Darcos Internet Appel offre surveiller blogs médias Darcos lance un appel d'offre pour surveiller le "risque d'opinion" sur Internet darcos appel d offre surveillance internet gouvernement blogs syndicats partis politiques 2502

Le gouvernement veille sur ses ministres et surveille l'opinion. Après l'appel d'offre du SIG, c'est maintenant le Ministère de l'Education qui piste sur Internet tout ce qui pourrait constituer un "risque opinion". Objectif : détecter les "lanceurs d'alerte", anticiper les effets de "contagion", et limiter les crises "dans lesquelles les ministères se trouveraient impliqués".

http://www.lesmotsontunsens.com

Le Ministère de l'Education Nationale de Xavier Darcos vient de publier un appel d'offre commun avec le Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche de Valérie Pécresse, d'une valeur totale de 220 000 euros. L'objectif affiché est l'identification des sources d'information et des lieux de débats, sur Internet, qui peuvent constituer un "risque opinion" et provoquer des crises impliquant les ministères. "Clé de voûte" du dispositif, le passage en "mode alerte" qui permettra aux autorités de localiser les sources de troubles et d'identifier les crises potentielles avant même qu'elles surgissent. C'est le deuxième appel d'offre révélé en dix jours. Le premier émanait du Service d'Information du Gouvernement (SIG) qui souhaite surveiller tout ce qui se dit et s'écrit au sujet du gouvernement sur les sites en ligne.

Risque d'opinion et anticipation des crises

Les médias concernés sont les blogs, les sites des syndicats ou des partis politiques, les sites militants d'associations et les leaders d'opinions, les lanceurs d'alerte. En bref, les "sources stratégiques ou structurant l'opinion". Les médias traditionnels sont aussi concernés, mais l'appel d'offre se contente de les évoquer globalement, sans autre détail, comme s'ils constituaient un seul et unique bloc, comme s'ils ne constituaient pas un "risque" particulier. L'effet "Grenelle de l'Information", peut-être ?

Dans le but d'"anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise", le prestataire devra aussi utiliser toutes les informations "qui préfigurent un débat, un «risque opinion» potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués". Avec un égard particulier pour les "vidéos, pétitions en ligne, appels à démission, [qui] doivent être suivis avec une attention particulière et signalées en temps réel"...

En résumé, il s'agit de pister les embryons de débats qui constituent un "risque opinion", avec pour objectif de limiter les répercutions politiques négatives. Et au final, "aider le ministère à calculer le retour sur investissement pour cette opération". Bien entendu, il ne s'agit en rien d'une opération politique. Promis, juré, crashé ! Simplement un nouvel outil pour améliorer l'Education, optimiser les réformes, et ainsi compenser les salaires exorbitants alloués à ces Bac+5 qui passent leur temps à surveiller les siestes des enfants ou leur changer les couches.

Une idée pour faire économiser 220 000 euros au gouvernement : s'abonner à la niouses letteur quotidienne des "Mots Ont Un Sens" (en haut à gauche)...

(pièce jointe : le cahier des clauses particulières complet, aussi appelé CCP, lié à cet appel d'offre)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Probleme lien

Votre lien de source pointe ou vers le PDF ou vers un site ou il faut se logguer. Vu que cela pourrait faire croire que votre annonce n'est pas sérieuse, voici un lien, qui en plus, donne de nouvelles infos sur les personnes à contacter, etc...

https://apc.marches-publics.gouv.fr/sdm/ent/gen/ent_detail.do?selected=0&PCSLID=CSL_2008_KSJDHCv86O

Et il faut avertir la CNIL je pense!

source du "cahier des clauses" ?

Comment êtes-vous en possession du "cahier des clauses particulières" ? Provient-il d'une source officielle ? Car il est introuvable sur les sites officiels, on ne le trouve que sur les blogs et forums. Il serait bien de pouvoir dissiper tout soupçon de hoax.
Merci.

le CCP

il est bien sur le lien donné plus haut.
je l'ai téléchargé au format doc ainsi que les autres.
l'info est juste

Les Sources

Suivez le lien du commentaire juste au dessus et vous verrez bien que c'est un site tout ce qu'il y a d'officiel.

Il est de bon goût avant de poster un commentaire de lire les commentaires précédents.

Publics

Bonjour, les appels d'offre publics sont publics...

en suivant le lien de l'appel d'offre de l'article, vous tombez sur la page correspondant à l'AO. Pour avoir accès au DCE, il faut vous inscrire. Et pis c'est tout !

Tout le monde peut vérifier en quelques minutes.

Cependant, pour votre confort personnel, j'ai rajouté en lien le fichier complet du CCP.

@micalement

curieux, rien sur le site de la CNIL

dans la rubrique "marchés publics" : "Marchés publics blanc
Liste des marchés en cours Référence Nature du marché Intitulé Date de remise des offres Type de marché il n'y aucun appel d'offre en cours".

http://www.cnil.fr/index.php?id=2213

Interessant, dans la rubrique "communiqués", le Président de la CNIL explique, à propos de son avis sur HADOPI, que "la CNIL n’était pas en droit de rendre publique cette délibération sans l’accord du Gouvernement" et "estime que les règles de publicité des avis de la CNIL devraient être revues de façon à assurer une parfaite information du Parlement lorsqu’il est amené à devoir traiter de telles questions".

Et je dirai même plus, pas seulement du Parlement. Les avis de la CNIL devraient faire l'objet d'une publication publique systématique.

"Alex Türk réagit à propos de la parution dans la presse de « l’avis de la CNIL » sur le projet de loi de lutte contre le piratage blanc

03/11/2008 - Communiqué

Alex Türk, Président de la CNIL, a pris connaissance avec étonnement d’un article publié aujourd’hui dans la Tribune, dans lequel il est fait mention du contenu d’un avis rendu par la CNIL le 29 avril 2008 sur l’avant projet de loi HADOPI.

En effet, en vertu des articles 2 et 6 de la loi du 17 juillet 1978 et de l’interprétation de la Commission d’accès aux documents administratifs, la CNIL n’était pas en droit de rendre publique cette délibération sans l’accord du Gouvernement. C’est pourquoi elle s’y est refusée, malgré les nombreuses demandes qui lui ont été adressées, y compris par le rapporteur du Sénat en charge du projet de loi. C’est également pour cette raison que la CNIL n’a pas été en mesure d’émettre des avis à propos du texte qui fait l’objet du débat parlementaire puisqu’elle se serait trouvée dans l’impossibilité d’étayer son argumentation par le recours à sa délibération. Une telle publication, produite en dehors du cadre juridique légal, et dont elle ignore l’origine, met donc la CNIL évidemment en porte à faux. Cette situation est très insatisfaisante. Alex Türk a d’ailleurs, à plusieurs reprises, attiré l’attention des pouvoirs publics sur le caractère incohérent d’un tel dispositif qui aboutit pour la CNIL à rendre un avis qui ne sera jamais connu, si le Gouvernement qui en est à l’origine ne le souhaite pas. Une telle situation génère donc incompréhension et approximation car nombre d’intervenants se référent à ce qu’ils pensent être l’avis de la CNIL sans en disposer réellement. La question est d’autant plus complexe que l’avis formulé par le Conseil d’Etat n’est pas publié, sauf si le Gouvernement le décide.

Dans le cas du projet de loi HADOPI, le fonctionnement de ce mécanisme aboutit à une situation totalement incohérente puisque l’avis de la CNIL a été rendu sur un projet qui, entre temps, a subi un certain nombre de modifications, notamment lors de son dépôt sur le bureau des assemblées. Ainsi, par exemple, dans l’avant-projet examiné en avril par la CNIL, l’HADOPI se voyait conférer la possibilité de demander aux fournisseurs d’accès de procéder au filtrage des contenus, ce qui constituait un risque d’atteinte à la liberté d’expression. Dans le nouveau texte soumis aux assemblées par le gouvernement, cette disposition a été modifiée puisqu’il est désormais prévu que seule l’autorité judiciaire puisse ordonner aux fournisseurs d’accès de procéder au filtrage des contenus.

Dès lors, le Président de la CNIL estime que les règles de publicité des avis de la CNIL devraient être revues de façon à assurer une parfaite information du Parlement lorsqu’il est amené à devoir traiter de telles questions."

http://www.cnil.fr/index.php?id=2535&news[uid]=590&cHash=773e5066a4

ps : confirmé !

L'Education nationale veut surveiller et anticiper toute contestation

Lundi 10 novembre, 14h35
AP

Le ministère de l'Education a confirmé lundi avoir passé un appel d'offres pour la mise en place d'une "veille de l'opinion" ciblant les médias, les sites internet politiques et syndicaux, ou encore les blogs, avec l'objectif de "repérer les leaders d'opinion" et d'"anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise". Lire la suite l'article

L'Education nationale affirme que l'opération est renouvelée chaque année depuis 2006, et qu'elle se fait "dans tous les grands ministères".

"Cet appel d'offre n'est pas une nouveauté. C'est renouvelé chaque année depuis 2006. Tous les grands ministères ont une veille média et internet et ça fait partie des missions déléguées à la direction de la communication", expliquait-on lundi au ministère de l'Education nationale.

"Le ministère considère que ça peut l'aider à se forger une opinion sur l'évolution de la situation. Et on est obligé d'inclure dans l'appel d'offres tout le développement des médias internet", précisait-on.

Les documents que l'Associated Press a pu consulter font état de deux lots pour cet appel d'offres pour un coût global de 220.000 euros pour 2009 (100.000 pour l'Education, 120.000 pour l'Enseignement supérieur et la Recherche).

Le détail de l'appel d'offres montre une volonté de surveiller l'opinion, et particulièrement la contestation de la politique mise en place, avec notamment comme objectif d'"anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise".

L'une des missions consiste à "repérer les leaders d'opinion, les lanceurs d'alerte et analyser leur potentiel d'influence et leur capacité à se constituer en réseau".

"Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un 'risque opinion' potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués", précise le document.

"La veille sur Internet portera (...) sur les médias en ligne, les sites de syndicats, de partis politiques, les portails thématiques ou régionaux, les sites militants d'associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d'opinion", peut-on encore lire.

"La veille portera également sur les moteurs généralistes, les forums grand public et spécialisés, les blogs, les pages personnelles, les réseaux sociaux, ainsi que sur les appels et pétitions en ligne, et sur les autres formats de diffusion (vidéos, etc.)", souligne encore le document.

Il est également précisé que "les sources d'informations formelles que sont la presse écrite, les dépêches d'agences de presse, la presse professionnelle spécialisée, les débats des assemblées, les rapports publics, les baromètres, études et sondages seront également surveillées et traitées".

L'analyse de ces informations doit notamment permettre "de mieux anticiper les mouvements d'opinion et les critiques et de détecter systématiquement les signaux faibles de crise".

"Parler d'une volonté de fichage des militants me parait être une surinterprétation", a déclaré lundi à l'Associated Press le secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) Gérard Aschieri. "Le ministère veut simplement anticiper pour adapter sa propagande", a-t-il ajouté. "Le reproche que je pourrais surtout faire, c'est qu'on dépense un argent fou, pas pour l'intérêt général, mais pour l'intérêt du ministre". AP

Il est bien gentil, Aschieri.

Mais faudrait voir à voir un peu plus loin que le bout de son pré carré à 4 côtés EN / EN / EN / EN.

sur - veillance -s!

N. S. et maître copie de plus en plus les anglo-saxons: le diaporamatage de Londres (centaines de caméras) _ ça sert pas à grand chose d'un point de vueS anti-terrorisme mais ça rapporte gros pour les sociétés de surveillance; Patriot Act, ça sert pas à grand chose pour la surveillance mais ça rapporte gros au pseudo-externterrorism .
Après le plagiat Plan de Sauvetage (du monde) Bancaire de Gordon Brown, après Edvige Fantomas (voleur et assassin), ce truc : Site-Délateur-de-Sites-Démineurs !
un scoop pour LMOUS : bientôt un MSM, Ministère de la Surveillance des Ministères avec Dany Le Rouge à sa tête. ça, ça serait de l'ouverture et qui plus est France-Allemagne (moteur à injections vénéneuses d'ultra-libéralisme de l' U.E.), une sous Stasi.
Encore un effort pour égaler Jojo Bouche Sans Coeur qui,lui, a dépassé son père. W aurait dû faire une psychanalyse, cela aurait épargné un semi-suicide et une grande dépression au monde. Chez Cheeney & Rumsfeld (TM), Marionnettes en tout genre, on n'arrête pas de se marrer depuis 8 ans, et la boutique est devenue une multinationale. Y'a pas qu'eux, je viens de voir W, sur une vidéo américaine, se faire huer et siffler par un stade entier où il était venu faire le coup d'envoi sur le terrain puis sortir avec un grand sourire de j'm'en foutiste. Sauf que les spectateurs, ils devaient rire jaune!

vid w

Bonjour,
vous avez un lien vers cette video?

...

Je pense qu'il s'agit de

http://www.dailymotion.com/video/x4xkg2_what-americans-really-think-about-g_news

Mais ça remonte à mai

montage son

c'est sans doute du faux, il y a un montage du son, avec un blanc très audible à environ 36" ou 37".
Erick

videz, ô électeurs, ce gangster! ç'est fait l'ermite. Quoique

merci.
ce n'était pas celle-là. Il me semble que ça se passait dans un autre stade où de plus il faisait plus sombre.
Bien qu'une partie de ballon, ça ne soit pas aussi bandant qu'une balle dans les parties d'un terrorisé, surtout en Irak, pour W, il doit souvent faire ce genre de show _donc un certain nombre certain de vidéos_ car avec N.S., Berlusconi et tant d'autres il fait partie des Biblebergers, ces adeptes d' aculturing pratiqué dans des lieux peuplés... heu pardon, pitié... high-sehr-famés d'évangéli--stes télévisuels. Et grands amateurs de jogging ou bien que, pratiquant abusivement les séances de gesticulations médiatisées ( et non médiatiques ) justement, ce ne soit plus nécessaire. << Commediante!>> dirait Notre Grand Maître G. B. (pour des raisons de sécurité égocentrique ) au Cirque _ seulement _ d'Hiver. << Quoique...>> aurait rétorqué le perfide et jaloux Raymond Devos. << Paix à son âme, il a enfin trouvé sa cible : les ménagères de plus de 150 ans! >> estocaderait Notre chaplinesque & picasoique Vénéré Maître.
Mais il se peut aussi que la 'mienne' fusse bidouillée, gidouillé<< Stop! coupez ! >> FIN

rectification demandée

... rectification effectuée

@micalement

merci encore

et merci pour votre site où on trouve des raretés; sans flagornerie. Et pour votre style.

et le Princen ? Au chômage ?

Princen, engagé par Sarkozy (le budget de l' Elysée permet bien tout ceci - http://www.impots-utiles.com/contribuables-qui-paye-nicolas-princen.php - ;-)) pour surveiller le net va être mis au chômage ou lui s'occupera juste de Sarkozy ?

Musoliere sur les opinions

A ce genre d'aberration gouvernementale il faut repondre de front. S'opposer en passant la voix de la justice serait une solution car il y a des droits concernant la liberte d'expression et toute forme de dissusion a cette liberte peut etre condamnee. Cependant cette proposition de Darcos me semble tellement eloignee de la realite que jamais ils ne mettront une vieille sur les opinions circulant sur internet, tellement le nombre de site a surveiller serait enorme.

De plus les gens qui ecrivent sur le web ne le font pas forcement pour de l'argent et c'est d'autant plus dur de les empecher d'exercer contrairement aux medias classiques.

>> Regarder comment le gouvernement controle les medias sur :
http://willgg.blogspot.com/2008/11/le-4eme-pouvoir-sous-le-giron-de.html

entièrement d'accord avec

entièrement d'accord avec les deux dernières phrases de ce commentaire du 11 novembre 12:04. Tout ça, c'est du chiqué, de l'intimidation. Il s'agit de FAIRE PEUR. Les gens qui ont peur (pour leur peau, pour leur emploi, pour leur argent, pour leurs enfants, pour leur liberté...), les gens qui ont peur, on en fait ce qu'on veut. Ils sont paralysés, ils sont anéantis. Pas besoin de prisons ni de tortures : ils se font eux-mêmes leur propre prison, leur propre torture. Et c'est tout bénéfice pour les petits méphisto de tout poil (il y en a toujours un ou deux qui traînent par 522ci, par là). N'ayons pas peur, Hommes !

Toutes les dictatures ont commencé comme ça !

Toutes les dictatures ont commencé par ficher les citoyens et contrôler les médias, en sus d'une répression croissante.

La donne est claire, le pire c'est qu'il y a des signes mondiaux de dictature .
Au cas où la gravité vous aurait échappé, demain matin on peut très bien venir faire un raid en France sous des prétextes terroristes :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/11/10/le-pentagone-a-autorise-les-attaques-contre-al-qaida-partout-dans-le-monde_1116725_3222.html#ens_id=1111293

Tous ceux qui ne sont pas d'accord avec les USA sont des terroristes potentiels !

vérité sur le remplacement des profs

LES Français sont en retard d'un TRAIN!!!!!! DARCOS se moque de vous!voilà comment Darcos remplace les profs: par l'exploitation des professeurs non-titulaires (vacataires,contractuels) DARCOS ne vous le dira jamais !

Darcos est en train de finir de massacrer l'EN (car cela véritablement commencé avec Allégre et royale ,co-inventeurs de la vacation). Darcos ment sur tous les chiffres comme ses prédécesseurs . Il est à la tête d'un système qui ne respecte pas la loi .Son administration est coupable de discrimination envers certaines catégories de profs .

SAVEZ_vous qu'il y a plus de 5 STATUTS DE PROF ?

Darcos continue de participer à la politique de dénigrement des enseignants: les enseignant ne sont pas payés pendant les vacances d'été car leur salaire est indexé sur 10 mois et non sur 12 comme dans le privé. Les enseignants touchent 10 salaires étalés sur 12 mois.

Voici certains statuts de profs qui servent aux rectorats pour remplacer les profs absents tout en faisant des économies.

