actuel.
En même temps ce qui font la crise se remplisent bien les poches, car l'argent ne se perd pas, il change de main, et ils feront l'ordre mondial de demain. Je vous laisse imaginer ce nouvel ordre mondial. Bon courage à tous.

c'est le moment de se rassembler . Pas d'alternative !

Bonsoir !

Au delà des évènements qui se succèdent et des conséquences à venir, je partage ici le fruit des certaines réflexions collectives avec des amis.
notammment :
- l'UE telle que nous la connaissons, par cette mise à l'épreuve, doit évoluer.
- Mes états membres de la zone EURO , doivent être solidaire. Ils doivent se rassembler, car ils sont la source et le sanctuaire de l'UE.

Une fois dit cela, Il serait intelligent pour les états membres d'envisager rapidement mais sereinement ce qui suit :
- le rattachement de la FLANDRE aux PAYS BAS
- Le rattachement de la WALLONIE et du GRAND BRUXELLES à la FRANCE et à L'ALLEMAGNE
- le rattachement du LUXEMBOURG à la FRANCE et/ou à l'ALLEMAGNE
- Le rattachement de L'IRLANDE à la GRANDE BRETAGNE

Bien entendu, avec l'accord formel de sa population.
Quant nous parlons de "rattachement" , inutile d'y voir une forme d'annexion ou dérivés. Nous l'envisageons comme un moyen d'être plus rassemblés, plus concentrés et une bien meilleure réactivité...

Bien sur, on peut étendre cela à l'ensemble de l'UE :
- le rattachement de la HONGRIE à l'AUTRICHE.

Bonne soirée !

Bon courage pour l'accord de

Bon courage pour l'accord de l'Irlande avec les grand-bretons ! Vous êtes au courant que l'Irlande a été envahie pendant des siècles par les Anglais ? Leur indépendance date d'après la première guerre mondiale seulement.

De même, si mes souvenirs sont bons, la Belgique est née d'une scission avec les Pays-bas. Pas sûr que mêmes les plus indépendantistes parmi les Flamands aient vraiment envie de faire le chemin inverse.

La Wallonie avec la France, on peut effectivement poser la question -la réponse a toutes les chances d'être non cependant- et je présume que le rattachement à l'Allemagne dont vous parlez est celui de la communauté germanophone plutôt que Bruxelles ? Là, il a des chances que cela fonctionne.

nb

Par rapport à mon commentaire précédent, un ami me dit :
Par "rattachement", il faudrait utiliser comme "prototype" de départ et d'inspiration, celui qui existe en POLYNESIE FRANCAISE....

Bonne soirée !

"Bien entendu, avec l'accord formel de sa population."

???? Me dites pas que vous y croyez ???

et vous, dans cette France en crise, vous accepteriez d'être "rattaché" à quel pays ?

ben voyons

Oui !

Les circonstances de la vie peuvent amener un individu à s'adapter.... !!! cf . l'histoire
Collectivement , c'est également le cas ....cf. l'histoire....
C'est donc une réflexion ... J'accepterai d'être "rattaché" à un pays qui m'apporte une forme de résilience, une "liberté" préservée, des ressources .... plutôt que de vivre une situation "bancale" comme celle actuellement..
Demandons à certains... comme je le fais en faisant part de notre réflexion...
Effectivement, ca demande un forme certaine d'ouverture d'esprit, une forme de "rattachement" à définir....Tout plein de choses ....
Je prends un exemple : quel est l'état qui aimerait bien être "rattaché" à la FRANCE ???
Réponse : LES CORMORES.... Demandez leur, puis que vous disposez d'internet ... Vous verrez leurs réponses ...
C'est donc une réflexion ...: Ce peut un piste pour les pays membre de l'EURO et ceux de l'UE ....

Précisions

je reviens sur mon commentaire précedent :
d'une part, je n'en suis pas l'auteur, car nous sommes plusieurs à nous exprimer où je me trouve. Je n'ai donc pas rédigé ce dernier commentaire . Mon collègue parlait à juste titre DES ILES COMORES ( et non CORMORES).
Je vous invite à imaginer les conséquences de ces "rattachements" européens, et toutes les implications.
Si le concept et la méthodologie sont définis et appliqués intelligemment, ce pourrait être une solution d'avenir...Et pas uniquement pour les populations concernées respectives( celles qui accueillent et celles accueillies) mais pour une évolution des structures politiques, economiques, financières, écosphériques, sociétales, sociales, linguistiques de ces régions et pays actuels, ... et surtout des membres de la zone EURO, de l'UE , voir à une échelle plus importante...
Pour exemple, pourquoi ne pas proposer à l'ISLANDE et au DANEMARK/ ou la NORVEGE/ ou le CANADA , de se rattacher ????

Je n'y vois rien de "déconnant",stupide, et irréalisable ...
Maintenant sommes nous prêts à entendre, plus encore écouter, réfléchir, simuler ce type de "rattachement" ou "d'association"?? C'est un autre question ... mais nous avons posé la réflexion sur ce site !!!

