Monsanto coton Bt OGM Inde insectes résistances En Inde, le doux rêve des OGM vire au cauchemar inde coton bt ogm resistance maladie 7281

Début mars, Monsanto a pour la première fois reconnu que son coton Bt génétiquement modifié n'était pas efficace, les insectes ayant développé des résistances. Pire, de nouveaux ravageurs jusqu'ici inconnus en Inde ont fait leur apparition. Qui sème le vent...

Scandale du coton OGM Inde

Devant l'évidence, Monsanto a fini par admettre (une première !) que son coton Bt génétiquement modifié, censé lutter contre le ver de la capsule en secrétant son propre insecticide, est en passe de devenir totalement inefficace. De récents rapports indiquent en effet que le ravageur a développé des résistances. Et comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, la variété Bt a permis à d'autres "ravageurs majeurs", jusqu'ici inconnus en Inde, de se développer, "entraînant des pertes économiques importantes" indique l'un des rapports.

Les rêves sont doux, les faits sont têtus...

Autorisées depuis 2002 en Inde, ces cultures OGM recouvrent aujourd'hui 90% des surfaces cotonnières du pays. Pas franchement étonnant puisque Monsanto promettait au chaland de tripler ses rendements, jusqu'à 1500 Kg par hectare, et de réduire les coûts de production en limitant les quantités de pesticides épandues. Las, le miracle tant attendu n'a pas eu lieu. Il tourne même au cauchemar. Les semences OGM coûtent aujourd'hui près de cent fois plus cher que les graines classiques. En 2009, le rendement moyen était de 512 Kg par hectare, bien loin des promesses affriolantes de Monsanto. Et il ne cesse de chuter, d'année en année.

Les résistances développées par les ravageurs obligent en outre les agriculteurs à multiplier les épandages d'insecticides (comme aux Etats-Unis d'ailleurs), jusqu'à 13 fois plus qu'auparavant dans certaines régions, selon Vandana Shiva, une physicienne devenue militante de la défense de l'environnement. Et autant de frais supplémentaires : +30% en moyenne entre 2007 et 2009. Plus de 200.000 paysans indiens se sont suicidés au cours de la dernière décennie, selon les statistiques du gouvernement. Un fléau souvent attribué à l'endettement des agriculteurs ayant opté pour la biotech (voir la vidéo).

Monsanto a réponse à tout

Du côté de Monsanto, on reste serein : "la résistance est naturelle et attendue" a déclaré - sans rire - la multinationale dans un communiqué. Curieux, jusqu'à présent, elle se refusait à évoquer cette possibilité. Et puis finalement, les paysans indiens ne récoltent-ils pas les fruits de leur incompétence ? Puisqu'ils ne respectent pas les "zones refuges" et qu'ils ont utilisé de façon "trop précoce des graines de coton Bt non approuvées", affirme la firme. Mais rassurez-vous, il n'y a pas de raison de paniquer pour autant, car Monsanto a trouvé la parade absolue : une nouvelle variété de coton OGM débarque ! De seconde génération, cette fois, c'est du solide : elle allie deux types d'insecticides. Ouf ! On est sauvé ! Et les charançons n'ont qu'à bien se tenir...

Comme un maçon qui construit sa maison sans toit, en se disant qu'il ne pleuvra pas... Mazette ! Il a plu et il faut tout reconstruire ! Mais cette fois-ci, c'est sûr, il ne pleuvra plus...

(Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

 

partagez cet article : FACEBOOK partagez cet article : TWITTER partagez cet article : DEL.ICIO.US partagez cet article : GOOGLE partagez cet article : VIADEO 

Catégories :

....

Il va en falloir combien des fiascos pour qu'on interdise l'utilisation de cette mascarade en plein champs ?
Incroyable qu'une telle société puisse faire autant de mal sans jamais en subir les conséquences...

... ²

Bien dit ! Si c'est autant que pour tous les autres scandales du genre... c'est mal barré.

Cette "mascarade" est criminelle depuis trop longtemps maintenant pour que nous la regardions sans agir !

