Parachute doré Thierry Morin PDG Valeo Bonus, stock-options, parachutes dorés... les grands patrons au pilori bonus stock options parachutes dores patrons cloues au pilori 3826

Un grand patron, ça gagne énormément. Primes de bienvenue, bonus, actions gratuites, stock-options, parachutes dorés, retraites chapeau... la panoplie est fournie et usée jusqu'à la corde. Depuis toujours... Alors, pourquoi tant de haine, aujourd'hui ? Simplement pour contenir la grogne sociale, à moindre coût.

Thierry Morin - Valeo

Les bonus des banquiers "aidés", les stocks options de la Société Générale, et aujourd'hui, le parachute doré stratosphérique de 3,2 millions d'euros de Thierry Morin, PDG de Valeo, qui prend la tangente en laissant un trou de 200 millions d'euros derrière lui et 1600 salariés sur le carreau. En passant, Marianne y ajoute une retraite chapeau de presque 900 000 euros annuels. Le gouvernement s'énerve, qui n'apprécie pas qu'une entreprise soutenue par l'Etat goinfre ses ouailles jusqu'à plus faim. L'opposition hurle au scandale. Et le MEDEF... souvent varie ; Laurence Parisot annonçant un jour que l'autorité morale du patronat n'a ni les moyens ni le désir de bouger le petit doigt, et vitupérant dès le le lendemain contre les grands méchants patrons sans foi ni loi. Dans le même temps, le chômage explose et la polémique sur le bouclier fiscal redouble d'intensité...

Du statut des entreprises "aidées"

Les arguments sont toujours les mêmes : une entreprise aidée a un statut particulier. Bénéficiant de fonds publics, elle ne doit pas verser de sommes "indécentes" à ses patrons, car... ce n'est pas bien ! Ce soir, Nicolas Sarkozy annoncera des mesures contraignantes, peut-être même une loi. Espérons qu'elle soit plus efficace que la dernière en date, dont on nous promettait monts et merveilles et qui aura finalement été inutle, du début à la fin.

65 milliards d'aides annuelles aux entreprises + 30 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches...

Mais... faut-il remarquer que presque toutes les entreprises françaises sont subventionnées par l'Etat via des dispositifs aussi divers que variés ? L'ensemble des aides publiques aux entreprises représente en effet près de 65 milliards d’euros, dont 90 % sont financés par l’Etat. Ajoutez à cela les allègements fiscaux aux plus riches qui ne cessent d'augmenter depuis 2000. Alternatives Economiques a d'ailleurs calculé que pour ramener simplement les impôts au niveau où ils étaient en 2000, il faudrait... 30 milliards d'euros par an.

Et au final ? Si les entreprises du CAC 40 (bénéficiant largement de ces aides) ont vu exploser leurs gains depuis une dizaine d'années, elles ont dans le même globalement licencié, selon une étude de Marianne de l'année dernière, tandis que les stock-options coulent à flot. Scandale, vous avez dit scandale ?

Mais revenons à Thierry Morin, PDG de Valeo. A-t-il reçu un traitement plus favorable que ses collègues du Cac 40 ? Certainement pas. Certes, l'Etat est intervenu via le Fonds Stratégique d'Investissement en investissant 19 millions d'euros dans Valeo, le 25 février, en contrepartie de 8% du capital. Mais la somme n'est pas énorme, au regard des montants évoqués ces derniers temps. De plus, on peut s'attendre à un retour sur investissement, même tardif. Mais de la défiscalisation chronique des grandes entreprises françaises, quels bénéfices en espérer ? Si peu... semble-t-il. Et s'il y a bien une "incompréhension" sociale, n'est-elle pas plutôt à chercher de ce côté ?

Des boucs émissaires à point nommé

Laurence Parisot se bat comme une belle diablesse contre ces patrons dorénavant présentés comme des "voyous"... pour éviter que le gouvernement ne s'énerve et ne légifère, pour de bon ce coup-ci. Les ministres du gouvernement, tout éberlués, se font de plus en plus menaçants. Ils critiquent, ils menacent, ils grognent, ils montrent les crocs... et ça marche. Finalement, Nicolas Sarkozy aura trouvé son "mauvais banquier" en la personne de Daniel Bouton, et son "mauvais patron", en la personne de Thierry Morin. Faut-il donc vraiment aller chercher plus loin ?