Bonne soirée .... et bonne réflexion...

PS : je porte à votre attention, une autre réflexion qui a certaines racines indirectes à celle émise ici même, sur le rattachement ....,mais avec une vision historique, stratégique, de survie plus prononcée : Que pensez de la vision, et donc stratégie entreprise par la chine depuis plusieurs décennies ??? Le tibet... le Bhoutan et le népal...Taiwan..., et dans une moindre mesure,... le cachemire...., les pays se terminant en "STAN"... l'himachal pradesh et l'Arunacha pradesh???
Nous devrions être ouverts. Tout spécialement en ces évènements ...Ces derniers nous le recommande... le commande, j'ose...

Histoire de continuer...

... à se faire peur:
http://referentiel.nouvelobs.com/file/627002.pdf

Voir en particulier la courbe de conso electrique... très corrélée avec celle du PIB, dont elle annonce toujours l'évolution avec un léger temps d'avançe.

Et si la Chine tombait?

Quid de la france !

Après avoir lu tout ça !
Et bien, je me demande pourquoi ratacher une partie de la Belque à la France
et l'Irlande au Royaume Uni !
En effet : Les Irlandais ont mis 150 ans pour devenir indépendant ! C'est par pour retourner voir les anglais !
De plus, je ne crois pas qu'une partie de la Belgique puisse devenir française ! En effet, au cours de l'histoire, les opportunités n'ont pas manquées ! (1er & 2ieme guerre mondiale)
En fin, pourquoi rattacher des pays ou des parties de pays à d'autre pays qui sont à leur tour succeptibles de faire faillite !
Oui, Oui, je persiste : Le royaume unis et la france ne sont pas à l'abrit de la faillite

ouvrez votre quid , au sujet de la france ....

Pour répondre à votre question, tout en étant synthétique , je répondrai ceci :
- l'UE existe. Cette crise mondiale nous montre à tous qu'elle doit évoluer.... ou "mourir" ... pour autre chose, une autre conception ... MAIS, dire cela sous-entend une nouvelle intensité de CRISE!
- La zone EURO existe: Cette crise nous montre que certains critères pour adhérer à la zone EURO, sont incohérents, non harmonieux, et dangereux pour la pérennité de la zone EURO ( les taux notamment avec des différences notables entre les pays . Rien n'est unique dans la monnaie "UNIQUE" à ce jour ... !!! que vous le reconnaissiez ou pas !! quant aux armes fiscales ... pfff ... SANS COMMENTAIRES... la zone EURO est dans les choux ! ) La zone EURO doit évoluer ( la crise le lui recommande , lui commande plus exactement) ou "mourir" ... ce qui signifierait le retour aux monnaies nationales .... et annoncerait l'entrée dans une nouvelle intensité de la crise ????!!!! A voir de près !!!
Le rattachement de pays ou régions à d'autres ne doit pas seulement s'analyser du point de vue quantifiable... mais surtout qualitatif pour ces mêmes régions et pays( quelques soit leurs propres situations financières, économiques....donc quantifiables!!!) assainir l'europe ( donc L'UE et donc la zone EURO) est obligatoire pour le bien collectif, le sociétal, le politique, l'économique, le financier ) pour construire , ensuite, une meilleure vision du monde ....
Au niveau de l'europe, il y a des pays noyaux : l'allemagne, la grande bretagne, la suède, les pays bas, la france, l'espagne.
Le futur doit se construire sur ces noyaux ...

Pour le reste, je vais être basique. Relire " LA ZIZANIE" d'astérix ...
L'europe actuelle, l'UE, la zone EURO, vivent cela ...à une échelle beaucoup plus profonde toutefois !

FAILLITE DES ETATS EUROPEENS PROGRAMMEES

VOICI LA LISTE DES PAYS QUI VONT FAIRE FAILLITE
GREECE PORTUGAL ESPAGNE FRANCE ANGLETERRE

À quand

J'adore encore mon beau pays,la France, mais lorsque je l'ai quitté en 1997, je voyais déjà le laxisme de nos dirigeants face à cette question. il existe des solutions d'assainissement des finances publiques, en évitant le gaspillage, comme par exemple les médicaments, et l'abus dans l'immigration. Pouvons-nous avoir encore le choix d'accueillir des personnes qui ne travaillent pas. Mais pour cela, il faudra une vraie politique de crise, et avoir le courage de faire des choix qui sont pour le peuple et le pays. il faudrait prendre exemple sur certains pays dont pourtant nous crachons sur leurs politiques, mais qui à la fois démontre une saine économie. Au Canada, par exemple ; les médicaments sont calculés et on ne vous donnera pas plus de pilules que vous en avez besoins. En France, cependant, ayez besoin de 21 pilules et on vous donnera deux boites de 20. Du gaspillage social.