Non, aujourd'hui nous nous levons et le faisons nous-mêmes : là où nous sommes avec ce que nous avons, même si c'est juste une piqure de plus sur ce grand corps malade.

Quoi que nous puissions faire pour lui nuire, faisons le et faisons le bien ; même si c'est simplement, dans un premier temps, exprimer son désaccord -)

Tant qu'il y aura des complices en haut-lieu, cela continuera !

200 000 décès !
Vous vous rendez compte ? 200 000 morts des suites de la stratégie d'un multinationale !!!
C'est bien pire que Bhopal et ses 6 000 morts (380 000 personnes atteintess à différents degrés) des suites de fuite de gaz toxique d'une usine de Dow Chemical fabriquant des pesticides.
Là encore aucune reconnaissance de responsabilité (mais 470 MUSD tout de même).
D'autant que le poison, suite à l'enfouissement sans précaution de déchets à l'époque, continue son oeuvre sur les gamins alentour notamment.
Toujours l'Inde.
A croire que l'Inde est un terrain d'essai pour toutes les multinationales de l'agro-alimentaire.
Et le gouvernement indien, complice, ne dit pas grand chose. Bien entendu.
Sans doute une question d'image qui vaut bien que l'on sacrifie 200 000 citoyens !

Or, il le sait bien, le gouvernement indien, que Monsanto a racheté TOUS les ensemenciers du pays de manière à ne laisser aucune marge de manoeuvre à ses paysans.
Qui plus est, ces mêmes paysans DOIVENT racheter TOUS les ans leur semence (et non pas, comme c'est d'usage depuis l'aube des temps, utiliser en partie des graines de l'année précédente).

Il est donc extrêmement clair que le pauvre paysan indien n'a d'autre choix que d'être déficitaire et qu'il suffit d'une mauvaise saison pour que ce soit la catastrophe.

Mais, effectivement, tant que nous accepterons ces abominations dignes des camps de la mort (où est la différence au final ?), il n'y a aucune raison que cela s'arrête.

Je rappelle également que le laboratoire Merck nie toujours avoir directement provoqué la mort de plusieurs dizaines de milliers de consommateurs du Vioxx (http://www.20minutes.fr/article/225752/Sante-Merck-accuse-d-avoir-minimise-le-risque-de-deces-avec-le-Vioxx.php).

db

Vous en êtes restés au néolithique ?

Et oui, c'est ce qu'on peut penser lorsqu'on lit ceci :

Qui plus est, ces mêmes paysans DOIVENT racheter TOUS les ans leur semence (et non pas, comme c'est d'usage depuis l'aube des temps, utiliser en partie des graines de l'année précédente).

Ca, c'était effectivement l'agriculture du néolithique.
Mais depuis bien longtemps, la plupart des agriculteurs préfèrent (oui oui, vous avez bien lu, personne ne les oblige, ils préfèrent) choisir d'acheter leurs semences auprès d'un obtenteur plutôt que de resemer leur propre récolte.

Avec des semences certifiées, ils sont sûr d'avoir un résultat.
de plus, pour certaines plantes, comme les maïs, qui sont des hybrides F1, il est vain de vouloir resemer les graines obtenues, puisqu'en F2, il n'y a plus qu'un quart des graines qui présentent les mêmes caractéristiques que la F1

Deuxièmement : félicitation pour votre point Godwin, facilement gagné...

Troisièmement : Non seulement Monsanto n'a pas racheté tous les semenciers indiens, mais en plus, il doit faire face à une concurrence sauvage de petits semenciers qui commercialisent des semences OGM sans payer les droits à Monsanto.
Visiblement Percy Schmeiser a fait des émules en Inde

NON

ce sont des semences Hybrides, donc impossible de les réutiliser, donc les fermiers sont bien obligés d'en racheter chaque années, par ailleurs le problème des OGM réside dans le brevetage du vivant, vous savez parfaitement l'agriculture étant la propriété de la terre et servant de nourriture de base, il est là le scandale.
il s'avère qu'un autre scandale avait éclaté en Amazonie, des "soit disantes" découvertes alors que ce sont les gènes de certaines feuilles amazoniennes qui ont été d'abord, volées, puis modifiées (plutôt clonées puis modifiées), pour enfin prétendre à une quelconque découverte.

