lutte obésité malbouffe étouffée oeuf industrie alimentaire La lutte contre l'obésité ne fait pas le poids bachelot lutte contre obesite france 6149

En février 2008, Roselyne Bachelot promettait une lutte sans merci contre la malbouffe. En cette fin 2009, pourtant, les avancées dans le domaine sont plutôt timides, voire inexistantes, du fait de la pression exercée par les industries alimentaires sur les autorités.

Roselyne Bachelot : la lutte contre l'obésité

Début février 2008, Roselyne Bachelot avait montré les crocs (à l'époque, ils n'étaient pas encore roses). La ministre de la santé avait alors décidé "d'inciter les industriels de l'agroalimentaire à arrêter de faire la promotion des boissons et des aliments trop gras ou trop sucrés [...] pendant les tranches [publicitaires] destinées aux enfants" à la télévision. Et si fin avril 2008, "l'autodiscipline" des différents acteurs du secteur n'y suffisait pas, "je proposerai des mesures législatives d'interdiction", menaçait-elle alors. On allait voir ce qu'on allait voir...

A quoi ça sert que Bachelot, elle se décarcasse ?

Mais presque deux ans plus tard, les dizaines d'annonces tonitruantes se révèlent plutôt truandes que toniques. La publicité télévisée ? Roselyne Bachelot a été dessaisie au profit du ministère de la Culture, ça ne s'invente pas. La suppression des confiseries en sortie de caisse des supermarchés ? Aux oubliettes. La charte des professionnels de la communication et de l'agroalimentaire ? Risible. Récemment, la Loi "Hôpital, Patients, Santé et Territoires" a d'ailleurs été votée, élevant la lutte contre l'obésité au rang de "priorité nationale". Plusieurs amendements proposaient alors de graver dans le marbre de la loi les promesses faites à plusieurs reprises par la ministre de la Santé et les industriels, notamment lors de la signature de la fameuse charte. Retoqués.

Menaces de boycott publicitaire

La semaine dernière, le Canard Enchainé révélait encore que le Syndicat National de la Publicité TéléVisée (SNPTV), "alerté" par les "entreprises agroalimentaires", avait décidé de boycotter les films publicitaires anti-malbouffe de l'Institut national de prévention et d'éducation à la santé (INPES). Mais craignant une fuite dans la presse, concluait l'article, le SNPTV s'était finalement ravisé. Et les spots dont le message principal est que "le sel, le sucre et le gras ne sont pas toujours là où on le pense" seront bien diffusés. Ouf, enfin quelque chose à se mettre sous la dent.

Vers un démantèlement des organismes de prévention ?

Mais lundi, l'UFC-Que Choisir lançait une nouvelle alerte sur le risque de démantèlement pure et simple de la politique de prévention française. Selon les informations de l'association, le projet de Loi de modernisation agricole (LMA, en cours de rédaction) donnerait en effet au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation la cotutelle de l'INPES, organe de communication du ministère de la Santé ! Le hic, c'est que pour le coup, toutes les communications de l'INPES (comme les pubs citées ci-dessus) devront être validées par le Conseil National de l'Alimentation (CNA), dominé par... l'industrie alimentaire ! Aussi simple. Sollicité par l'AFP pour savoir si cette proposition figurait effectivement dans le projet de loi, le ministère a indiqué que "ce sujet n'était plus d'actualité". A voir.

Rappelons juste qu'en France, l'obésité a quasiment doublé en 12 ans. En 2009, près d'un adulte sur trois est en surpoids et près d'un sur six est obèse. La malbouffe est en outre à l'origine de dizaines de milliers de morts tous les ans. 75.000 accidents cardio-vasculaires dont 25.000 décès sont notamment dus à la surconsommation de sel, ingrédient adulé par les industries agroalimentaires puisqu'il améliore artificiellement le goût des aliments et qu'il retient l'eau, ce qui permet aux boites de peser un peu plus lourd, donc d'être vendues un peu plus cher.

