Puisqu'on parle de révolution...

Peut-on comparer les révolutions de Tunisie et d'Egypte à "notre" bonne vieille insurrection de 1789 ? Vaste question, qui mérite bien un petit détour par Wikipedia... Cornegidouille ! Diantre ! Palsambleu ! Est-ce possible ? ...

14 juillet 1789 - 2009 : les causes de la révolution française

Selon Wikipedia, donc, la révolution française aurait été causée par l'empilement de quatre crises. Ce qui suit est un grossier copié-collé légèrement retaillé et agrémenté de quelques liens.

[Reprise d'article du 14 juillet 2009]


¤ Crise institutionnelle :

Le roi gouverne seul, ses divers conseillers n'ont pas de pouvoir décisionnel et sont de simples techniciens [...] La monarchie absolue est contestée : la bourgeoisie et la noblesse veulent une monarchie parlementaire où elles puissent partager le pouvoir du roi. De nombreux scandales éclaboussent la cour et la reine, discréditant un peu plus le régime [...]  Louis XVI, par son manque de prestance et son désir de mener une vie simple, a enlevé à la personnalité du roi cette majesté qui commande au respect et qui persuade vraiment le peuple que le souverain est le représentant de Dieu sur la terre. Il ne devient plus, aux yeux de la multitude, qu'un homme ordinaire. La monarchie perd alors son caractère sacré et se prive du « droit divin » qui lui donnait sa légitimité.

¤ Crise sociale :

La société est hiérarchisée en trois ordres inégalitaires [...] les deux premiers ordres, le clergé et la noblesse, ont des privilèges alors que le Tiers-état n'en a pas. [...] Les inégalités s'accroissent, les riches sont de plus en plus riches et les pauvres, de plus en plus pauvres. Le classement se fait selon le service rendu à chaque ordre ; il est lié à la vocation, à la naissance, ou à l'estime accordée à certains rôles. La présence de privilèges n'étant expliqués ni par le mérite ni par le service rendu à la nation, il est totalement injustifié [...] La société d'ordres et de privilèges est contestée par les non privilégiés.

Le clergé (1%) [...] a des privilèges fiscaux (exemption de la taille) et judiciaires (tribunaux spéciaux). La noblesse (2%) [...] n'a d'autre source de revenus que l'exploitation de ses propriétés, les droits seigneuriaux, le grand commerce maritime et le service du roi à la cour, à l'armée ou dans les hautes charges de l'Etat. Ainsi s'explique l'âpreté avec laquelle les nobles se disputaient les moindres faveurs du roi et défendaient leurs privilèges financiers. Ils ont des privilèges fiscaux (pas d'impôts directs), honorifiques (épée, chapeau, premier rang dans les cérémonies) et judiciaires (propres tribunaux). Il y a des privilèges pour un service rendu, mais la noblesse oublie le service et garde le privilège.

Le Tiers-état (97%) [...] industrie, agriculture, artisanat. C'est un ordre qui travaille pour produire ce dont la collectivité a besoin. Ordre sans privilèges individuels. La bourgeoisie (5%) [...] étant la classe dirigeante du pays au point de vue économique [...] elle veut le libéralisme économique. Les paysans (85%) ont des conditions de vie très difficiles en raison des lourdes charges et des faibles rendements agricoles. Ils se plaignent de leur exploitation fiscale. [...] Les artisans (7%) ont des conditions de vie difficiles en raison du chômage, des accidents du travail, des faibles salaires, des maladies, des famines...

¤ Crise financière :

La France se trouve devant un déficit budgétaire dû à son intervention dans la Guerre d'Indépendance des États-Unis. Aussi, les dépenses jugées superflues, comme celles de la cour, sont-elles particulièrement impopulaires. Les impôts, tout en pesant lourdement sur les contribuables, sont trop inégalement répartis et trop mal perçus pour pouvoir remonter les finances.

¤ Crise économique :

A cause d'une forte sécheresse, de grêle et d'un hiver très froid, l'année 1788 est catastrophique et la France connaît une importante crise alimentaire. De plus, les récoltes de 1789 s'annoncent mauvaises. Cela entraîne un manque de pain et une montée en flèche de son prix : entre janvier 1787 et juillet 1789, le prix du pain a augmenté de 75%. La population dépense tout son argent pour l'achat du pain et ne peut plus acheter les produits de l'artisanat. Les manufactures doivent restreindre leur production, réduisant au chômage.

La crise financière inquiète les créditeurs de l'Etat qui désespèrent de se faire rembourser. Les attentes politiques sont de plus en plus vives. La crise économique développe la peur de la famine, surtout pendant la soudure, au printemps 1789. Le contexte est marqué par une angoisse populaire. La crise sociale entraîne des tensions de plus en plus fortes entre les différents ordres. Quelques révoltes éclatent. Avril 1789 : Faubourg Saint-Antoine, pillage de la fabrique de papier peint.

L'impossible réforme fiscale : Ne pouvant emprunter d'avantage pour faire face au remboursement de la dette, les ministres de Louis XVI tentent de réformer le système fiscal. En effet, on ne peut indéfiniment augmenter les impôts existants qui ne frappent que les plus pauvres, donc l'unique remède serait d'en faire porter le poids sur tous. Mais toutes les tentatives de réforme se heurtent à l'opposition des deux premiers ordres du royaume, que leurs privilèges dispensent d'impôts directs. Les difficultés financières françaises étaient insolubles.

En mai 1789, personne n'envisage une révolution...


Le 14 juillet 1789, la Bastille tombe aux mains de la populace : la monarchie est morte, un mardi.

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

votez pour cet article : WIKIO    partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : LIVE partagez cet article : MYSPACE partagez cet article : NETVIBES partagez cet article : TWITTER partagez cet article : VIADEO partagez cet article : SCOOPEO partagez cet article : Strumble Upon 

Catégories :

Au suivant !

Et maintenant… A qui le tour ?
Bonjour, bonsoir !
Au suivant… au suivant… au suivant !
Avec ces révolutions à la chaîne… les internautes veulent en finir avec la gangrène…
Et pour nos autres démocrates à la traîne, il ne s’agit plus de casser la baraque,
mais de briser tous les dictats de tous les empires financiers.
A vos blogs citoyens du monde entier !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/au-suivant/

Puisqu'en parle autant continuer....

Après avoir tout lu. (Rare chez moi). Je pense que l'on peut continuer se récit jusqu'a nos jour....
je cite "En mai 1789, personne n'envisage une révolution...

Le 14 juillet 1789, la Bastille tombe aux mains de la populace : la monarchie est morte, un mardi."

Demain, on est mardi.... ;-)

Vivement la suite !!!

Le problème de la révolution de 1789 est que les bourgeois ont réglé leurs petites affaires entre eux en (se) donnant la "démocratie".
Cette révolution n'était qu'un début qu'il faut peaufiner.

Une coquille s'est glissée dans votre article : "d'avantage" (à la fin) s'écrit "davantage".

Que de similitudes!

Mais il n'est pas certain qu'un président aussi inculte, qui saborde l'éducation et en particulier celle de l'histoire, soit en mesure de voir le potentiel problème!

Faudrait peut-être que Carlita lui fasse qq fiches de lecture de vos articles, comme elle semble le faire pour la littérature afin de permettre à son nain de mari de tenter de s'élever, autrement que par les talonettes, en conseil des ministres... ce qui en consterne certains à un niveau tel qu'ils le confessent au Canard Enchainé quasiment chaque semaine!

Révolte, révolution de point de vue ...

"À la Bastille, on libère les détenus au prix d'une légère déception car il ne s'agit que de sept personnages de minable envergure (escrocs, faussaires, délinquant sexuel...). Au demeurant, les émeutiers sont surpris de découvrir des chambres spacieuses et d'un grand confort, à l'opposé des cellules de torture que décrivaient complaisamment dans leurs brochures les intellectuels poudrés qui avaient eu, comme Voltaire ou le marquis de Sade, l'occasion de séjourner à la Bastille."

Au sujet de la Tunisie et de l'Egypte (pour le moment), je pense qu'il ne faut pas trop crier victoire, l'armée payé par les USA avec l'aide de la planche à billet "illimité" de la FED, essaye toujours de placer ces pions et rebatte les cartes dans leur sens.

L'analyse du moment qui tiens le mieux la route est dans ce lire

COMPRENDRE L'EMPIRE

Lisez-le et après on en parlera ;)

« En mai 1789, personne n'envisage une révolution... »

En février 2011, non plus…
Pourtant il y a quelques similitudes.

Et des différences :
• en 1789 on pouvait faire la révolution dans UN pays sans toucher les autres
• en 2011 on constate des révolutions dans les pays où la faim et l'absence d'espoir sont les plus importants mais c'est contagieux
• en 1989, on a vu la fin du féodalisme devenu non viable (inégalités croissantes, endettement insupportable, scandales, pillage des richesses) et au début du capitalisme
• en 2011, on assiste à un début de révolution mondiale et au début de la fin du capitalisme qui s'écroule (inégalités croissantes, endettement insupportable, scandales, pillage des richesses). Mêmes causes = mêmes effets.
Le capitalisme financier n'investit plus pour produire des biens, il investit pour produire de l'argent. Mais cet argent est VIRTUEL : « les banques devront avoir 4,5% au titre du capital de base auxquels s'ajoute un coussin dit "de conservation" de 2,5%, soit 7% au total » (convention de BâleIII).
Autrement dit les financier spéculent avec de l'argent qu'ils n'ont pas pour produire encore plus d'argent FICTIF qui n'a de valeur que celle que d'autres financiers veulent bien lui accorder. Quand cette confiance disparaît (subprimes) le système s'écroule. Les états renflouent, mais il va arriver le moment où ils ne le pourront plus. On a colmaté les brèches sur la Grèce, l'Irlande. Mais quand ce sera le tour du Portugal, de l'Espagne, de l'Italie… de la France, des USA qui pourra renflouer ?
Il y aura cessation des paiements des états.

Et si on changeait enfin de paradigme?

Pour que tous grandissent dans leur tête de gamin crédules et sortent de chez eux pour essayer de changer les choses (révolution sans r?), voici de quoi ouvrir l'esprit de tous les citoyens du monde : la dernière mouture de Zeit Geist qui proposent de manière argumenté pourquoi il faut abolir l'argent et propose un projet de société enfin égalitaire et juste pour le bien de l'humanité, en commençant par une "définition" (LMOUS aprréciera) des mots que l'on enttends trop souvent dans la propagande, sans en compprendre le sens, comme "propriété", "génétique", "la main invisible du marché" etc.
Zeitgeist III : Moving Forward

Révolution/insurrection

Je sais que l'on dit:
- Muraille de chine, et
- Révolution Française.

En revanche la vie de Robespierre est intéressante je trouve...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maximilien_de_Robespierre