Oupss, j'ai oublié ma référence...

Concernant les semenciers sauvages indiens, c'est extrait d'un article de Indian Express, repris dans Courrier International n° 660 :

"Au Gujarat [Nord-Est de l'Inde], toute l'industrie des semences s'est transformée en un gigantesque laboratoire pirate au sein duquel des agriculteurs mélangent et croisent des variétés locales avec des OGM pour développer leurs propres hybrides (non agréés) de coton transgénique. Ceux-ci sont ensuite empaquetés et vendus clandestinement aux paysans : ils les délivreront d'un parasite, le ver de la capsule du coton, ou bollvorm. C'est la conséquence d'événements qui se sont déroulés il y a deux ans, quand le Gujarat a donné naissance au "Robin des bois de la biotechnologie", D.B. Desai. Celui-ci a créé et vendu une version non agréée de semences de coton Bt [modifié avec un gène de la bactérie Bacillus thuringiensis], alors que le coton commercialisé sous le nom de Bollgard en Inde par Mahyco Monsant Biotech [un joint-venture de Monsanto] faisait l'objet d'essais laborieux depuis sept ans. "

[...]

"Cette année, les autorités de l'Etat ont une fois de plus fermé les yeux. En dehors de quelques interventions symboliques, rien n'a été fait pour stopper le processus. "On ne peut rien contrôler à une aussi grande échelle. Quand nous nous rendons dans les champs, nous devenons des cibles car on nous reproche de priver les agriculteurs d'une technologie avantageuse", déclare A.K. Dixit, directeur de l'agriculture de l'Etat du Gujarat. Et, sur le terrain, dans cet Etat, des personnes bien informées affirment que seuls 10 % des 100 000 hectares de Bt qui vont être plantés cette année le seront avec la semence agréée par Mahyco. Le reste le sera avec des variétés non agréées vendues sous le manteau, lorsque, par exemple, des Jeep chargées de ces semences arrivent au beau milieu de la nuit pour conclure des affaires se chiffrant en centaines de milliers de roupies."

c'est 20000 morts en une

c'est 20000 morts en une décennie

(Pest)suicide, un court reportage photo de ReMedAct

Bonjour,

j'avais fait un reportage photo intitulé (pest)suicide, en 2008, dans le Punjab, sur le suicide des paysans; malheureusement pas au moment de la récolte du fameux coton.
Il n'était pas rare que les récolteurs aient des rushs cutanés lorsqu'ils récoltaient le coton Bt...

Il y a pas mal de liens dans le pied de page ;)

Stéphane Bouillet, de ReMedAct

encore beaucoup de fiasco

encore beaucoup de fiasco comme cela pour interdise cette tragedie surtout en inde
ou la corruption et presque le roi.

Même pas responsable

D'après Monsanto, c'est une légende urbaine : idée reçue
Et de citer 2 rapports indiens, l'un portant sur les bienfaits du Bt et l'autre sur les suicides.
En résumé, nous avons :
- Une étude rigoureuse avec tout plein de tableaux de chiffres (au centième de % !) et de calculs élaborés qui démontrent que Bt = profit
- Une analyse (?) de 111 suicidés (bah oui, c'est pas facile d'en trouver) comparé à un échantillon représentatif de 106 non-suicidés (??). Heureusement, l'étude est sérieuse : il a été constaté que les suicidés avaient un plus grand nombre de filles (point 2.3.4).
Ca y est, nous tenons nos coupables ! Merci Monsanto.

:-)

J'aime (façon de parler) particulièrement la conclusion : "Si vous avez encore des doutes, cliquez sur les liens ci-dessous pour entendre des agriculteurs indiens parler de Bollgard et de leur succès."

Aujourd'hui, Monsanto reconnait que le Bollgard est inefficace... "Si vous avez encore des doutes"...

