Urgences Patrick Pelloux alarme Urgences : Pelloux sonne l'alarme urgences pelloux sonne alarme 3554

Parmi les objectifs principaux du projet de loi "Hôpital, Patients, Santé, Territoires", actuellement discuté a l'Assemblée nationale, figure l'objectif d'un égal accès aux soins d'urgence sur l'ensemble du territoire. Pour Patrick Pelloux, président du syndicat des médecins urgentistes (Amuf), la loi ne résoudra rien. Il dresse un constat... alarmant.

Ouvertes 24 heures sur 24 et 365 jours par an, les urgences sont souvent le lieu de la première prise de contact avec le monde de l'hôpital. Souvent considérées comme le dernier recours, on y retrouve toute la palette des situations, de la simple "bobologie" à l'urgence vitale. Le projet de réforme de l'hôpital proposé par la ministre de la Santé prévoit de répartir les structures d'urgence entre établissements publics et privés.


 [Lire l'article complet sur lejdd.fr]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Pelloux a raison

et bachelot veut vendre l'hôpital au privé.

les bonnes fées ayant oublié la santé quand elle se penchèrent sur mon berceau, j ai eu à plusieurs reprises à fréquenter l hopital durant à peu pres toute ma vie ; j ai toujours été frappée par l image de pauvreté, de vétusté qui s en dégageait et qui est allée en augmentant au fil du temps.

Pas seulement les murs et le manque de matériel, mais aussi le manque de Personnel, donnent ce sentiment triste et anxiogène d’être en zone de soins de la cour des miracles, possiblement au bout de notre route.

12 heures aux urgences d un hosto parisien dernierement : à l arrivée, pas de civiere disponible, on m installe dans un fauteuil roulant qui doit dater de la création de l univers ; l infirmiere embarrassée, me promet gentiment que la prochaine civiere qui se liberera sera pour moi. Examen par une jeune interne au bout de qq heures ; elle a du mal avec le français et je reformule souvent pour qu elle comprenne ; le temps d examen en est largement rallongé, mon peu d’énergie diminué ; je me demande comment ça se passe avec un patient qui lui meme ne parle pas bien le français ; j espère que je n ai rien de grave et d’urgent à soigner pendant que je suis transformée en professeur … je me dis que cette jeune femme aurait du bosser en binôme, par simple sécurité pour les patients comme pour elle même.

je suis mise sous perf et allongée aupres d une autre patiente, dans le couloir, face aux salles d exams et au passage de n importe qui ; les familles s occupent en déambulant et en telephonant, l interdiction de l usage des tel mobiles on s en tape le coquillard, comme du repos des patients ; Hurlements rageurs d une femme qui exige d etre examinée parcequ elle attend depuis X … heures ; ma voisine passera la nuit là, parcequ il n y a pas de place dans l’unité d accueil voisine.

11 heures + tard, le Medecin vient m examiner. Je peux rentrer chez moi.

désolée pour toutes ces heures d attente me dira une jeune infirmiere, vous avez connu l enfer.

Pas tant qu elle et le Personnel hospitalier, qui doivent faire avec tout ça chaque jour.

Et bachelot va encore leur (nous) serrer la ceinture. C est un bon calcul, c est vrai : + de morts à l hôpital, c est toujours ça de moins de chômeurs ou de futurs chômeurs, c est autant d’appartements libérés, et de Personnel hospitalier qui jettera l’éponge et qu’on ne remplacera pas ou à moins cher. Et de pseudo preuves de l inefficacité de l hopital public, qui pourra alors être remplacé par le privé.

tout va bien dans le meilleur des mondes tsar-kosyste …