Etats-Unis décision justice américaine Libération prisonniers chinois Guantanamo Un juge américain ordonne la libération de prisonniers de Guantanamo un juge americain ordonne la liberation de prisonniers de guantanamo 20081008

Etats-Unis - Un juge fédéral a ordonné mardi que l'administration américaine libère 17 Chinois musulmans détenus à Guantanamo depuis 2002. Ce jugement, s'il était confirmé en appel, ouvrirait une voie dans laquelle les autres prisonniers pourraient s'engouffrer.

décision de justice libération Guantanamo

Cette décision est historique. Le juge Ricardo Urbina de Washington a en effet demandé la libération de 17 Chinois Ouïgours, détenus depuis 2002, arguant qu'il n'y avait aucune preuve qu'ils soient des "combattants ennemis" et que la constitution américaine interdit la détention illimitée sans cause. Une seconde audience est prévue la semaine prochaine pour déterminer les conditions de leur libération.

Le ministère de la justice a déposé un appel d'urgence, mardi soir. Et un nouveau recours sera encore possible à la Cour Suprême des Etats-Unis en cas d'échec. "Cette décision présente de graves dangers pour la sécurité nationale et la séparation des pouvoirs, et pose des questions juridiques inédites" a déclaré le porte-parole du ministère de la Justice, Brian Roehrkass. La Maison Blanche se déclare "très préoccupée et en profond désaccord", et suppute que cette décision pourrait bénéficier à "des ennemis jurés des Etats-Unis soupçonnés d'avoir organisé les attentats du 11-Septembre et qui pourraient être relâchés sur notre territoire".

Il s'agit d'une "étape importante", a réagi Human Rights Watch. "La situation des Ouïgours est un rappel cru du bourbier judiciaire et moral que représente Guantanamo", a estimé de son côté l'Association de défense des libertés civiles (Aclu).

Le gouvernement américain avait pourtant reconnu en 2004 qu'ils ne représentaient aucun danger pour la sécurité nationale et devaient être renvoyés dans leur pays. Le 30 septembre dernier, le gouvernement avait confirmé définitivement cette conclusion.

Fuyant la Chine, les Ouïgours étaient réfugiés dans des camps en Afghanistan lorsque la coalition est intervenue militairement en Afghanistan après les attentats du 11-Septembre. Ils ont alors fui vers la frontière avec le Pakistan où ils ont été remis aux autorités américaines par des mercenaires. Car les Ouïgours sont systématiquement persécutés par Pékin et directement menacés de torture et de mort. La question est donc aujourd'hui de savoir où les relâcher... Les Etats-Unis refusent absolument de les garder sur leur sol, et les autres pays, craignant de déplaire au pouvoir chinois, s'abstiennent...

D'autres détenus, libyens et algériens, menacés dans leur propre pays, ont également perdu leur statut de "combattant ennemi" et restent enfermés. Et ce jugement pourrait avoir des conséquences plus larges puisque les quelque 250 hommes emprisonnés à Guantanamo ont tous engagé des recours pour contester leur détention.

(Sources : nytimes.com, reuters.com, afp via courrierinternational.com, lepoint.fr)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :