chercheurs chinois micro-ARN plantes alimentaires riz choux navet colza réguler expression gènes mammifères Des gènes de plantes alimentaires restent actifs après la digestion ! des genes de plantes alimentaires restent actifs apres digestion 11499

Dans la série "dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es", une équipe de chercheurs chinois vient d'en rajouter une louche : "des micro-ARN de plantes alimentaires [riz, choux, navet, colza...] peuvent réguler l'expression de gènes chez les mammifères", et donc modifier notre physiologie...

micro-ARN de plantes dans le corps humain

Les micro-ARN (ARNmi) sont des petites séquences génétiques qui se promènent en liberté dans l'organisme (qu'il s'agisse de plantes ou d'animaux), au contraire de l'ADN des chromosomes.

La trouvaille de nos chercheurs chinois (publiée dans Nature en septembre, et relevée par inf'OGM) est d'une importance capitale. Premièrement, les micro-ARN végétaux ne sont pas forcément dégradés lors de la digestion. Ils peuvent aussi traverser les parois intestinales et se retrouver - comme si de rien n'était - dans notre sang ou nos organes. Deuxièmement, une fois ingérés, ces micro-ARN peuvent se lier aux micro-ARN endogènes des mammifères (souris, êtres humains...) et inhiber des gènes chromosomiques (hépatiques notamment se soldant par une augmentation du taux de cholestérol de l'hôte).

Conclusion : nous ne faisons pas que manger des nutriments inertes (glucides, protéines, vitamines...), nous becquetons aussi de l'information. Et les conséquences au niveau scientifique sont potentiellement énormes :

- un nouveau mécanisme physiologique vient d'être découvert, qui favorise ou inhibe l'apparition de maladies

- les interactions plantes-animaux sont bien plus évoluées que nous le pensions, laissant la porte grande ouverte aux théories de "co-évolutions"

- les micro-ARN font maintenant partie des nutriments essentiels, au même titre que l'eau, les vitamines, les protéines...

Et, et... c'est une nouvelle pierre dans le jardin des biotechnologies, OGM en tête, dont les instigateurs sont - opportunément - restés bloqués sur les théories génétiques simplistes des années 80. Une macro-ARNaque...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Si ce résultat se confirme et

Si ce résultat se confirme et que son incidence se révèle significative, ce serait une réelle révolution !!

Parole de biologiste (qui vient d'apprendre la nouvelle).

super !

Personnellement, je trouve ça super !
les dogmes tombent et on découvre que tout est plus compliqué que ce que l'on pensait.
(en même temps bien fait pour le déterminisme génétique !!)
lorsque j'étudiais la génétique (en 1999) les profs nous disait sur un ton affirmatif : y'a 100 000 gènes, donc doit y'avoir 100 000 protéines.
Boom, après le séquençage en 2004 je crois, y'en avait que 23 000 environ...
ZUT !??!! ça doit donc être un peu plus compliqué que ça finalement les intéractions entre gènes...
Après révolution épigénétique, REBOOM ! Sans modification génétique, la descendance exprime quand même des modifications biochimiques...

C'est dur de faire rentrer les observations dans des cases non prévues pour !

Et maintenant des neutrinos grillent les photons... à suivre !

correction

Bonjour,
Ce n'est pas un gène, c'est un MiRNA.
Il faut corriger.