Scandale réunions secrètes Union Européenne OGM europe barroso commission européenne Union Européenne : des réunions secrètes pour faire passer les OGM en force union europeenne des reunions secretes pour generaliser les ogm en europe barroso sarkozy 20081027

Ce dimanche, The Independent On Sunday révèle un scandale au niveau européen. Les dirigeants des 27 pays de l'Union Européenne se réunissent en secret pour accélérer les processus d'autorisation des cultures OGM, contrer les opposants, et rassurer les populations en faisant intervenir les représentants de l'industrie. L'artillerie lourde est de sortie...

réunions secrètes ogm europe

Dimanche 26 octobre 2008, The Independent on Sunday nous livre la synthèse de quelques documents confidentiels plutôt étonnants. Des réunions secrètes ont été convoquées par Jose Manuel Barroso, président de la Commission européenne et présidées par son chef de cabinet, Joao Vale de Almeida. A la demande de Barroso, chaque Premier Ministre des 27 a nommé un représentant spécial. Pour la France, il s'agirait d'un "collaborateur proche" de Nicolas Sarkozy. Au menu de ces petites sauteries privées, un sujet urgent et hautement stratégique : trouver les moyens d'accélérer la culture des OGM et de persuader les citoyens européens de les accepter.

Court-circuiter le Conseil des ministres et contourner le blocage "démocratique"

En Europe, actuellement, les populations y sont majoritairement opposées, même dans les pays qui les autorisent, comme l'Espagne. Ce qui force les gouvernements à bloquer certaines décisions au niveau du Conseil des ministres. Mais la Commission Européenne n'est pas tenue de demander leur avis aux gouvernements, ni aux députés européens. Elle n'est pas tenue non plus de s'expliquer devant aucune juridiction, c'est aussi cela, l'Europe ! La Commission Européenne va donc imposer ses choix, comme elle en a le droit. Et ces réunions confidentielles sont destinées à arrondir les angles.

Les industriels à la manoeuvre, Monsanto en tête

Les conclusions de ces réunions montrent clairement que les 27 souhaitent "accélérer le processus d'autorisation en se basant sur des évaluations solides, afin de rassurer l'opinion publique". Et la meilleure façon de rassurer l'opinion publique, pour nos dirigeants, est d'inciter les représentants de l'agriculture et de l'industrie – exemple au hasard, Monsanto – à se faire d'avantage entendre pour contrer les écologistes. Et les documents livrent, pour finir, quelques conseils courtois : pour "s'occuper au mieux de l'opinion publique", il faudrait "un dialogue non passionnel et basé sur les normes très élevées de la politique OGM de l'Union européenne". Barroso, lui-même, y insiste d'ailleurs sur "le rôle de l'industrie, des partenaires économiques, de la science pour participer activement à un tel dialogue", pour rassurer des "citoyens qui se sentent mal informés". Car, ajoute-t-il, le débat "ne devrait pas être laissé à certains groupes qui y trouvent un intérêt légitime mais matériel". Tout un programme.

Jusqu'à présent, l'industrie des biotechnologies reste sur la défensive. Ses arguments sont principalement que les OGM réduisent la consommation de pesticides et sont indispensables pour alimenter la planète. Des arguments qui tenaient tant que les cultures restaient confidentielles, mais qui, aujourd'hui, sont largement contestées. Il ne fait cependant aucun doute qu'avec des coachs de la trempe de Barroso et Sarkozy, les industriels sauront rebondir et trouver de nouveaux arguments pour nous rassurer... secrètement.

 ( Sources : The Independent, traduction : Amis de la terre)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

et à part ça (et tant d'autres) les partisans du "non"

n'étaient que des imbéciles arriérés ...

Ouah....

Dans quel monde vivons-nous... ?!

Merci

il fallait

Avec la constitution européenne, un tel cas de figure ne pourrait avoir lieu. Il fallait la voter !!!

....

nan je déconne.... hihihi

Vive l'europe et les européens et vive la vie.

Maiis qu'on coupe les cou... à tout ces mansonto-crate de Bruxelles

merci d'indiquer les liens

merci d'indiquer les liens sources.

rectification

il manque deux petits points car il y en a deux sauf accident

petite erreur

hello,

il est faux de dire que la Commission n'est tenue de s'expliquer devant aucune juridiction et peut faire passer une directive sans l'assentiment des députés européens et du Conseil des Ministres.

La question des OGM fait partie du premier pilier de l'Union Européenne, ce qui oblige d'utiliser la méthode communautaire pour faire passer un projet de directive sur le sujet.

La méthode communautaire confère effectivement à la Commission le monopole du droit d'initiative, c'est elle qui doit faire des propositions de directives/règlements. Néanmoins, ces propositions doivent dans tous les cas passer par la procédure de codécision. La procédure de codécision consiste en l'adoptation de la législation communautaire par le Parlement Européen et le Conseil des Ministres. Ces deux institutions doivent s'accorder sur le texte avant que celui-ci ait force de loi.

Enfin, la Cour de Justice a également son mot à dire, en ce sens qu'elle vérifie que la directive est conforme au droit communautaire. Les citoyens et gouvernements peuvent par ailleurs attaquer une directive devant cette même Cour.

La puissance des firmes fabriquant des OGM ....

Je me demande combien Monsieur Barroso a reçu, pour défendre avec un tel acharnement, les OGM?... Il faudrait faire un référendum, pour voir ce que veulent les gens. Certains sont prêts à jouer à l'apprenti-sorcier et mettre en jeu l'équilibre de la terre,la santé des personnes, pour des paquets de dollars.La nature change, a toujours évolué,...mais à son rythme.Pour ce qui est de nourrir le monde,...devons-nous choisir mourir de faim ou de cancers, de pouvoir immunitaire massacré,etc...Mettons plus de gens au travail dans les champs.Baissons les charges sociales.Le chômage, ok, mais avec un minimum de travail.