Vie privée décision Vie privée : Où sont les régulateurs ? Où sont les régulations ? vie privee ou sont regulateurs ou sont regulations 4028

Jean-Marc Manach nous livrait il y a peu une analyse très stimulante sur la fin de la vie privée à l’heure des réseaux et des sites sociaux : La vie privée, un problème de vieux cons ?

Faut-il accepter que toute vie privée - notre liberté la plus fondamentale - soit appelée à disparaître avec le développement des outils numériques, comme il le constatait dans cet édito ? C’est tout de même à se demander qui décide ? Les outils sociotechniques que nous utilisons ? Ou nous, êtres humains conscients et pensants ?


 [Lire l'article complet sur internetactu.net]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

merci à vous

et merci à l auteur pour cet excellent article qui fait du bien.

il ne faut pas hésiter à signaler à la CNIL, qui traite aussi bien les demandes individuelles que groupées.

Ceci étant, il faudra que nous surveillions de près l'évolution de la CNIL, desormais aux mains de l UMP ...

... "La Commission nationale de l’informatique et des libertés, créée en 1978, c’est ce poil à gratter citoyen institué pour contrôler les dérives et les délires des fichiers informatiques et de la vidéosurveillance, et garantir en principe à tout un chacun un droit d’accès et de vérification. Malgré des moyens en peau de chagrin, c’est encore la Cnil qui a joué cet été les vigies de la démocratie face au nouveau fichier Edvige, version subrepticement élargie de celui des RG. La commission a obligé le gouvernement à dévoiler son projet de fichier tentaculaire recensant élus, syndicalistes, religieux mais aussi membres d’associations, à raison de leurs comportements et de leurs déplacements…

Or la Commission proprement dite est composée de 17 membres répartis comme suit : 2 sénateurs, 2 députés et 2 membres du Conseil économique et social ; et aussi 2 conseillers d’Etat, 2 conseillers à la Cour des comptes et 2 magistrats à la Cour de cassation. Et enfin 5 “personnalités qualifiées” issues de la société civile.

Ce sont justement ces cinq personnalités qualifiées (ou “PQ”, sic !) qui viennent d’être renouvelées en février : résultat, elles sont désormais toutes UMP ou apparentées. Parmi elles, le gouvernement a carrément nommé le sénateur Nouveau Centre Jean-Paul Amoudry. Or si la loi a prévu qu’il y ait quatre parlementaires dans la Commission, ce n’est pas pour que l’on y ajoute un cinquième. Cela pourrait même être un cas de violation du texte, voire de transgression de la séparation des pouvoirs !" ...

http://partipirate.org/blog/com.php?id=114