(le medef peut prendre exemple)

LES VACATIONS:

Depuis 2004,les rectorats ne font presque plus de contrat (cdd) mais payent des vacations. Le Vacataire est payé à l'heure devant les élèves , le reste du temps il ne touche rien. Il ne peut faire que 200h dans l'année maximum, il gagne environ 4000 euros dans l'années.

Pourquoi 200h? au delà , les rectorats sont obligés de faire signer un cdd. La vacation n'est pas un statut, il n'ouvre pas le droit au chômage , ni celui de la SECURITE SOCIALE. Les vacataires alternes entre RMI et vacations.

Il faut signaler que c'est les socialistes qui , par le biais d'Allegre ,en 1997,ont instauré la vacation. Depuis,la droite l'utilise au maximum. Mais c'est aussi les socialistes qui ont lancé les derniers plans de titularisation. il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis!

Il faut savoir que les rectorats ne payent pas une partie du salaire (isoe) aux vacataires. pour récupérer cette prime nous devons passer par le tribunal administratif et perdre ainsi notre place dans la liste de recrutement des non titulaires. Si nous les attaquons , nous nous suicidons professionnellement.

Profs CONTRACTUELs

Il existe dans l'éducation nationale un contrat encore plus précaire que le CPE c'est le CDD reconductible à l'infinie, grâce auquel les rectorats peuvent (en tant que prof),nous embaucher nous débaucher selon leur désir et en complète opposition avec le droit du travail français .Dans les faits , la période d'essaie peut durer une vie .

Pour accéder à un CDI,il faut 6 ans de CDD sans coupure (vacations ou chômage).Donc au 5éme CDD, les rectorats( cad l'état),ne nous proposent que des vacations et si nous refusons nous sommes radiés des listes de recrutement .En clair, chômage, puis rmi. Après avoir fait une ou deux vacations les rectorats vous embauche de nouveau en tant que contractuel.

Et cela repart pour un tour,vu que la possibilité d'être titularisé par concours a baissée de 79% depuis 2004. Exemple: 8 postes au concours interne de musique alors qu'il y a plus de 100 postes qui ne sont pas pourvus en France.

Les concours ne servent qu'à garder sous le coude un tas de profs pas chers et échangeables. Ils ne coutent aucune indemnité de licenciement car ces profs ne signent jamais de CDI.

Le medef a encore des progrès à faire pour créer un contrat très souple.IL faut qu'il prenne exemple sur le ministère de l'éducation :ça c'est de la souplesse!!!!

Même le médiateur de la république a dit que c'était une honte,mais les rectorats continuent sans doute pour obéir à Darcos.

Journalistes,avant de reprendre les dires de Darcos ,vérifiez ,il n'y comprend rien!!

coté obscur de darcos

je suis consterné de façon on ne peut plus profonde. voir des principes mafieux érigés comme moyen de gérer les rapports sociaux... cela me révolte

"risque d'opinion"?

Mais à ce tarif ils devraient censurer Les Echos, interdire la diffusion du Wall Street Journal, baillonner le Medef!
Ces salopards vendus aux anarcho-bolchéviques répandent des idées nuisibles au moral du bon peuple.
D'alleurs, toutes les pages économiques de tous les journaux et tous les magazines doivent être remplacés séance tenante par "Tout va bien dans ce monde de douceur voulu pas notre bon président"

coté obscur de Darcos

je suis on ne peut plus consterné par le ciblage personnel préludant des pratiques de pressions et de contraintes dignes de la Mafia. Ce n’est pas une bon moyen de résolution des problèmes sociaux.

Foi en la République?

Les sociétés privées font régulièrement appel à des instituts d'enquête et de sondages pour surveiller l'opinion et adapter leurs marchés, offres, publicités et politique de communication...
Là c'est le gouvernement, l'Etat, avec l'argent public, qui surveille l'opinion. L'Etat c'est nous et pourtant ce n'est plus nous: on a l'impression en lisant ces lignes que c'est une organisation de pouvoir indépendante qui prend les rennes et surveille le peuple.
La fin de la démocratie, qui ne serait qu'un leurre?

Marie

Souriez

Souriez....
Ca y est. Vous êtes fichés !

...ou faites une jolie grimace

Pas grave, les "risques d'opinions" feront comme les chinois : ils utiliseront Freenet pour convenir de leurs rassemblements ;-) Quand aux autres... ils sont sans doute déjà inscrits sur facebook lol !

Orthographe

Un appel d'offres comporte un s à offre(sous entendu un appel des offres).

Signé : Les mots ont un sens, l'orthographe aussi.