On se modère...

Concernant les suicides des paysans en Inde, je vous invite à aller lire ceci :

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1214

Où l'on peut voir que les suicides de paysans en Inde est un fait qui existe depuis bien avant l'introduction des OGM en Inde (c-a-d 2002), et que même, à part un pic en 2004, le nombre de suicides aurait tendance à baisser depuis cette même introduction des OGM.

En ce qui concerne l'apparition des résistances du ver de la capsule au Bacillus thuringiensis (BT), c'est un phénomène totalement indépendant du caractère OGM du coton.

En effet cela pourrait, et je dirais même cela va arriver de manière inéluctable avec le coton bio.
Parce que le coton bio, pour lutter contre ce ver de la capsule, utilise ce même insecticide naturel que celui qui est intégré dans le coton GM.
Et oui, peut-être ne le saviez vous pas, mais le bio, ça ne veut pas dire pas de pesticide, mais uniquement des pesticides naturels.

Et quand on utilise de façon systématique le même insecticide pendant plusieurs générations d'insectes, on arrive toujours au même résultat : on sélectionne des insectes résistants, et l'insecticide devient inefficace.

Le problème n'est donc pas dû aux OGM en eux-mêmes, mais à une mauvaise utilisation de ces OGM (et là, je dois reconnaître que la responsabilité de Monsanto est engagée, qui aurait dû mieux conseiler les planteurs de coton)

En alternant par exemple pendant 2 ans du coton GM BT, puis pendant 1 an un coton non GM, traité par un autre insecticide, on aurait évit ce problème.

Bonjour, Un petit parallèle

Bonjour,

Un petit parallèle avec les antibiotiques, dont j'ai parlé récemment. La Norvège a quasiment éradiqué le SARM (bactérie résistance aux antibios) en limitant drastiquement l'utilisation des médocs à des cas le nécessitant vraiment.

En comparaison, Monsanto aurait proposé de traiter les gens aux antibios de la naissance à la mort !

Car c'est bien de cela qu'il s'agit : le coton Bt produit en permanence son insecticide, favorisant l'émergence de résistances, alors que les agriculteurs "classiques" traitent leurs champs deux à trois fois par an.

Le "phénomène" est donc au contraire totalement dépendant du caractère OGM du coton.

@micalement

Un autre parallèle...

je fais cette fois ci un parallèle avec une autre plante GM, le colza RR (pour Round Up Ready).
Là aussi, on a vu apparaître des résistances au glyphosate, notamment de la part de l'amarante.
Et là, ce ne peut pas être dû au caractère GM de la plante, puisque le colza RR ne sécrète pas du glyphosate en permanence.
C'est dû à la mono-utilisation d'un seul herbicide, utilisé sans doute une seule fois par an , pendant 3 ou 4 années consécutives.

Pour le coton, c'est pareil.
Deux ou trois applications du même insecticide par an, pendant 3 ou 4 ans, ça suffit largement pour faire apparaître des résistances.
Par conséquent, le coton bio n'est pas à l'abri du même phénomène, d'autant plus qu'en bio, on n'a pas le choix d'une grande pharmacopée... C'est le BT ou ... le BT

PS : y a-t-il le moyen de s'inscrire, de faire apparaître un pseudo quelque part dans mes réponses ? Je n'aime pas le statut d'anonymous ;-)

Pour info :

Pour info : http://www.lesmotsontunsens.com/les-ogm-augmentent-nettement-la-consommation-de-pesticides-6263

Pas possibilité de s'inscrire. Trop compliqué pour l'instant. Juste laisser un pseudo en bas du msg.

@micalement

je suis en partie d'accord avec vous

Avant de continuer, je vais préciser ma position sur les plantes GM :

Je ne suis ni pour ni contre, bien au contraire... ;-)

Pour résumer : je pense qu'on accuse trop facilement les OGM de tout et n'importe quoi, sous le simple fait que ce sont des plantes GM.
Pour ma part, je ne suis ni pour ni contre de façon générale, mais au cas par cas...