A quand un vaccin contre l'obésité ? ...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Un cas possible d'effet secondaire du vaccin anti-H1N1

"Un cas possible d'effet secondaire du vaccin anti-H1N1

Jeudi 12 novembre, 19h45 Reuters

L'annonce est survenue le premier jour de la campagne de vaccination. Il s'agit d'un cas de syndrome de Guillain-Barré découvert mardi dernier dans le cadre du dispositif de pharmacovigilance de la vaccination de la grippe A(H1N1), précise le ministère. Une enquête est ouverte par le ministère.

"Il s'agit d'une forme modérée et uniquement sensitive, qui a évolué favorablement", précisent les services de Roselyne Bachelot dans un communiqué.

Le ministère relativise l'importance de la découverte. "Chaque année en France, 1.700 à 1.800 cas de syndrome de Guillain-Barré donnent lieu à une hospitalisation, soit cinq par jour. Dans la plupart des cas, la survenue d'un syndrome de Guillain-Barré est liée à un épisode infectieux, bactérien ou viral, dont la grippe", précise-t-il.

La première journée de campagne de vaccination a connu un succès très mesuré, les enquêtes montrant une méfiance des Français envers le vaccin. Les contrats avec certains laboratoires prévoient de fortes garanties pour ces derniers en cas d'effets secondaires et de procès."

transparence sauce lasarkosye

" ... C’est l’Agence de presse médicale, qui a révélé cette information, grâce à « des sources médicales », et non le ministère de la Santé, qui avait promis toute transparence sur le sujet. Au cabinet de Roselyne bachelot, on explique avoir été alerté de ce cas dès mardi, deux jours avant le début de la vaccination de la population générale. Mais l’information n’a pas été rendue publique." ...

http://www.leparisien.fr/societe/premier-cas-probable-d-effets-secondaires-apres-le-vaccin-13-11-2009-709687.php

vendre à tout prix

"Quand la France jette les médicaments payés par la Sécu...

"Les antibiotiques, c'est pas automatique"... mais "jeter des médicaments, c'est fréquent" résume tristement le fonctionnement de la Sécurité sociale. Pendant que nos gouvernements se lamentent sur la dette de la Sécu (20 milliards en 2009, 30 milliards annoncé pour 2010 –soit un doublement du déficit entre 2004 et 2008), il n'y a guère qu'en France où personne n'a pensé à tout simplement commencer par stopper le gâchis de médicaments.

En effet, impossible dans notre pays de recevoir un traitement sans se retrouver avec des comprimés en rab', conduisant à fabriquer, accumuler, jeter et incinérer des tonnes de médicaments inutilement. La plupart de nos voisins européens l'ont bien compris, ne fournissant que le traitement nécessaire. " ...

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/quand-la-france-jette-les-medicaments-payes-par-la-secu_827224.html#xtor=AL-447

Un vaccin contre l'obésité ? c'est en cours...

En 2006, le très sérieux site PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States) a publié une étude sur la vaccination chez le rat adulte obèse avec pour objectif la mise au point d'un vaccin efficace contre l'obésité chez l'homme.
http://www.pnas.org/content/103/35/13226.abstract?sid=ef075c84-056d-4679-a916-2f14ed20e3d0

Mais à quand un vaccin contre les lobbies de l'agroalimentaire et les lubies de l'afro-élémentaire(*) ?

(*)...Le drame de l'Afrique, c'est que l'homme africain n'est pas assez entré dans l'histoire. Le paysan africain, qui depuis des millénaires, vit avec les saisons, dont l'idéal de vie est d'être en harmonie avec la nature, ne connaît que l'éternel recommencement du temps rythmé par la répétition sans fin des mêmes gestes et des mêmes paroles.
Dans cet imaginaire où tout recommence toujours, il n'y a de place ni pour l'aventure humaine, ni pour l'idée de progrès (**)...

http://www.elysee.fr/elysee/elysee.fr/francais/interventions/2007/juillet/allocution_a_l_universite_de_dakar.79184.html

(**) ça, on le savait déjà
http://www.20minutes.fr/article/359609/France-Sarkozy-fait-du-copier-coller-devant-les-agriculteurs.php
http://www.youtube.com/watch?v=ZWY9BAK5p0c