Jugement Zyed Bouna innocents tribunal de pontoise Justice : un jugement peut en cacher un autre... Zyed et Bouna innocentés justice un jugement peut en cacher un autre zyed et bouna sont innocents tribunal pontoise

Tollé général contre le jugement de Lille. Silence absolu pour le jugement de Pontoise : Zyed et Bouna étaient innocents. L'État a menti. Des communiqués enflammés ? Des déclarations enfiévrées ? Des pétitions ? Non, une simple dépêche AFP, qui tombera dans l'oubli. Sauf si...

Le 21 mai 2008, le tribunal administratif de Pontoise rend son verdict, il se déclare incompétent pour juger d'une éventuelle "faute" des policiers qui poursuivaient les trois jeunes électrocutés en 2005 à Clichy-sous-Bois. Mais le tribunal écrit dans ses attendus qu'"aucune infraction n'a finalement été constatée" et "qu'aucune poursuite [judiciaire] n'a été engagée à l'encontre des personnes interpellées" au cours de la course poursuite. Zyed et Bouna étaient innocents, ils n'avaient rien à se reprocher. Aucun cambriolage, pas de vol, rien. Ils se sont juste enfuis à la vue d'une voiture de police, par peur du Policier.

jugement zyed et bouna

Pourtant, Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur à l'époque, et Dominique De Villepin, premier ministre en poste, ont formellement affirmé, à plusieurs reprises, que les fuyards avaient tenté de cambrioler un chantier, et qu'ils n'étaient pas poursuivis au moment d'entrer dans le local du transformateur électrique. Le maire de Clichy, quelques jours après le drame, révélait que l'enquête de l'IGS montrait le contraire. Au fur et à mesure que les informations filtraient, tout allait dans le sens inverse des déclarations des représentants de l'Etat. Mais tant pis, Nicolas Sarkozy et Villepin persistaient. Ils n'ont jamais démenti depuis... Villepin et Sarkozy, respectivement numéros 1 et 2 du gouvernement, ont menti.

Scandale, l'Etat a menti ! Tollé général, bronca politique, haro médiatique... Non, non. Tout juste une dépêche AFP, reprise ponctuellement par quelques sites Internet, pas mieux ! Parmi les "grands médias", presque rien, à noter toutefois une brève du Figaro qui arrive à réduire la dépêche de l'AFP en un texte de 30 mots n'évoquant que l'aspect de l'incompétence du tribunal. C'est Bakchich qui a levé le voile sur ce "non-jugement".

Un jugement annule un mariage pour une union entachée de non-virginité, et c'est la France qui se lève, comme un seul homme, le parlement est en émoi, les médias regorgent de déclarations solennelles et de pétitions en tous genres, la révolution couve (à tort ou à raison, ce n'est pas le problème)... Un autre jugement confirme que l'Etat a menti dans une affaire qui aura été le premier acte des émeutes de 2005, qui a nécessité l'instauration de l'Etat d'urgence, et dont le monde entier a parlé. Personne (ou presque) n'en parle. Est-ce possible ? Sommes-nous à ce point habitués aux mensonges d'Etat que nous n'y ferions même plus attention ? Serait-ce moins vendeur ?

Aucune issue judiciaire n'est encore envisagée pour cette affaire, dont le traitement médiatique aura décidément été plus qu'approximatif, du début à la fin.

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

couru

C'était couru, une telle bavure ne pouvait être sanctionnée. Les Français se mentent à eux même et prennent leurs rêves pour des réalités. Ils ont élu un menteur, un mystificateur, un spécialiste de la poudre aux yeux.
Reconnaitre la bavure, c'est remettre en cause toute la corporation et "l'éthique" de la police. La BAC qui devrait être un corps d'élite est finalement composée de shériffs à la petite semaine, des tyraneaux au QI limité, tout juste apte à effrayer des enfants.
Nous avons la police que nous méritons.
Cette société française est dégoutante.