Par exemple, je trouve les plantes RR inutiles et même néfastes, puisqu'elles incitent à la surconsommation d'herbicides (cf le lien que vous donnez plus haut).

En revanche, les plantes BT peuvent être intéressantes, puisqu'elles peuvent permettre de réduire, au contraire les consommations d'insecticides (et c'est ce qui ressort aussi du lien que vous donnez). A condiion de les utiliser intelligemment, c'est à dire pas de façon monotone, comme je le disais dans un précédent message, mais en alternant avec d'autres variétés, de façon à prévenir les risques de résistance. Mais pour cela, il faut un accompagnement des agriculteurs par des techniciens honnêtes et compétents, de façon à ne pas les laisser seuls face à la pression des multinationales des semences, dont l'intérêt n'est pas forcément l'intérêt commun :-)

Pour la pomme de terre Amflora, j'aurais aussi tendance à être pour, dans la mesure où elle permettrait d'obtenir une plus grande quantité d'amylopectine utilisable en industrie en utilisant moins de surface cultivable, moins d'intrants...
Mais pour l'instant, je n'au pas encore recueilli suffisamment d'élément pour me faire une idée définitive

Astre Noir

Pas au point et déja commercialisée

Si le but d'industriels comme Monsanto était de faire le bien de l'humanité plutôt que du profit, ça se saurait.

Petit rappel : PCB cancérigène utilisé jadis dans les transformateurs électriques et qui pollue toutes les rivières = Monsanto. Agent orange au Vietnam = Monsanto. Hormone pour les vaches à lait américaines = Monsanto, multiplication des maladies mamaires chez ces même vaches, pue dans le lait. Résidus de l'hormone, analysés comme cancérigène. Le fameux Round-up de Monsanto, pesticide biodégradable soi-disant. Certes, ils se dégrade en partie, mais le résultat de sa dégradation dans l'environnement est un cocktail de poisons cancérigènes. Ah oui Monsanto cherche à limiter l'emploi de pesticide ? argument de vente intéressant, mais une grande partie de ses profits est assurée par la fabrication et la vente de ces même pesticides.

Qui défend encore ces salauds de Monsanto ? ça rime. Ce ne sont rien de moins que des criminels qui ont inventé un nouveau genre de méthode génocidaire oh combien plus surnoise, mais tout aussi efficace.

C. C.

Monsanto et... Dow Chemicals

Salut

pour info, la dioxine utilisée pendant la guerre du Viet Nam, et les ravages qu'on connait (notamment malformations congénitales, et pour combien d'années encore ??),
a été vendu aussi par Dow Chemicals, un des plus gros producteurs en pétrochimie américaine. L'agent orange, le défoliant utilisé, contenait plus ou moins de dioxine selon les provenances.
Ce même Dow Chemical qui a racheté Union Carbide après la catastrophe de Bhopal, et ne veut en aucun cas prendre la responsabilité totale de son rachat (eau et sols contaminés, usine toujours en place, en décrépitude depuis 25 ans).

Pour les OGM, il est clair que:
- si leur but était d'éliminer la fin dans le monde, ça serait déjà fait depuis le temps qu'ils existent
- être pour ou contre ne veut rien dire, tant que des études à LONG TERME ne sont pas faites: pour le coton Bt, on aurait presque pu se dire qu'il n'était pas mauvais, mais après quelques temps de mise en pratique, on a la preuve que si.
- les demandes en pesticides et en eau sont effectivement à étudier au cas par cas, mais en général ce sont (comme toutes techniques de pointe) des plantes qui demandent plus d'apport, et pour les OGM résistants aux pesticides, ils sont en général aspergés encore plus. Résultats ? Non seulement on utilise plus de pesticides (cout pour le cultivateur, pollutions des sols et eau des nappes), mais en plus la plante éponge davantage de pesticides... On est très très loin du bio, là...

Des infos sont disponibles sur les pesticides et OGM:
http://www.mdrgf.org/index.html

Rien n'est totalement blanc ou noir, quoique...

les mots ont un sens dites vous ?

