association AD-PA détourner crédits Journée solidarité.200 millions L'Etat "détourne" les fonds de la Journée de solidarité, selon les maisons de retraite journee de solidarite detournement maisons de retraite 6234

L'association AD-PA accuse de nouveau l'Etat de détourner les crédits issus de la Journée de solidarité. 200 millions pour cette année, 300 millions pour les années à venir. Les vieux peuvent toujours courir...

Détournement des fonds de la journée de solidarité

Travailler plus pour améliorer l'ordinaire de nos vieux... La Journée de solidarité créée après la canicule de 2003 devait permettre de financer la prise en charge des personnes âgées ou handicapées. Loin des belles promesses, elle ne sert plus aujourd'hui qu'à remplir les fouilles de l'Etat, selon l'AD-PA, une association regroupant 1800 directeurs d'établissements pour personnes âgées.

Un "détournement" de plusieurs centaines de millions d'euros

Mardi 17 avait lieu le vote du budget de la caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA). L'Etat et le MEDEF ont voté en faveur d'un montage financier alambiqué, quand la quasi-totalité des associations de personnes âgées et handicapées, ainsi que les représentants des conseils généraux ont voté contre. La raison est simple : le gouvernement a décidé de taper dans la caisse. En juillet dernier, le directeur de l'AD-PA Pascal Champvert dénonçait déjà cette situation : depuis 2004, "plus d'1,2 milliard d'euros (soit 50.000 emplois) provenant du jour férié supprimé n'ont pas été dépensés comme prévu", dont "700 millions ont servi à diminuer l'engagement de l'Etat et de l'assurance maladie dans le secteur, au lieu d'améliorer les conditions de vie des personnes âgées". "C'est clairement du détournement" avait alors tonné Pascal Champvert (voir vidéo).

Solidarité... envers les caisses de l'Etat

Mais cette piqûre n'aura pas eu l'effet vaccinal escompté. Loin de s'améliorer, les choses continuent d'empirer, cette année. Les crédits que la CNSA affectait à la rénovation des maisons de retraite ont été réduits : de 310 millions par an, ils passeront à 120 millions en 2010. Car l'Etat a décidé de ne pas autoriser la Caisse à reporter les crédits non utilisés d'une année sur l'autre. Le différentiel sera donc affecté au renflouement de l'assurance maladie, autant que l'Etat n'aura pas à financer de sa poche. "Cette année le détournement direct sera de plus de 200 millions d'euros. Pire que cela l'Etat organise les détournements à venir à hauteur de 307 millions d'euros", a de nouveau dénoncé dans un communiqué le président de l'AD-PA, Pascal Champvert.

"Le discours politique est destiné à donner aux mensonges l'accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air" [George Orwell]

 

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Fini les glaces à deux boules?

Eh oui, François Beranger se demandait s'il aurait encore la possibilité de s'offrir une fois par mois une glace à deux boules. Mais, il nous a quitté bien trop tôt et ne se pose plus la question.
Cependant, il nous a laissé cette belle chanson.
http://www.dailymotion.com/video/xmae7_francois-beranger-le-vieux_music

PS:
Les Gueles de bois eux, auraient bien apporté quelques marmites (à renversement) à l'Elysée...
http://www.greatsong.net/PAROLES-LES-GUEULES-DE-BOIS,QUAND-JE-SRAI-VIEUX,100500080.html

hors sujet mais pas tant que ça

je regarde le site du musee d Orsay et que vois je dans la liste de gratuité d entrée ?

Députés, sénateurs et membres du Parlement européen. Justificatif :

Carte d'identité de l'Assemblée nationale, du Sénat ou du Parlement européen.

enfin, c'est quand même

enfin, c'est quand même l'hopital (!) qui se fout de la charité, là !!! Travaillant en maison de retraite, j'ai eu, à de maintes occasions, la possibilité de constater quel était le niveau des aides touchées par les dites maisons de retraite et surtout quel était la somme qu'elles sortaient de leur poche pour le fonctionnement de l'établissement... Au total, et en se démerdant bien, la totalité des sommes demandées aux résidents tombe dans la poche du groupe (souvent hotelier, ce n'est pas un hasard) qui tient la maison de retraite !

Pour exemple, là où je suis actuellement, la totalité des frais est pris en charge par la région (salaires du personnel, repas des résidents) et par l'état (frais médicaux). Conventionné, un accord tri-partie permet au groupe de se mettre la totalité des 1850 euros de coût mensuel pour le résident dans la poche !

Et aux demandes répétées du personnel afin d'obtenir les moyens de faire correctement le travail (plus de personnel, des gants à usage unique en quantité suffisante, des protections -couches- adaptées aux résidents, moyens techniques pour faire les soins -ciseaux, compresses, etc...-), la réponse est toujours la même : "l'enveloppe est épuisée..."

Au final, vous avez un personnel démoralisé et démobilisé et des résidents qui font les frais de cette recherche de profits par une maltraitance qui cache son nom parce qu'elle n'est pas physique mais morale...

La réalité d'une recherche capitaliste de profit est là ! En fait, la seule crise là dedans, c'est celle que tapent les groupes hôtelier de ne pas pouvoir profiter de la curie...