(Correction 17h00 : les "30 milliards" ne sont pas affectés aux entreprises, mais aux contribuables les plus riches, selon Alternatives Economiques. Ce sont 65 milliards qui sont alloués aux entreprises, selon un audit officiel de 2007)

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

précision sur les 65 milliards "alloués aux entreprises"

Bonjour,

Je viens de lire l'audit cité relatif aux aides publiques aux entreprises.
La conclusion selon laquelle "ce sont 65 milliards qui sont alloués aux entreprises" est (volontairement ?) réductrice et trompeuse. Les chiffres portés en pages 25 et 26 de l'audit donnent une vision moins partisane de ces aides qui visent essentiellement la facilitation de l'emploi sous-qualifié et des taux réduits de TVA (ne bénéficiant pas à l'entreprise mais au consommateur). La 4ème poste de ces aides, par son importance, est la prise en charge par l'Etat des retraites de la SNCF... en conclure que 65 milliards tombent dans la poche des patrons et des actionnaires est inexact.

Bon...

Bon...

J'ai un peu foiré dans mes modifs, sur ce coup là. Ça m'apprendra à vouloir faire vite.

Je n'aime pas ça, mais j'ai re-rédigé le paragraphe évoquant les "65 milliards" d'aide aux entreprises. La citation de ces "65 milliards" a pour unique objectif de rappeler que les "entreprises aidées" sont bien plus nombreuses qu'on ne le croit. Je reconnais que la nature de l'aide n'est pas strictement la même, mais il faut tout de même le souligner, à mon avis.

Par contre, même si la rédaction pouvait (éventuellement) le laisser penser, je n'ai jamais voulu signifier que ces aides tombaient dans les poches des patrons.

Pour mémoire, voici l'ancienne version du paragraphe :

Mais... faut-il remarquer que presque toutes les entreprises françaises sont subventionnées par l'Etat via des allègements fiscaux en tous genres ? Environ 65 milliards d'euros sont ainsi "offerts" aux entreprises tous les ans. Impact sur le pouvoir d'achat des salariés ? Négligeable, lorsqu'on le compare à l'explosion des bénéfices des entreprises du CAC 40, qui, dans le même temps, ont globalement licencié, selon une étude de Marianne de l'année dernière. Ajoutez à cela les allègements fiscaux aux plus riches qui ne cessent d'augmenter depuis l'an 2000. Alternatives Economiques a d'ailleurs calculé que pour ramener simplement les impôts au niveau où ils étaient en 2000, il faudrait... 30 milliards d'euros par an.
 

Merci pour votre commentaire

@micalement

Alors, pourquoi tant de haine, aujourd'hui ?

Parceque la crise financière puis économique est en grande partie du à une très mauvaise répartition des richesses créées par les travailleurs productifs. En d'autres termes les travailleurs improductifs et les rentiers prennent une majorité de ces richesses alors qu'ils ne les méritent tout simplement pas. Elle sont due aux travailleurs productifs.

la liberté est aussi au pilori

quand elle montre celui qui se prend pour le grand patron de la France sans qu il ait décidé comment il faut le montrer.

http://www.rue89.com/making-of/2009/03/24/affaire-du-sarkozy-off-rue89-convoque-par-la-police

un grand patron ça gagne énormément

Un sportif de "haut niveau", un chanteur, un acteur, un présentateur de télévision,etc...ça gagne énormément mais les milliardaires de ces catégories ne sont jamais conspués, personne ne leur demande des comptes...bizarre ce sens de l'égalité. Il est vrai que ceux qui vont aux matches sont souvent des smicards qui donnent leur smic à ces gens qui les accumulent et on évalue ensuite leur fortune aux nombre d'années/smic. Pour ceux qui font marcher la maison France, là, on est très sévère. Il est impardonnable que l'entrepreneur qui met toute sa fortune (c'est vrai pour la majorité des patrons) en jeu au risque de n'avoir plus rien si ça ne marche pas,soit ainsi traité. Mais cela ON S'EN FOUT. Si le chanteur perd sa voix, il lui reste ses CD anciens et ce qu'il a cumulé. S'il perd sa voix, c'est un simple malheureux.
Que le monde est petit.
Quand on acceptera de traiter les gens de la même manière, alors, je suis prêt à ...en discuter.