Oui très certainement, mais alors il faudrait que vous commenciez à appliquer cette phrase a ce que vous écrivez !

Le coton génétiquement modifié .... cela n'existe pas.
Il existe éventuellement des cotonniers génétiquement modifiés.... ce qui n'est pas tout à fait la même chose.
Mais quand on n'utilise pas le bon sens des mots, cela conduit effectivement à des inepties.

Ce n'est pas parce que le cotonnier se dit "cotton" en anglais qu'il faut le traduire par coton !

Ce seul point vous disqualifie totalement à parler d'un sujet qu'en plus vous ne connaissez pas. Vous préférez bêler avec la meute des bobos écoloverdatres, histoire de dire quelque chose !.

:-)

Bonsoir,

Il faudrait informer d'urgence Monsanto de votre trouvaille.

Voir notamment son communiqué du 21 mai 2009 intitulé "L´agence réglementaire brésilienne CTNBio a autorisé l´utilisation du coton génétiquement modifié Bollgard 2" (celui dont j'ai parlé dans cet article) : http://www.monsanto.fr/actualites/2009/detail_actualite8.asp

@micalement

Ce n'est nullement une

Ce n'est nullement une trouvaille....!

La traduction du mot cotton (anglais) se traduit par cotonnier en bon français. Le cotonnier est une plante et c'est sur elle que l'on récolte le coton.
Seule la plante est génétiquement modifiée.

Que le coton provienne d'un cotonnier GM ou d'un cotonnier non-GM, le coton lui même (constitué de fibres de cellulose), c'est du coton... il n'est nullement génétiquement modifié.

Il est vrai que, dans le langage courant, beaucoup (trop) de monde fait cette faute élémentaire et même Monsanto fait lui aussi de mauvaises traductions de "cotton".

Il n'empêche que ce n'est pas parce qu'une majorité a tort qu'elle a raison pour autant !

Horreur, malheur... Je viens

Horreur, malheur... Je viens de découvrir que ma femme n'est pas blonde ! Ce sont juste ses cheveux qui sont blonds...

Je la réveille de ce pas pour lui annoncer mon intention de divorcer !

rhooo, merci.

héhé

Fausse blonde ?

Si le coton GM est le coton de cotonier GM,
alors des cheveux blonds sont les cheveux d'une blonde. Horreur, vous venez de découvrir que votre femme n'a pas les cheveux blonds. Une fausse blonde. Pouah!

Critiquer les "meutes de

Critiquer les "meutes de bobos écoloverdâtres qui ne connaissent rien au sujet" c'est bien beau, mais avez vous quelque chose de plus intéressant à proposer ici que votre faculté à jouer sur la sémantique ???

Ou bien vous contentez-vous de poster ainsi juste histoire de... "dire quelque chose" ?

Combien de morts et d'exploitations ruinées avant l'arrêt

COmbien faudra t'il de morts et d'exploitations ruinées pour que Barroso les yeux tout bouché par le frix des lobbies pro-OGM arrête de nous empoisonner ?

il faudrait savoir

La video parle de 25000 paysans suicidés en 15 ans et votre article parle de 200 000 paysans suicidés depuis une décennie;la crédibilité y perd

Exact, et en 2012, aucune

Exact, et en 2012, aucune rectification du texte : plus que navrant :(

le vrai problème: les brevets

Il est temps d'arrêter la dictature des brevets.

Sous prétexte de protéger les investissement à l'innovation, le système (mondiale) de brevetage est devenu le fer de lance de la guerre (agro)alimentaire (et autre, d'ailleurs). La conclusion : ce système fait plus de bien que de mal !
Un exemple annexe est le fait que les OGM ne peuvent être testés de manière indépendante. Plusieurs des problèmes indiqués ici aurait surement été détecté en amont.

Donc si on ne peut trouver de contraintes (lois) efficaces, il faut supprimer les brevets ! Soyons réalistes...

A noter que je n'ai rien contre les OGM en soit (au contraire), seulement un manque de confiances complet en ceux qui les développent.