Santé Grave pollution microparticules RATP particules fines Pollution aux microparticules dans les couloirs de la RATP grave pollution aux microparticules dans les couloirs de la ratp

L'air de la RATP est gravement pollué aux microparticules, dues en grande partie aux frottements des roues des trains sur les rails. La RATP a décidé, en janvier, de mettre en ligne les résultats des analyses effectuées. Les microparticules, qui provoquent 348 000 décès prématurés en Europe selon l'UE, sont présentes en très grande quantité dans l'air des couloirs de la régie parisienne.

Voir aussi : "Alertes aux microparticules à la RATP"

Comme déjà évoqué sur ce site, l'histoire commence en juin 2007, au détour d'un reportage du magazine d'enquêtes "Faites passer l'info" de Canal Plus. Les reporters se sont procurés un rapport confidentiel de la RATP. Sans ambiguïté : les résultats des mesures effectuées sont affolants, le taux de microparticules dans les couloirs de la RATP est de 25 à 40 fois plus élevé que le taux atteint en surface. Il dépasse régulièrement dans certaines stations la valeur de 1000 µg/m³, alors que pour l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l'exposition ne doit pas dépasser 50 µg/m³. Mais le Ministère de la Santé a discrètement relevé la norme à 347 microgrammes de particules par m³ d'air (µg/m³), soit 7 fois plus qu'en surface, considérant que l'usagé n'y passe pas plus de 2 heures par jour. Et merci pour les agents qui y passent toutes leurs journées de travail !

ratp : pollution micro-particules

348 000 décès en Europe

Ces "microparticules", toutes petites molécules mais très toxiques, provoquent 348 000 décès prématurés en Europe selon un rapport de l'Union Européenne. En France, selon l’AFSSET, elles seraient responsables de 6 à 11% des cancers du poumon et de 9500 morts chaque année. Le Conseil Supérieur de l'Hygiène Publique (CSHPF) a alerté plusieurs fois les pouvoirs publics sur la qualité de l'air dans les enceintes ferroviaires souterraines. En 2003, il avait déjà insisté auprès de la RATP et d'autres régies à Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Rennes, Rouen pour qu'elles mettent en place des systèmes de mesure et, surtout, des systèmes permettant de réduire cette pollution. Mais rien n'a été fait, semble-t-il. Pire, la RATP niait systématiquement, jusqu'au reportage de Canal Plus.

Depuis ce temps, même avec un métro de retard, la RATP a fait un effort de transparence. Les chiffres des analyses de l'air effectuées par la régie sont en ligne depuis janvier, mis à jour toutes les semaines (http://www.ratp.fr/corpo/air). Ces chiffres concernent seulement trois stations du réseau, "représentatives des espaces souterrains de la RATP" selon le site Internet : Châtelet (métro L4), Auber (RER A) et Franklin D. Roosevelt (métro L1). Les chiffres étudiés dans cet article portent sur la période du 1er janvier 2008 au 18 mai 2008, les relevés sont effectués toutes les heures.

Les normes de l'OMS largement dépassées

Sur les trois lignes, les moyennes des valeurs récoltées sont, en µg/m³ : Châtelet 60, Franklin Roosevelt 63 et Auber 260. En heures "ouvrées", les moyennes passent à 69, 68 et 298 et en heures de pointe, elles montent à 78, 77 et 354. Le maximum horaire (moyenne des valeurs relevées à une heure donnée) : 91 à Châtelet entre 18h et 20h, 85 à Franklin Roosevelt entre 18h et 20h et 370 à Auber entre 10h et 11h. Sur la période couverte par les relevés, le seuil de 347 µg/m³ a été atteint 823 fois, le seuil de 50 µg/m³ a été atteint 6765 fois, sur une liste de 10080 relevés ! Le maximum ayant été atteint à Auber le 15 février à 3h du matin, lors de travaux nocturnes : 3253 µg/m³.

Les normes de l'OMS (50 µg/m³) sont dépassées plus des deux tiers du temps. Toutefois, comme l'indique le site de la RATP, les moyennes quotidiennes relevées sur les 3 stations ne dépassent les "valeurs guides" du CSHPF. Le problème avec ces "valeurs guide", c'est qu'elles sont biaisées. A partir du moment où l'on considère que le taux de particules fines acceptable peut-être augmenté selon le temps de présence dans le lieu pollué, alors tout devient permis ! Et on peut multiplier par 5 ou 10 toutes les normes de pollution existantes. De plus, relevons une très grosse "erreur d'interprétation" de la part de la RATP et/ou du CSHPF : si on calcule une "valeur guide" en fonction de la durée d'exposition moyenne du public, alors cette valeur guide ne peut être comparée qu'aux valeurs relevées dans les périodes moyennes d'exposition du public, donc les périodes d'affluence. Or, la RATP se contente de comparer les valeurs moyennes quotidiennes à ces valeurs guide.

Enfin, cette façon de ramener des taux d'exposition acceptables à une durée d'exposition est purement et simplement inacceptable vis à vis des personnes travaillant dans les enceintes concernées : agents RATP, commerçants, techniciens de surface... s'ils ne rentrent pas dans la moyenne, tant pis pour eux ! Et puis finalement, quelques mois ou quelques années d'espérance de vie en moins... Encore heureux qu'il soit "interdit de fumer dans l'enceinte de la RATP"...

 

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

Masque ?

Pour éviter cette pollution, est-ce qu'un masque (style 'chirurgien' ou 'de bricolage') est suffisant ? Comme les particules sont "micro", je suppose que ça peut ne pas être efficace...
Merci pour l'info en tout cas !

Un usager quotidien du métro.

On dirait...

On dirait bien que ça peut être utile : Recherche Google : masque pollution particules

c'est décidé

ce matin en cliquant sur http://www.lafermeenville.fr ce que j'ai appris sur les pesticides a changé ma vie. C'est décidé, je me met à la bière bio

Hauteur des pts de mesure

Les points de mesure de la RATP sont a plus de 2 metres du sol (visbles par exemple à Auber et Chatelet).
Si ils étaient à hauteur d'hommes, le resultat serait peut etre... pire

Merci...

Merci pour l'info, et savez-vous à quel endroit ils sont placés ?

(possibilité de réponse par le formulaire de contact, en haut à droite)